Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On part en vadrouille !
  • On part en vadrouille !
  • : Lorsque je ne suis pas en voyage, soit je prépare le suivant, soit je raconte le précédent...
  • Contact

Projets

Birmanie - Février 2015

Etats-Unis - Juillet 2015

Sud Turquie - Octobre 2015

Sud marocain - Avril 2016

Indonésie - Juillet 2016

Namibie - Avril 2017

Déjà faits

Grèce (2000), Tunisie (2001), Canaris (2002), Italie (2002), République Dominicaine (2003), Turquie (2003), Russie (2003), Etats-Unis nord est (2004), Egypte (2005), Corse (2005), Réunion (2005), Maurice (2005), Angleterre (2006), Inde Rajasthan (2007), Floride (2008), croisière Caraïbe (2008), Arizona (2009), Mexique (2009), Guadeloupe (2010), Jordanie (2010), Balkans (2011), Irlande (2011), Thaïlande (2012), Andalousie (2012), ouest américain (2013), croisière Méditerrannée (2013), Portugal (2014)

Compteur Global

Pages

Carnets De Route

14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 08:57

Je te devine trépident, voir trépignant à l’idée de suivre cette nouvelle journée de vadrouille étasunienne… Petit impatient, va ! Allez, rien que pour toi, on va donc débuter cette journée plus tôt que prévu. Rendez-vous à l’intérieur de Paty dès cinq heures et quart ! Oui, oui, tu n’as pas la berlue, tu as bien lu cinq heures et quart, précisément l’heure à laquelle je me suis installé dans la voiture pour tenter d’y finir…, ou plutôt d’y débuter ma courte nuit, moteur en route et pieds en éventail sur les bouches de chauffage ! Bon, ok, j’exagère un poil puisque je n’ai réellement réussi à entrer dans Paty qu’à cinq heures vingt. J’ai en effet perdu de précieuses secondes, devant pisser sur la portière avant pour faire fondre la glace qui obstruait la serrure !… « Excusez-moi, mais vous êtes en train d'uriner sur ma voiture… » Et oui, moins cinq degrés en plein mois d’août, record battu, on applaudit des deux pieds ! Ah non, on attend un peu car ils sont encore congelés… Bref, début du vingt-deuxième jour d’un voyage de vingt-deux jours ! Et vingt-deux moins vingt-deux, v’là les flics, ça fait zéro, la tête à Toto ! Et ouais, j’ai fait des maths dans une autre vie et du coup, je peux t’annoncer que nous entamons notre dernier jour de vacances. Il va être l’heure de rentrer… Un amour de vacances qu’il va falloir oublier, le bronzage qui va bientôt se barrer, le portefeuille qu’il va falloir remplumer, le prochain voyage qu’il va falloir organiser,… Mais ne pars pas de suite, je dois bien avoir encore deux ou trois trucs croustillants à te confier pour cette journée ! Allez, prends une bonne inspiration, le changement, c’est maintenant !

 Ouest USA 2013 2470


Ouest USA 2013 2472


Brossage de dents express, grattage de pare-brise perplexe, réveil d’Anna et Sasha complexe… Bref, que des mots en « ex » qui me rappelle bel et bien qu’on ne parlera bientôt plus de notre road trip aux Etats-Unis que comme d’un ex-voyage… Mais bon, on sèchera nos larmes quand on sera dans l’avion, car là, tous à cheval pour regagner la capitale ! Tout du moins celle du Colorado… Je veux bien évidemment parler de Denver... Au fait, qu’est-ce qu’elle évoque pour toi, cette ville ?... Oui, ok, Denver, le dernier dinosaure, je me doutais que tu allais me la faire celle-là… Toujours au rayon des années 80, Denver fut également la ville où s’est passée l’intrigue de la série « Dynastie » qui opposait les membres de la famille Carrington… Dans un tout autre registre, sache qu’on appelle la ville de Denver la « High Mile City ». Pourquoi ce petit nom ? Ben tout simplement parce que la ville est à une altitude de mille six cent neuf mètres, soit pile poil un mile… La ville est aussi connue sous le nom de « la reine des bières » car c'est dans cette ville que l'on brasse le plus de bière aux Etats-Unis…
 

Avec ton œil acéré de tourterelle, tu as certainement remarqué que depuis tout à l’heure, je brode pour faire passer le temps… Sherlock Holmes, à côté de toi, c’est un autiste ! Faut dire qu’en cette fin de voyage, je me retrouve en string ficelle pour meubler les longs moments de route monotone... Et celle-là l’est tout particulièrement... J’aurais cru que les Rocheuses auraient été un p’tit peu plus rocheuses que ça… Donc pour te faire rester malgré tout, c’est décidé, j’enlève le string !... Ah, non, pas la peine, car après la nature verdoyante, après la roche rougeoyante, après toutes ces journées flamboyantes, nous sommes de retour en ville pour une bonne inhalation gratuite de dioxyde de carbone… Oh, tiens, et pour nous accueillir, un petit embouteillage !!! Et avec ça, pourquoi ne galèrerions-nous pas maintenant pour trouver une place de parking, ça faisait si longtemps ? Ben, oui, pourquoi pas ? Profitons, c’est l’happy hour !...

