Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On part en vadrouille !
  • On part en vadrouille !
  • : Lorsque je ne suis pas en voyage, soit je prépare le suivant, soit je raconte le précédent...
  • Contact

Projets

Birmanie - Février 2015

Etats-Unis - Juillet 2015

Sud Turquie - Octobre 2015

Sud marocain - Avril 2016

Indonésie - Juillet 2016

Namibie - Avril 2017

Déjà faits

Grèce (2000), Tunisie (2001), Canaris (2002), Italie (2002), République Dominicaine (2003), Turquie (2003), Russie (2003), Etats-Unis nord est (2004), Egypte (2005), Corse (2005), Réunion (2005), Maurice (2005), Angleterre (2006), Inde Rajasthan (2007), Floride (2008), croisière Caraïbe (2008), Arizona (2009), Mexique (2009), Guadeloupe (2010), Jordanie (2010), Balkans (2011), Irlande (2011), Thaïlande (2012), Andalousie (2012), ouest américain (2013), croisière Méditerrannée (2013), Portugal (2014)

Compteur Global

Pages

Carnets De Route

19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 18:40

Et ben alors, qu’est-ce qui s’passe ? Le p’tit bouchon a un coup d’bourdon ?... Rassure-toi, j’ai ce qu’il te faut en magasin ! Le docteur Louis de Funès va te faire une ordonnance pour une bonne dose de ma nouvelle journée de vadrouille ! En plus, si tout se passe comme l’organisateur en chef l’a prévu, cette cuvée devrait être un bon cru… Car aujourd’hui, 19 février 2015, c’est la date entourée, stabylotée, surlignée depuis de loooongs mois dans mon petit agenda cartonné. Aujourd’hui, 19 février 2015, c’est le jour tant espéré de notre arrivée à Bagan !... Comment ?... Tu n’as jamais entendu parler de Bagan ?... Bon, je ne vais pas te fouetter avec mes chaussettes sales pour ça ; Bagan fait partie de ces sites que tu as pour sûr déjà vus sur Arte ou dans une vieille encyclopédie poussiéreuse chez mémé sans réellement savoir où ça se situait, ni même comment ça s’appelait. Et quand tu vas voir mes photos, tu vas te dire « A mais oui, mais c’est bien sûr !!! » Moi aussi, quand j’étais jeune, au siècle dernier, je suis tombé sur une photo de ce site. Et à l’époque, après m’être assuré que ce n’était pas un photomontage, je me suis fait la promesse solennelle, juré craché, si j’mens, j’vais au Parc des Princes, de venir voir ça de mes propres yeux rougis d’émotion. Donc depuis, un compte à rebours égraine inexorablement les secondes pour nous amener à la date fatidique… C’est ça, tu as tout compris : « Au 19 février 2015 ! » C’est bien, je vois que tu suis…

 

Mais ne vendons pas la peau de la charrue avant les bœufs !… Nous sommes encore à Pakkoku et mon p’tit doigt me dit qu’il va bien nous arriver encore une ou deux bricoles à te raconter avant d’arriver à Bagan… Bon, je ne vais pas m’appesantir très longtemps sur le p’tit déj’ de Miya Miya façon programme Weight Watchers éthiopien... Ensuite, je ne vais pas t’expliquer non plus que notre énième traversée de la ville a de nouveau déclenché un mouvement de foule... Par contre, je vais bien prendre mon temps pour rendre hommage à notre super héros du jour, j’ai nommé le vieux monsieur avec son vélo rouillé à qui on demande notre chemin pour trouver notre arrêt de bus. Comme l’idée que ses indications ne nous permettent pas de trouver l’arrêt lui est totalement insoutenable, le vieux monsieur avec son vélo rouillé décide de nous emmener en personne jusqu’à destination. Et c’est pas fini ! Comme l’arrêt de bus est situé à quelques centaines de mètres et qu’il considère que ça fait beaucoup trop de marche pour une fillette de cinq ans, le vieux monsieur avec son vélo rouillé fait monter Sasha sur son porte-bagages pour lui éviter toute fatigue… Et c’est pas fini ! Comme il vient de toucher sa paie mensuelle et que notre route passe devant une petite échoppe de rue, le vieux monsieur avec son vélo rouillé décide de s’y arrêter pour acheter quelques friandises à nos deux blondinettes… Et c’est pas fini ! Comme notre bus n’arrive que dans une petite demi-heure et qu’il veut s’assurer qu’on montera dans le bon, le vieux monsieur avec son vélo rouillé décide de nous tenir compagnie même s’il ne met pas un mot d’anglais devant l’autre… Et c’est pas fini ! Comme notre bus vient d’arriver et que les birmans ont facilement le mal des transports, une des femmes déjà à bord se penche à l’extérieur pour vomir son petit déjeuner du jour sur… la tête du vieux monsieur avec son vélo rouillé… Euuuh, là, c’est fini… Sans avoir pu remercier notre nouvel ami pour son immense gentillesse, je suis tout désolé de voir s’éloigner le vieux monsieur avec son vélo rouillé, tout couillon, un mélange de lait caillé et de grains de riz à moitié digérés lui coulant encore derrière les oreilles… « Ô toi, de là-bas, en Birmanie, si tu reconnais ta trombine sur la photo ci-dessous, sache que je ne t’oublierai pas, Ô toi, le vieux monsieur avec son vélo rouillé ! »