 

Finalement, je dois me résigner à me faire lubrifier l’ouverture dans un parking privé à la journée. Argent, trop cher, trop grand, la vie n’a pas de prix car ce n’est que la première ligne de la longue liste des dépenses de cette dernière journée. Un petit déjeuner chez Ink pour toute la famille… Le traditionnel verre Hard Rock Café pour Sandrine… Une petite babiole pour mon papa et ma maman qui pourront lui trouver une place entre la statuette du Taj Mahal et le cendrier de Dubrovnik,… Par contre, on économise le ticket d’entrée pour la visite du capitole vu que le bâtiment est en travaux : Visite annulée ! Dommage, car il n’y a pas grand’chose d’autre digne d’intérêt à visiter dans cette ville. En fait, perdre du temps à vouloir visiter Denver, c’est inutile. Aussi inutile que d’aller en boîte pour danser avec ta sœur, ta cousine ou encore avec la femme de ton pote. Quoique, la femme de ton pote… Bref, on fait rapidement le tour du proprio, une balade sur la 16th street agréable, un petit coup d’œil au Convention Center et à son ours géant qui sera officiellement le dernier animal sauvage de notre vadrouille, un Mc Do pour y manger notre traditionnel Double quarter pounder with cheese, et on se téléporte rapidement à l’agence de location de voitures Alamo, précisément là où nous allons lâchement abandonner notre fidèle compagnon de voyage alias le cimetière de tous les moucherons de l'ouest... Séquence émotion… Anna et Sasha en ont la larmichette à l’œil… « Papa, tu me promets qu’on reverra Paty un jour ? »

 Ouest USA 2013 2474


Ouest USA 2013 2477


Ouest USA 2013 2483

 

Ouest USA 2013 2487 Ouest USA 2013 2476

 
Ouest USA 2013 2482 
Ouest USA 2013 2491 

La suite, ben tu t’en fiches certainement comme de la couleur des sous-vêtements de Louis la Brocante ! Je passe donc rapidement sur l’enregistrement des bagages, les contrôles de sécurité, l’embarquement, le gros navion, les magnifiques hôtesses de l’air islandaises aux décolletés plongeants… Ah, bizarrement, là, ça a l’air de t’intéresser un peu plus ! Le fantasme de l'hôtesse de l'air… Moi, je trouve ça d’un commun... « Non, Sandrine, je ne regarde pas systématiquement l’arrière-train de la dame à chaque fois qu’elle passe dans l’allée ! Je m’assure juste qu’il lui reste suffisamment de jus de tomates pour l’ensemble des passagers… » Bref, tout ça pour te dire que je me retrouve le fessard engoncé dans mon siège, pile poil au rendez-vous que je t’avais fixé il y a trois semaines pour faire avec toi le bilan de ce wonderful voyage : Frontier days ? Check ! Mont Rushmore ? Check ! Badlands ? Check ! Devils Tower ? Check ! Yellowstone ? Check ! Teton ? Check ! Monument Valley ? Check ! Canyonland ? Check ! Arches Park ? Check !... Et la liste est loin loin loin loin loin d’être exhaustive ! On en a vu une tripotée pendant ces trois dernières semaines et à chaud, il m’est difficile d’établir un classement de mes préférences. Ce que je peux te dire, c’est que ce voyage s’extrait aisément du peloton pour rattraper le groupe de tête. Et pourquoi pas le maillot jaune sur les Champs Elysées ? En tout cas, après avoir décanté tout ça, il n’en sera à coup sûr pas bien loin… Car ce voyage, sur une échelle d’extase de un à dix, je crois que je lui mets un bon cent vingt-quatre ! Donc comme l'a très bien dit avant moi Schwarzie, c’est sûr, I’ll be back ! Et peut-être plus tôt que tu n’le crois ! Seras-tu de la partie ?

Repost 0
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 06:12

Ça farte ce matin ?... Oui ? Ben y’en a qui ont de la chance ! Car moi, ici, ça va moyen moyen… Non seulement, au réveil, j’ai l’impression d’avoir égaré ma tête dans une prise de courant, mais surtout, aujourd’hui, nous allons tourner à contrecœur une page,… que dis-je, un chapitre de notre vadrouille ! Car oui, tu l’as compris, un peu à la façon de Valéry Giscard d’Estaing, nous allons tourner les talons et dire un solennel « au revoir » à cette chère et tendre région de Moab… Mais attention ! Regarde-moi bien dans le blanc des yeux et écoute ce que j’ai à te dire : Tels des marins attirés par le chant des sirènes, je peux d’ores et déjà te certifier que nous reviendrons un jour traîner nos carcasses dans l’secteur… Car White Rim Road, Fisher Tower, Mill Creek, Fiery Furnace,… sont autant d’îles de la tentation que nous n’avons pu satisfaire, faute de temps. « Pourquoi ne pas être restés plus longtemps, alors ? » Ben pose la question à mon employeur et à mon banquier, et tu comprendras que je n’ai ni des congés, ni un portefeuille à rallonge ! Et bien évidemment, profiter de ces sites supplémentaires dans le délai imparti aurait eu pour incidence d’en supprimer d’autres… Et oui, c’est ça la dure loi du vadrouilleur : Faire des choix parfois cornéliens !

 

Mais bon, faisons l’amour avant de nous dire adieu, car nous sommes encore dans le secteur toute la matinée pour profiter une dernière fois d’une énième merveille du secteur : Onion Creek ! De toute manière, tomber sur une merveille naturelle dans le coin, c’est tout l’inverse de chercher du foin dans une aiguille ! Tout ça pour te dire que je n’ai vraiment pas eu tort de faire quelques miles supplémentaires pour trainer tout mon petit monde jusqu’ici. De toute manière, la seule fois où j’ai eu tort, c’est la fois où j’ai cru que j’avais fait une erreur ! Bref, relevons le niveau de cette conversation… Autrement dit, je parle et tu écoutes en silence le descriptif des événements de cette journée…

 

Premièrement, tels des marines américains surentrainés, nous plions notre paquetage en dix minutes top chrono. Après ça, Sandrine s’envoie un café très américain, donc pas terrible… La suite, ben c’est depuis Paty que je peux te la conter… Car dès la sortie du camping, nous prenons la route 128, considérée comme l’une des plus belles routes américaines que compte le gratin des rubans d’asphalte du pays… Et ici, pas de préliminaire ! Car dès les premiers cents mètres, nous sommes une saucisse prise en club-sandwich entre deux falaises couleur ocre en guise de pain, avec le lit du Colorado en guise de sauce… Et la salade alors ? Ben c’est quelques miles plus tard qu’on y a droit lorsqu’on aperçoit le Red Cliffs Lodge, un oasis posé là au milieu du désert... Oasis oasis, c’est bon c’est bon, car même si j’adore les paysages rocailleux, ça fait même chaud au cœur de retrouver une petite touche de verdure dans ce monde de roc ! Et puis moi, j’aime bien les champs, point !... Jeu de mots pourri du jour, check !!! Bref, ce ranch est connu dans le secteur pour abriter un musée du cinéma. On peut également y prendre un petit déjeuner américain, c’est-à-dire gargantuesque ! Et bien figure-toi que nous nous y arrêtons pour ces deux raisons ! Des pancakes, une tasse de Robert Mitchum, quelques muffins, une tartine d’Henri Fonda, des œufs brouillés, un petit verre de Yul Brynner, du bacon grillé, un bol de John Wayne,… Au final, le petit déjeuner obtient trois étoiles, là où le musée souffre terriblement de la comparaison avec celui de Monument Valley… Bon, ok, j’avoue qu’avec le temps, je suis devenu fine gueule car même si je ne me suis pas fait pipi dessus en le visitant, il m’a quand même permis de comprendre que Thelma et Louise n’était pas vraiment dans la voiture lors de leur saut de l’ange à la fin du film… Ben oui, les pauvres mannequins qui se trouvaient à leurs places sont exposés ici ! On m’aurait menti ??? Allez, sans transition, la suite !

 

Ouest USA 2013 2432  Ouest USA 2013 2427

  Ouest USA 2013 2430

 

Ouest USA 2013 2428

 

Et la suite, si tu suis toujours, ben elle rime avec Onion Creek, la dernière piste de notre road trip que l’on emprunte sur notre droite, quelques miles après le Red Cliffs Lodge. Paty en position 4x4, ok ! Moi en position aventure, ok !… Sandrine en position stress, ok ! Anna et Sasha sur leurs DS, ok ! Cool, je vois que tout le monde est fin prêt ! Là, si on s’en tient à ce que j’ai écrit sur mon road book, on doit rouler sur la rougeoyante et non moins splendide Onion Creek jusqu’à un endroit où la piste devient vraiment mauvaise. Ben sache que lorsque j’ai écrit ces quelques mots, j’aurais mieux fait d’aller traire un ours polaire en Chine ! Car au moindre petit caillou, au moindre passage étroit, au moindre pet de travers, à la moindre rivière à franchir, j’entends celle qui me sert accessoirement de co-pilote me rabâcher dans les écoutilles : « Ça y est, c’est sûr, c’est ici qu’il faut faire demi-tour ! » Ben non, désolé, car lorsqu’on se lance sur cette piste, c’est justement pour traverser le cours de petits ruisseaux en 4x4 !

Ouest USA 2013 2439

 Ouest USA 2013 2449

 

Et disons-le franchement, traverser ses petits cours d’eau pourrait en soi rebuter le premier parisien venu… Sauf que moi, je ne suis pas parisien ! Et oui ma bonne dame, je suis ardennais et je le reste, et dans le verbe, et dans le geste ! Et ce n’est pas un mince filet d’eau qui va m’empêcher de continuer plus loin ma visite ! J’ai passé mon permis de routard il y a bien longtemps et il n’est pas né celui qui va m’arrêter, même pas ces deux pelleteuses, qui, sur le chemin du retour, nous barrent la route qu’elles viennent pour la petite histoire de défoncer… « Franck, j’ai peur ! » Ne crains rien ma Brenda, go go gadget au 4x4 ! Et puis être secouée comme un prunier, ça ne peut être que bon pour ta cellulite, non ?… Aïe !!!... Allez, remis de ma claclaque derrière la caboche, j’enclenche la première… Bon, ok, Paty se fait un peu gratouiller le ventre mais ça passe ! Si bien que nous nous retrouvons rapidement de nouveau sur la route ! On the road again, quoi !