La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde

Allez, montons dans notre… Euuuh, non mais attends, c’est quoi ce bidule ?... Tu n’vas pas me dire que tu appelles ça un bus ?... Si ???... Mais personne ne peut faire rouler un engin pareil, c’est pas possible ! Bon, peut-être David Copperfield, et encore… Ce… bus est l’arrière arrière-grand-père de celui qu’on a pris hier, si tu vois ce que j’veux dire... Genre carrosserie en bois, vitres inexistantes et sièges défoncés… Et puis pour t’aider à monter, inutile de compter sur la présence d’un marchepied ! Même pas en rêve !... Allez, nous nous installons confortablement dans notre carrosse, là où subsistent les seules places de libres, c’est-à-dire sur la banquette arrière… Mais pourquoi donc ces places sont-elles libres alors que le bus est aussi plein que toi lors du mariage de ton cousin Bernard… Aïe… Je crois comprendre… Nous ne sommes pas les seuls à monter à Pakkoku. Nous allons en effet être contraints de partager notre banquette avec cages, balles de foin et autres sacs de riz qui avaient visiblement déjà réservé leurs places bien avant nous ! Ça serait moins marrant sans cette petite touche d’inconfort et d’exotisme… En tout cas, les filles adorent ! Par contre, moi, j’adore beaucoup moins ce que nous sommes en train de faire lorsque notre convoi commence à s’élancer… Selon une étude Ipsos-Sofres, il paraîtrait que chaque être humain passe en moyenne deux mois de sa vie à chercher les choses qu’il a perdues. Et bien là, je t’annonce que nous sommes en train de consommer ce capital car ça fait un quart d’heure que nous cherchons… nos passeports ! Dans nos sacs à dos, dans le fourre-tout de Sandrine, dans nos poches, dans les miroirs chinois, dans le bleu des photos, dans le regard d'un chat, dans les ailes d'un oiseau, dans la force d'un arbre, dans la couleur de l'eau, je te chercherai !!!… Mais malheureusement, même avec l’aide de Jean-Pierre François, on ne leur remet pas la main dessus ! Il faut se rendre à l’évidence, ils sont restés à quai chez Miya Miya !!!

La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde

Tous les cris, les SOS ne vont pas nous les ramener… Et de toute manière, il est inutile d’alerter la terre entière pour ça ! Car en voyant notre embarras et nous entendant prononcer les termes de « passeports » et « Miya Miya », un birman nous fait signe de ne pas nous tracasser plus que ça… Ni une, ni deux, il se jette sur le chauffeur et lui glisse deux ou trois mots doux dans le creux de l’oreille qui font leur petit effet puisque ce dernier stoppe illico presto son tacot pour que notre type puisse en descendre précipitamment… Aussitôt fait,  David Copperdield remet les gaz de plus bel… Fin de l’histoire…On n’entendit plus jamais parler de ce type qui s’en est certainement mis plein les poches en revendant nos quatre passeports... Il a à coup sûr partagé le butin avec Miya Miya et coulent maintenant des jours heureux tous les deux sur une île paradisiaque à se faire l’amour goulument sur une plage déserte sous les cocotiers… Oh hé, attends un peu, là ! Ton imagination débordante et indécente te tient à des années-lumière de la réalité. Premièrement, je te rappelle que Miya Miya approche des quatre-vingt ans… Et secondement, je t’ai déjà dit que nous étions dans un pays où les gens sont sympas !... Alors qu’on ne sait trop quoi penser au fond de notre bus, qui voit-on sur le bord de la route, quinze minutes plus tard à la sortie de la ville, arborant fièrement nos passeports ?... Notre David Copperfield à nous, c’est lui !...  Ça, c’est quand même fort de café noir !… Le reste du trajet est plus zen. Entre discussions avec des birmans sympas qui nous offrent bouteilles d’eau et fruits, et escalade sur les sacs de riz…, c’est rapidement que notre bus nous parachute à la gare routière de Bagan... 