 

Ouest USA 2013 2456

 Ouest USA 2013 2436

 

Ouest USA 2013 2441

 Ouest USA 2013 2447


Un p’tit coucou de loin aux Fisher Tower et ça y est, c’en est officiellement terminé de la région de Moab qui s’éloigne désormais dans mon rétroviseur. Car à l’instant où je te parle, je m’apprête à enclencher la conduite automatique sur « On » afin de piquer un petit roupillon pendant que Paty se tapera toute seule la route comme une grande jusqu’au Colorado National Monument. Je n’ai donc rien de croustillant à t’annoncer à propos de cette route monotone que je suis content de quitter pour un arrêt restauration de luxe : Coca, chips et sandwichs, le tout pour douze dollars à quatre… Oui, j’avoue, l’argent nous glisse entre les
doigts en cette fin de voyage… Ensuite, vient le moment de marcher sur les traces de John Otto… Mais kissaidonckessapeubienêtre ? En 1907, le petit John Otto prit sa belle plume et écrit ceci : « I came here last year and found these canyons, and they felt like the heart of the world to me. I’m going to stay and promote this place because it should be a national park ». En deux mots, pour le french man que tu es, il a kiffé sa race en visitant l’endroit et il veut que tout le monde le sache ! Bon, rendons à Otto ce qui appartient à Otto… Car il faut quand même souligner qu’il est finalement resté tout seul au milieu de ce canyon pendant plus de quatre ans pour y construire de ses petites mains et sans l’aide de personne, l’ensemble des sentiers de randonnée du parc. La morale de mon histoire, c’est que quand on met de l’abnégation, de la sueur ou accessoirement de l’argent, ben on arrive toujours à ses fins. Car oui, c’est en 1911 que le rêve du petit Otto devint réalité lorsque l’endroit fut proclamé National Monument ! En venant dans ce parc, on rend quelque part hommage à cet homme ayant passé des milliers d’heures à rendre cet endroit accessible. Alors qu’est-ce qu’on dit ? Merci mon Toto !

 

Ouest USA 2013 2460  Ouest USA 2013 2461

  Ouest USA 2013 2463

 

Bon, la couleur et les formes atypiques de la roche dans l’ouest américain font que certains parcs nationaux sont souvent pris d’assaut par les visiteurs dès les beaux jours venus. Maintenant que je suis là, je peux aussi te dire que demeurent toutefois quelques spécimens quasi sauvages que le touriste lambda ne prend pas le temps de découvrir. Et bien le Colorado National Monument fait partie de cette liste. Car une fois entrés dans le parc, nous ne croisons personne, ni sur la route, ni même aux différents points de vue tels que Fruita Canyon View, Book Cliffs View, Independance Monument View, Monument Canyon View,… Tout un paquet de « Views » sympas, même si venir ici revient finalement à faire un stop à Nigloland sur la route du retour d’un long séjour à Disneyland…

 

Ouest USA 2013 2465  Ouest USA 2013 2466

  Ouest USA 2013 2468

 

Et la route du retour, justement, on se la farcie maintenant pendant trois heures supplémentaires pour gagner la petite ville de Silverthorne nichée au beau milieu des Rocheuses… Pourquoi Silverthorne vas-tu me dire ? Imagine un peu… Tu es aux Etats-Unis et plus précisément dans le Colorado… Après avoir flâné de longs jours sur des pontons de bois, les yeux plongés dans le turquoise des piscines naturelles de Yellowstone, après avoir crapahuté au beau milieu de concrétions rocheuses alambiquées, après avoir cajolé de gentils ours bruns, après avoir parcouru des pistes aventureuses et poussiéreuses au volant de ton bolide,… voilà que tes pulsions de shopping se remettent à te titiller… Tu imagines les vitrines de chaussures, les rayons de jeans et ta pauvre carte bleue te démange… N’ai pas peur, ce syndrome féminin n’est pas bien grave, inutile de consulter un médecin. D’ailleurs, Sandrine n’en a pas consulté non plus lorsqu’elle m’a ordonné de caler Silverthorne dans mon programme dès qu’elle en a appris l’existence… Car oui, alors que ça commence à sentir la fin pour moi, on peut dire que c’est le début des vacances pour elle ! Les outlets de Silverthorne, ses grandes galeries marchandes et ses promesses de vêtements de marque à prix cassés... Le genre d'endroit où tu as l'impression de gagner de l'argent à mesure que t’en dépenses...

 

Aéropostal, Levi’s, Gap, Guess, Hilfiger,… sont autant de magasins que l’on parcourt comme ça, trois heures durant… Autant te dire que je ne suis pas ici à mon article comme je l'étais en haut des falaises de Canyonlands ou dans la descente du Shafer trail… Mais repensant à ces endroits où il a emmené sa dulcinée presque contre son gré, et bien le monsieur se tait et il se contente sagement de suivre bobonne... Elle est une testicule, je suis le morbac qui s’y accroche… Et le monsieur est même prêt à aller jusqu’à sortir de son portefeuille sa plus belle carte bleue en signe de reconnaissance ! « Euh… Sandrine ? Ma carte bleue, elle est bien dans mon portefeuille ?... Et mon portefeuille, il est bien dans ton sac ?... Et ton sac, ben il est où ? ...» Rembobinage de ma boîte crânienne pour un retour dans les dix-sept magasins que nous avons déjà écumés… Rien… Retour aux toilettes du centre commercial… Rien de rien… Retour à la voiture… Ben je suppose qu’il n’y a rien, vu qu’accessoirement, les clés de la voiture sont aussi dans le sac ! Mais bon, pas de panique, rassure-toi ! Dans ce sac, à part les clés de voiture et mon portefeuille, il n’y a rien d’autre que nos passeports, nos billets d’avion, nos clés de maison, notre vie, quoi !!!

 

Et alors, allons-nous être condamnés à vivre clandestinement aux Etats-Unis ad vitam aeternam ? Sandrine va-t-elle devoir renoncer à ce petit t-shirt qui lui plait tant ? La pauvre Paty va-t-elle finir sa vie en épave sur ce parking ? Non, non et re-non ! Car ce fichu sac nous attendait sagement au beau milieu d’un rayon du dernier magasin dans lequel nous étions… Ouf ! A nous les trois jeans, le sweat et les quatre T-shirts ! Et re-ouf, car je crois que cet épisode a refroidi Sandrine qui reste vraiment raisonnable sur ce coup-là… Finalement, elle est quand même bien ma Sandrine quand elle ne paume pas son sac ! Et en plus, elle n’a pas de cellulite !!! Bref, il est maintenant vingt heures, l’heure d’aller se planter une petite tente au camping municipal de Silverthorne !

 

L’heure aussi de te poser une petite devinette ! Pourquoi, à ton avis, n’y a-t-il que des camping-cars sur les emplacements de ce camping ? Et ouais, pas la moindre petite tente… Non ? Pas d’idée ?... Ben moi, je viens d’avoir la réponse, pile poil au momomoment où cette cet cette feignasse de sososoleil estime qu’il en a a a a fait assez pour auauauaujourd’hui…  No non nonononoon, je n’ai pas une criiiisseeee de bégaiement, c’est simplement qu’i i i ici, à deux mille mètres d’altitude en plein cœur des rororocheuses, ben ça caille grave à la nuit tomtombée ! « Et dis-moi Sandrine, ne serait-ce pas de la neige fondue qui commence à tomber ? » Comme tu dis ! La nuit qui s’annonce promet d’être des plus sympathiques… J’en ai les arpions qui en frémissent d’avance !

 

Du coup, on se réfugie rapidement dans un restaurant où le chauffage va pouvoir nous dégeler les petons… Le Chipotle ! Et sans chipoter, l’histoire retiendra que c’est ici, aux Etats-Unis, à Silverthorne, au Chipotle, que le Franck a mangé le meilleur burritos de toute sa mexicaine de vie ! Une super adresse ! Par contre, inutile de te jeter sur opodo.fr pour y commander des billets d’avion à destination de Silverthorne rien que pour t’engloutir un bon gros burritos au Chipotle ! Déjà, il n’y a pas d’aéroport dans ce patelin ! Et ensuite, Chipotle est une chaîne de restaurants mexicains dont un exemplaire se trouve à Paris !

 

Allez, tel Noé traversant le déluge sur son arche, nous rentrons dans notre chez-nous. Dehors, la neige fondue a laissé la place à une pluie battante et glaciale… Et dire que dans cinq minutes, je vais devoir me mettre à poil pour entrer dans mon sac de couchage par cette température à ne pas mettre un ours polaire dehors… Sincèrement, je ne sais pas si nous allons nous en sortir… Si demain, tu lis dans les gros titres des journaux « Quatre ardennais morts de froid dans le Colorado », tu pourras te dire « je les connaissais »... Ça y est, c’est le moment fatidique ! Les chaussures, le pantalon, le pull,… le froid me meurtrit les chairs… Bon, j’exagère un poil, mais c’est pour mieux te tenir en haleine, au moins jusque demain pour savoir si nous nous en sommes sortis indemnes... De toute façon, demain est une autre aventure…

Repost 0
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 19:22

Toi qui es plus intelligent que la moyenne, peux-tu réfléchir cinq petites minutes et me dire quel est selon toi le jour le plus long de la semaine ?... Le lundi ?... Bonne réponse ! Et oui mon bonhomme, c’est prouvé scientifiquement, dix-huit minutes de plus que les autres jours ! Ça n’sera pas de trop car pour aujourd’hui, lundi 12 août, le programme est plutôt dense… C’est pourquoi j’ai programmé le gueulard pour un réveil de bonne heure et de bonne humeur à sept heures pétantes... Mais comme tout le monde le sait, je suis un papa et un mari parfait ! Du coup, ce matin, je m’insurge en bloc contre le régime opprimant de ce dictateur de l’organisation en octroyant à tout mon petit monde un exemplaire de cette espèce en voie de disparition,… une grasse mat’ ! « Profitez, profitez mesdames et messieurs ! Aujourd’hui et aujourd’hui seulement, soldes exceptionnelles ! Si vous achetez huit heures de sommeil, Franck le bon vous en offre deux supplémentaires !!! » Allez, bas les masques ! Car ça, c’est au pays de Candy, comme dans tous les pays, on s’amuse, on pleure, on rit… Dans la vraie vie, j’ai pointé le bout de mon nez à l’extérieur de la tente vers sept heures moins cinq… Et le temps n’y étant pas très aguichant, j’ai estimé que c’était l’occasion d’abattre ma carte « Moment de bonté paternelle ». Et le p’tit Jésus m’a récompensé car à neuf heures, lorsqu’on se lève tous pour Danette, c’est un soleil irradiant qui nous accueille les bras ouverts ! Alléluia !!! Par contre, désolé, il n’y a plus de Danette pour le petit déj’... Juste quelques biscuits rassis et un fond de jus d’oranges qui feront bien l’affaire pour attaquer cette nouvelle journée où on va envoyer du bois ! Ben oui, rappelle-toi que nous sommes à Moab, la Mecque de la rando, le paradis du VTT, le quatre-quart du 4x4 !  