La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde

L’endroit étant le site touristique le plus fréquenté de Birmanie, tu t’imagines certainement une gare routière blindée de monde ?... C’est ce que j’aurais cru aussi… Sauf que nous sommes les seuls à descendre du bus et qu’il n’y a personne d’autre dans cette gare… Personne à part nous… et un unique chauffeur de taxi qui nous a flairés de loin. Nous nous retrouvons alors en plein tournage d’un documentaire animalier. Il est le lion à l’heure du repas, nous sommes quatre pauvres antilopes sans défense… D’un pas lent, pour ne pas nous effaroucher, il tente une approche… Méfiant mais pas apeurés, nous le laissons faire tout en l’observant du coin de l’œil… C’est le moment qu’il choisit alors pour nous porter sa première estocade :
« Onze mille kyats pour vous emmener à votre hôtel à Nyaung U !...
- Onze mille ??? Onze comme dans « Onze fait arnaquer ? »
Lui, je crois qu’il me prend pour une ménagère de moins de cinquante ans adepte des feux de l’amour… :
« Cinq mille et c’est déjà grandement payé !
- Non, onze ! C’est le tarif officiel validé par l’état, Bouddha et Barack Obama !
- Non, mais tu rigoles ou quoi ? Onze mille, c’est le tarif officiel d’un aller-retour Paris - Yangon !!! Ok pour six mille et c’est bien parce que je suis tout proche de visiter Bagan et que j’ai une banane greffée au milieu du visage depuis ce matin…
- Onze mille, c’est justement le prix pour ne pas visiter que la gare routière de Bagan… »
Le truc est vieux comme le monde ! Y’a pas moyen que je me fasse avoir comme un schtroumpf… Comme un bleu, quoi ! Sauf qu’après l’avoir snobé pendant un quart d’heure d’attente où rien ne bouge dans cette foutue gare routière, je dois me rendre à l’évidence… Mon orgueil entre les jambes, je dois retourner vers notre chauffeur de taxi qui est, j’en suis sûr, en train de prévenir tous ces potes sur sa cibie qu’il ne faut surtout pas qu’il y en ait un qui se pointe à la gare routière jusqu’à ce que ceux qui ont des fronts sur lesquels on peut lire « touriste » soient en cage… Ou « pigeon », ça marche aussi...
« Les mains plaquées face au mur ! Et on écarte les jambes ! »
Bon, et bien je n’ai plus rien d’autre à faire que de serrer les dents, penser à autre chose et attendre que ça passe…
« Combien tu as dit, déjà ? Dix mille ?... 
- Non, onze mille !
- Bon ben ok…»

 

Dans le genre arnaque, j’en ai une autre à te présenter, officielle cette fois-ci ! On doit en effet s’acquitter de la modique somme de vingt-et-un mille kyats par personne comme droit d’entrée, soit le salaire moyen mensuel local !!!… Et c’est pour qui tous ces soussous ?... Pour les membres du gripsou gouvernement, bien sûr ! Mais bon, au prétexte d’alimenter les caisses de la dictature, je ne me verrais pas venir en Birmanie sans venir voir la belle Bagan. Ce serait un peu comme un voyage sans ma femme… Non ! J’ai mieux ! Ma femme sans carte bleue ! Et oui, purement et simplement inconcevable ! En parlant de ma femme,… Mais que se passe-t-il ? Son visage ! Mais… Mais qu’est-ce que c’est que ça ??? Son visage…, il se transforme !... Encore marqué par l’expérience Miya Miya, je le vois dans un premier temps s’éclaircir pour maintenant irradier de bonheur lorsqu’elle comprend dans quel hôtel le taxi nous dépose… Regarde-la, elle est contente ! Regarde-la, elle glousse comme une poule… Regarde-la, dans deux minutes, elle va nous pondre un œuf ! Tout ça parce qu’elle vient de réaliser que pour varier les plaisirs comme on change de position, j’avais réservé un palace pour nos trois nuits à Bagan : Le Zfreeti ! Pour elle, Miya Miya n’est déjà plus qu’un lointain souvenir…

La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde

Visite de l’hôtel, visite de la chambre, visite de la salle de bain, visite de la piscine,… Ma foi, le contraste avec nos habitudes hôtelières me pique un peu les yeux, mais ce surplus de confort pour les trois nuits à venir ne devrait pas trop me gêner. Du high level !... Mais rassure-toi, je ne suis pas venu jusqu’ici pour un hôtel. Maintenant que l’œuf est pondu, go to Bagan et ses pagodes ! Go to Bagan, un mythe, un rêve… et maintenant, une réalité !... Pour visiter ce site de plus de quarante kilomètres carré, il faut savoir qu’il y a toujours eu match entre trois possibilités : Jambes, vélos ou carrioles tirées par des chevaux... Oui, mais ça, c’était avant ! Car désormais, un quatrième larron met tout le monde d’accord ! Les E-bikes. Non, ce ne sont pas des vélos avec connexion internet ! Si je devais te faire une description, disons que je te dirais que cet engin made in China se situe entre la 103 SP avec pot d’échappement Polini de ta jeunesse, et le vélo électrique qui équipe maintenant presque tous les coureurs du Tour de France... Et il y a des locations de ces E-bikes partout, même juste en face de notre hôtel ! Après une négociation à trente-quatre mille kyats les deux mobylettes pour trois jours, petit détour au Weather’s spoon pour un très bon repas, et c’est enfin parti pour l’aventure !

 

Premier objectif, la pagode Htilominlo ! Pour y parvenir, on pénètre enfin dans cette fameuse et immense plaine très fertile en temples puisqu’il en pousse ici comme des champignons. J’en ai entendu certains prétendre qu’il y en avait quatre mille. J’ai lu dans un guide qui en avait compté deux mille cinq cents. Et je me rappelle que Stéphane Rothenberg a dit dans Pékin Express qu’il y en avait trois mille. Donc moi, pas bête, je fais la moyenne des trois pour t’annoncer officiellement qu’il y en a trois mille cent soixante-six ! Ce sur quoi tout le monde est d’accord, c’est qu’il y en avait apparemment douze mille au treizième siècle. Soit environ un temple édifié tous les trois mois entre le onzième et le treizième siècle. On peut en voir des grands, des petits, des en briques, des en jesaispasquoi, des rouges, des blancs, des beaux, des moches, des bien entretenus, des en ruine, des tumontesdessus, des tapasledroitdemonterdessus, des pagodes, des stupas,… Différence entre une pagode et un stupa ? La pagode, on peut entrer à l'intérieur, alors que le stupa est plein, un peu comme toi lors du mariage de ta cousine Simone... Ben décidément… Bref, je poursuis… Certains sont regroupés, d’autres sont isolés, il y en a qui ont un nom officiel, d’autres pas,… On en trouve d’influence bouddhiste mahayana et d’autres, bouddhiste theravada. Bon, là, je dois t’avouer que Wikipapa a du mal à saisir la différence entre ces deux mouvances religieuses. Exceptionnellement, je te renvois vers Wikipédia car j’ai peur d’écrire des bêtises, que des bêtises quand t’es pas là… En tout cas, ce dont je suis sûr et qui pourra certainement te servir lors d’une conversation pour te la péter à la machine à café du boulot, c’est que c’est le moine Shin Arahan qui est venu convertir de l’indouisme au bouddhisme le roi Bamar Anawrahta qui régnait dans la région il y a presque mille ans. Et a priori, il a plutôt bien rempli sa mission puisque le roi en question commissionna aussitôt ses meilleurs architectes pour qu’ils lui construisent une flopée de temples à la hauteur de Bouddha. Et ainsi naquit Bagan… Et pourquoi en construire autant ? Outre le fait de témoigner à Bouddha toute sa gratitude et sa dévotion, ce même roi rapporta de ses campagnes militaires de nombreuses reliques du saint homme. Des morceaux d’os, des cheveux, des dents, des tissus qu’il aurait soi-disant portés,… Et à l’époque, sur le marché noir, ça valait de l’or ! Donc quoi de mieux que des stupas hermétiques pour mettre à l’abri tous ces trésors ? Bref, tu l’as compris, il y a de quoi s’occuper à Bagan. Et je dirais même plus, il y a de quoi s’émerveiller à Bagan durant les trois jours qui viennent ! Donc on s’y met tout de suite si on veut tout voir !