 

Ouest USA 2013 2332

 

Allez, c’est Paty, retour en fanfare à Arches National Park pour embrayer sur les visites commencées avant-hier et qui nous ont laissé un p’tit arrière-goût de r’viens-y !… Et ma première cible n’est autre que le Devil’s Garden, alias le jardin du diable… Ne frisonne pas comme une mauviette, j’ai ouïe-dire que c’était magnifique ! Seul souci, je soupçonne quelques énergumènes mal intentionnés d’avoir pompé mon beau programme du jour, car trouver une place de parking pour garer Paty relève d’un sudoku niveau expert !... Ah…, attends un peu…, je ne sais pas d’où vient ce couple aux visages dégoulinants de sueur et d’une belle couleur tomatesque, mais certainement pas de leur habitacle climatisée… On va les suivre… Bingo ! La place est pour nous ! Si bien qu’on se dégourdit rapidement les gambettes sur le trail en direction de Landscape Arch, la plus grande arche du parc… Que dis-je…, la plus grande arche des Etats-Unis !... Allez, la modestie aux orties ! Landscape Arch ou la plus grande arche of the world !!! Et qui dit immense arche dit aussi arche fragile et délicate… Sachant que Landscape Arch signifie l’arche du panorama et que Delicate Arch, une autre arche au menu du jour, est plantée devant un magnifique panorama…, tu en déduis quoi ?... Ben oui, il y a eu échange à la maternité !!! En nommant chacune des deux mille arches du parc, les rangers ont commis une ‘tiote boulette...

 

Ouest USA 2013 2338 

Mais je n’aurai pas le temps de leur en tenir rigueur puisqu’en moins de trois quarts d’heure de marche, nous atteignons déjà cette fameuse Landscape Arch en dessous de laquelle il est désormais interdit d'aller faire la sieste depuis qu'un minuscule caillou d’un peu moins de deux cents tonnes s'en est détaché en 1991… Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile, c’est une arche libérée, tu sais c’est pas si facile… Tirée par les cheveux, celle-là, je te le confesse volontiers… Mais soit dit en passant, je pousse un ouf de soulagement en constatant qu’elle ne s’est pas écroulée durant la nuit, à tout juste quelques heures de notre rencontre qu’elle attendait patiemment depuis plusieurs années… On n’sait jamais, peut-être qu’elle a attendu ma venue pour me mourir dans les bras comme a cru le vivre le touriste qui était à quelques mètres de la scène lorsqu’elle eut son attaque cardiaque en 1991. D’ailleurs, en y repensant, c’est certainement lui qui a failli avoir une crise cardiaque en voyant ce rocher lui débouler dessus… Bref, nous patientons une petite demi-heure en la scrutant sous tous les angles… Le cardio m’a l’air sable… Pas de signe alarmiste indiquant qu’elle vit là ses dernières minutes… Je ne serai donc pas celui qui aura eu le privilège de la voir debout pour la dernière fois. Par contre, si toi aussi tu veux lui rendre un dernier hommage, magne-toi d’y aller car elle pourrait succomber d’une minute à l’autre… comme elle pourrait d’ailleurs aussi tous nous enterrer ! Si tu veux, on peut ouvrir les paris sur le jour de sa chute !

 

Ouest USA 2013 2346  Ouest USA 2013 2354

  Ouest USA 2013 2353

 

Après Landscape Arch, la suite de la rando aurait pu nous emmener jusqu’à Double O Arch à une bonne heure de marche d’ici… Mais bon, il faut que je me rende à l’évidence… La difficulté va s’intensifier, la chaleur va faire son apparition, je suis accompagné de mes deux filles de quatre et sept ans… Bref, si je veux qu’elles assument leurs responsabilités dans l’autre grande rando de la journée, il me faut passer la sixième vitesse, celle de l’économie de carburant ! Du coup, garde à vous ! Demi-tour, droite ! En avant, marche ! Une, deux, une deux,… jusqu’à la voiture, en prenant quand même quelques minutes pour faire un détour jusqu’à Tunnel Arch et Pine Tree Arch, généralement boudées par mes congénères touristes…

 

Ouest USA 2013 2364

 

Bon, se nourrir de beaux paysages, c’est génial ! Se nourrir tout court, c’est vital ! Par contre, ce n’est pas vital de se faire un pique-nique juste à côté d’une famille de beaufs français bien lourdingues qui ne respectent ni la nature humaine, ni la nature tout court ! Car oui, j’ai un scoop pour toi ! Pas besoin d'attendre Pâques pour croiser des cloches en France ! Viens à Moab, il y en a qui ont fait le déplacement jusqu’ici… Bref, continuez comme ça les gars, vous êtes géniaux ! Et vive la France !…

 

Ça y est, il est treize heures et le compte à rebours est lancé... Il ne nous reste en effet plus que trois arches à découvrir dans notre planning. Trois malheureuses arches et notre histoire d’amour avec ce parc se terminera brutalement, sans même une lettre de rupture… Aïe, plus que deux, après la très belle Sand Dune Arch qui nous monopolise une demi-heure. Ouille, plus qu’une, après la Broken Arch devant laquelle nous ne faisons que passer…