La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde

Et c’est en bonne voie puisqu’il ne nous reste plus que trois mille cent soixante-cinq pagodes à découvrir, vu qu’après une demi-heure de contemplation le nez en l’air et les pieds nus, nos quatre trombines ressortent du Htilominlo… La partie de découverte peut donc continuer ! Partie de découverte, je ne sais pas… Partie de mille bornes, ça c’est sûr ! Car après seulement un tour dans la partie, un adversaire me coupe dans mon élan en me refilant une carte « Crevaison » ! De retour auprès de nos pétrolettes, je constate en effet que la mienne a tenté d’en finir en se taillant profondément les veines au niveau de son pneu arrière… La tuile !... Mais rassure-toi, comme je te l’ai déjà dit tout à l’heure, nous nous trouvons dans un pays où les gens sont sympas… Me voyant moi-même au bord du suicide, un type qu’on va appeler Lucky Luke, dégaine aussi vite que son ombre son téléphone portable afin de contacter notre agence de location… « Veuillez patienter, un réparateur va prendre votre appel… » Bon, après deux ou trois mots échangés, il m’annonce un temps d’attente de seulement dix minutes avant que le sauveur de notre agence de location ne vienne, tel un chevalier blanc, une chambre à air neuve sous le bras… 

La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde

Je t’attends, je t’attends, je t’attends, je t’attends, tout le temps, tout le temps, tout le temps, chaque instant, je t’attends, je t’attends, je t’attends, depuis troooop longtemps… J’imagine que mon chevalier blanc a trouvé une autre princesse avec un peu plus de poitrine que moi à secourir, car après une heure d’attente, je suis toujours emprisonné dans le donjon du Htilominlo… Mais rassure-toi, comme je te le rabâche à chaque fois que tu te fais du soucis pour moi, nous nous trouvons dans un pays où les gens sont sympas… Me voyant encore une fois au bord du suicide, un type qu’on va appeler Lucky Luke 2, dégaine aussi vite que son ombre son téléphone portable afin de contacter notre agence de location…« Veuillez patienter, un réparateur va prendre votre appel… » Bon après deux ou trois mots échangés, il m’annonce un temps d’attente de seulement dix minutes avant que le sauveur de notre agence de location ne vienne, tel un chevalier blanc, une chambre à air neuve sous le bras… « Et la truite saumonée, elle met l’camembert dans l’papier d’alu, c’est ça ?!? » 

 

Sauf que dix minutes plus tard, qui vois-je enfin arriver tel un chevalier blanc sur son fidèle destrier ?... Je n’y crois pas, c’est merveilleux ! C’est bel et bien le sauveur de notre agence de location… : « Ah oui, effectivement, votre pneu est bien crevé… Ne bougez surtout pas, j’appelle mon collègue à l’agence de location pour qu’il vous apporte rapidement une chambre à air neuve sous le bras !... » Non mais pince-mi et pince-moi, là !!! On est en plein tournage de « Y a-t-il un pilote dans l’agence » ou quoi ?