 

Ouest USA 2013 2370

 

Ouest USA 2013 2376   

Ouest USA 2013 2371

 

Ouest USA 2013 2373

 

Ça y est, il n’y en a plus qu’une à agrafer à notre tableau de chasse ! Mais attention, pas une arche de pacotille ! The special one ! Car les arches jusqu’à présent entrevues, il faut bien le dire, ne correspondent qu’à une obtention de bons points avant que notre maîtresse ne nous les échange contre une grande image ! Et cette image, tout le monde la connaît ! Il s’agit de la célébrissime Delicate Arch !… Oui, oui, celle-là même que tu peux retrouver sur toutes les plaques d’immatriculation des voitures de l’Utah ! Pour y accéder, nos mollets vont faire connaissance avec le slick rock local, cette roche dure qui constitue la colline qu’il faut nous gravir pendant plus d’une heure pour accéder au saint graal. Ça, les individus sains d'esprit évitent de le faire en plein mois d’août par plus de trente degrés… Ou alors, ils partent très tôt le matin quand il n’en fait encore qu’une vingtaine… Pas nous ! Nous passons donc en mode guerrier pour cette rando... Peintures de guerre, bouteilles d’eau remplies jusqu’au-dessus du bord, appareil photo en bandoulière, ventilo sous l’bras et piscine dans le sac… On prend une grande inspiration…, aux armes citoyens, formez vos bataillons ! Marchons, marchons…

 

Ouest USA 2013 2384  Ouest USA 2013 2418

 

Ma courageuse Anna prend la tête de l’expédition, suivie de près par sa mère… Puis,… personne !… Mais où est le reste du peloton ?... Mince, après seulement cent mètres, Sasha a déposé un préavis de grève avec effet immédiat !... Donc crois-en mon expérience et écoute bien comment procéder si tu veux faire avancer ta fille de quatre ans sans la motiver à coups de pompe dans l’cul lorsqu’il y a du monde autour… C’est simple, tu profites du paysage et tu prends des photos... Ça ne servira à rien, mais au moins t'auras l'air cool !... Bon, et au bout de deux minutes, l’air de rien, ben tu te résous à la porter…

 

Et là, très chaud tu auras si tu entames cette rando en pleine après-midi… Très très chaud tu auras si en plus de ça, tu choisis la formule à dix-sept euros quatre-vingt-dix qui inclut une petite Sasha de vingt kilos dans l’dos… « Papa, je suis toute trempée, mais je te promets que ce n’est pas moi qui ai fait pipi ! » Moi aussi, je transpire comme une nonne obèse le jour de son mariage ! Mais cette petite marche liquéfiante où il n’y a pas l’ombre d’une ombre n’est pas vaine ! Car en haut, attention les yeux, ça éclabousse ! Voilà une merveille de la nature qui mérite une place de choix dans la liste des lieux qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie ! Cette arche de Noé, que je n’imaginais pas si imposante, semble avoir été posée là par je ne sais quelle force mystérieuse... Se retrouver face à elle avec possibilité de la toucher du doigt tiendrait presque de l'expérience mystique. Qui sait ce qui pourrait se passer pour ceux qui oseraient la traverser ? Sommes-nous devant l’entrée du paradis ? Allons-nous faire un voyage dans le temps ou accéder à un monde parallèle ? Ou bien vas-tu me dire que j’ai vu trop d'épisodes de Star Trek ? Ou bien alors que j’ai trop abusé de la Budweiser hier soir ? Bref, tu l’as compris, nous vivons tous les quatre un moment fort de notre vadrouille familiale… Un de plus ! C’est d’ailleurs pour des moments comme celui-ci que j’aime les voyages… Pardon, je reformule… C’est pour des moments comme celui-ci que j’aime la vie !

 

Ouest USA 2013 2390 

Ouest USA 2013 2406


Une fois l’instant de béatitude dissipé et ma mâchoire inférieure remise en place, il est l’heure de reprendre du poil de la bête ! Je traduis… Pourquoi rester bêtement planté à un endroit d’où on voit la même chose que dans les magazines alors qu’il y a une multitude d’autres possibilités ? Bref, je gambade telle une jeune biquette fougueuse sur les versants alpins au soleil couchant… Vue par-dessous, par devant, par derrière… Je la prends dans tous les sens ! Un vrai film porno tourné en plein air devant une petite assemblée de touristes et de taxidermistes ! Oui, oui, des taxidermistes !! Et ces couillons n’ont rien trouvé de mieux que de laisser en plan leur travail pile poil devant ce joyau ! Je pense surtout au gros biker empaillé qui ne bouge pas d’un cil durant plus d’un quart d’heure pour que son pote puisse lui tirer le portrait sous tous les angles !… Le mister freeze, simplement sous prétexte qu’il en a chié des ronds de pelle pour monter jusqu’ici, ben il se tamponne le coquillard des autres personnes qui le prient pourtant en mode VO sous-titrée de décamper vite fait pour offrir enfin à tout le monde une arche vierge de tout coucouille ! Bon, moi, pour être franc, ça ne m’empêche pas de poursuivre mon exploration…

 