 

Bien évidemment, ce n’est qu’une grosse demi-heure d’attente plus tard que son collègue arrive, non pas avec une chambre à air neuve sous le bras, mais avec une nouvelle monture ! Du coup, avec toutes ces péripéties, arrive ce qui devait arriver : Le jour d’aujourd’hui commence à s’éteindre avec le soleil... Sauf qu’il ne reviendra malheureusement pas avec lui demain et que je peux donc dire adieu à mon espoir de boucler l’intégralité des pagodes de Bagan !... Pour aujourd’hui, il nous reste tout juste le temps d’aller assister au coucher du soleil du haut d’une pagode choisie un peu à la va-vite… Ce sera la Shweleik-Too où une vingtaine d’irréductibles a déjà pris place…

 

Bon, après une après-midi aussi galère que celle-ci, tu ne peux pas envisager un seul instant que toute cette histoire puisse se terminer en apothéose avec un coucher du soleil exceptionnellement rougeoyant sur ces milliers de pagodes, comme la plaine de Bagan sait en offrir… Et bien non, tu as bien raison de ne pas l’envisager… Car le seul nuage au monde a tranché. Bien que son père ne soit pas vitrier, il décide malgré tout de se positionner au premier rang, devant nous, pour assister, tout seul, égoïstement, au coucher de notre soleil...

La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde
La huitième merveille du monde

Pfffff… Allez, on rentre au bercail… Et vu comme c’est parti, je m’attends… je n’sais pas, moi… à trouver notre chambre dévastée par un incendie, à constater qu’ils ont vidé la piscine, que le PSG a battu l’OM,… Que pourrait-il m’arriver d’autre ?... « Euh, quelqu’un pourrait-il me dire pourquoi mon E-bike, qu’on vient, pour la petite histoire, de me changer il y a à peine une heure, est en train de ralentir alors que j’accélère à donf sur les manettes ? » Noooooon !!! Ne me dis pas qu’ils ont oublié de recharger la batterie !?!... Ne me dis pas que je vais devoir pédaler comme un forcené pour ramener ma mobylette jusqu’à l’agence de location !?!... Si ?... En arrivant, trempé comme une soupe aux poireaux, je n’ai même plus la force de cracher tout le venin de ma colère sur le gars de l’agence de location, coupable d’avoir mis deux heures pour me changer ma première monture, de ne pas avoir rechargé la batterie de ma seconde, et qui, pour couronner le tout, s’est arranger pour me caler un nuage devant mon coucher du soleil… Faut dire qu’en me voyant arriver en pédalant, il se complaint en excuses, m’offrant même sa fille en mariage en compensation… « Non, merci, j’ai déjà explosé mon quota de chiantes à la maison !!! »

 

Sur ce, un plongeon rafraîchissant dans la piscine, un petit repas bof bof au Black Bamboo et s’en est terminé pour cette journée. Du coup, demain, j’ai hâte, ce sera notre premier vrai jour de visite à Bagan ! Oui, oui, c’est promis, demain, on visitera vraiment Bagan. De toute façon, demain est une autre aventure…

 

La huitième merveille du monde

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck - dans Birmanie
commenter cet article

commentaires

Cécile 12/08/2017 19:10

salut Franck ! c toujours un plaisir de te lire! je vais suivre tes traces en février je vais essayer de suivre ton parcourt mais avec des raccourcis car je n'ai que deux semaines (si tu as des conseils!? je sais que je suis une quiche en informatique mais ton récit démarre par la fin et s'arrette au 28 ? je vois que tu prévois la Namibie en avril je la programme pour juillet :) ! non je ne copie pas! mais j'imagine que tu as déjà bien fouiné donc si tu as des bons plans je suis preneuse! bise
Cécile

Franck 14/08/2017 10:10

Hello ! Merci pour les compliments ! Les journées commencent effectivement par la fin (contrainte des blogs). Il faut donc effectivement sélectionner "Birmanie" dans le menu de gauche et sélectionner la page 1. Attention, je n'ai pas terminé l'écriture de ce voyage... Concernant la Namibie, c'est tombé à l'eau et a été remplacé par d'autres voyages (et je n'arrive pas à supprimer l'info dans le menu). Là, je reviens par exemple de l'Indonésie... A+

desjardin 11/09/2015 21:04

Super sympas

Franck 12/09/2015 07:35

Oui, et le journée de demain le sera encore plus, avec des pagodes comme s'il en pleuvait !!!

Jonathan 11/09/2015 20:01

Eh Franck ! C'est notre tante Simone pas notre cousine ....tres belle photo

Franck 12/09/2015 07:36

Bien vu !