Ouest USA 2013 2394    Ouest USA 2013 2409

 

Ouest USA 2013 2412

 

Et elle me mène à l’opposé du point de vue officiel, dans un secteur d’où, de mémoire de dinosaure,  je ne me souviens pas avoir vu une photo de l’arche prise d’ici… Et plus je progresse, plus la vue devient originale… Et plus la vue devient originale, plus je progresse ! Sauf qu’après quelques minutes, j’identifie la raison du pourquoi je n’avais effectivement jamais vu de photo prise d’ici ! Les pauvres photos n’ont jamais pu entrevoir une chambre noire dans la mesure où les photographes qui s’y sont essayés sont tout simplement tous morts ! Et oui, le casse-cou que je suis vient de prendre conscience qu’il était en train de lancer un défi à Isaac Newton et sa soi-disant loi de la gravitation ! Sur un dévers à la limite de la verticale, mes pieds sont positionnés sur une fissure rocheuse d’à peine plus large que mon quarante-trois… Et si je glisse ? Ben ma femme et mes filles pourront au moins se vanter d’avoir assister au record du monde de saut à l’élastique sans élastique ! Car là, ça craint du boudin ! Vraiment… Mais quel suspense mes aïeux ! Va-t-il s’en sortir ? Va-t-il passer l’arche à gauche ?... Brandon va-t-il enfin avouer à Kelly qu’il l’aime éperdument, malgré Dylan qui lui a annoncé qu’il avait l’intention de l’épouser ? Vous le saurez…, après la pub !!!

 

Ouest USA 2013 2404  Ouest USA 2013 2402

 

Ouest-USA-2013-2401.JPG

 

Ouest USA 2013 2396

 

Ok, après une page de réclames insoutenable, nous retrouvons notre équilibriste, toujours en panne sèche sur sa corniche… Va-t-il s’en sortir ? Va-t-il y rester ?... Résultat final : Franck, un, Arches National Park, zéro ! Youpi !... Quel soulagement pour toi, petit veinard qui vas pouvoir mater des photos inédites de la bête ! Et quel soulagement pour moi, petit veinard qui vais pouvoir poursuivre ma vadrouille sans passer par la case cimetière. Et la suite, justement, ben elle rime dans un premier temps avec le même chemin qu’à l’aller pour retrouver Paty. « Quoi ? On ne va quand même pas se retaper tout c’chemin ? » Et bien si, cent pour cent Weight Watchers !... Bon, vu que pour ce retour, on court tous les quatre comme des coqs sans tête, je suis en mesure de t’assurer que par rapport à la montée, la descente, c’est du beurre dans la poêle, même si on macère tous bien comme il faut dans nos slibards en passant la ligne d’arrivée... Je crois qu’une baignade serait la bienvenue... Et bien monsieur l’organisateur en chef a tout prévu comme un grand puisque le programme nous mène maintenant à Mill Creek, une petite rivière dans laquelle il est possible de se rafraîchir le popotin ! « Allez les filles, un petit tour en voiture, trois kilomètres de marche et on sera bientôt tous au frais ! » Oups, en prononçant cette phrase, je provoque malgré moi la dissolution de l’assemblée nationale qui a pour effet d’envoyer tous mes concitoyens à se rendre aux urnes pour de nouvelles élections… Et le résultat est sans appel ! Vote sanction ! Une voix pour Mill Creek, trois voix pour la piscine du camping !... Bon, ben… tous au camping, alors…

 

Ouest USA 2013 2419   

Ouest-USA-2013-2425.JPG

 

Après l’effort, le réconfort… Sauf que… horreur, malheur ! Alors qu’on infuse dans la piscine, un bruit strident vient me griller la pilosité des oreilles ! C’est monsieur tonnerre qui tente de nous déloger de notre bien-être en hurlant très fort… Moi, je peux te dire qu’il n’est pas né celui qui y parviendra !… Ah, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, car son copain l’éclair y parvient ma foi assez aisément…Donc pendant qu’il pleut, il pleut bergère, ben on en profite pour se doucher, pour t’écrire, pour facebooker, pour planifier notre soirée… Et justement, notre soirée, on décide de la passer au Moab Dinner où une vieille mamie confite comme un canard nous sert quatre bonnes tranches de rosbif agrémentées de ses deux louches de purée recouverte d’une sauce brune bien épaisse. Ajoute à ça la p’tite faiblesse qui me perdra, trois petites (mot absent du dictionnaire américain) boules de glace qui auraient pu nourrir un quart de la population du Burundi pendant quinze jours, et tu obtiens quatre français obligés de rouler pour regagner leur voiture…

 

Et bizarrement, on ne fait pas de vieux os ce soir… Filles couchées et petite bière dans l’gosier avant d’aller nous aussi faire de beaux rêves qui eux, ne seront pas éveillés comme tous ceux vécus aujourd’hui. Et ne raccroche pas de suite, j’en ai encore d’autres à vivre dès demain !… De toute façon, demain est une autre aventure…

Repost 0
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 19:01
« Jeune homme, propre sur lui, sérieux, blond aux yeux bleus, cherche merveilles naturelles pour nouvelles expériences. Moches s’abstenir ! » Alors, elle te plait ma petite annonce ?... Oui ?... Ben tu sais où tu peux t’la mettre ?... Car qu’elle te plaise ou non, moi, cette petite annonce,  je la tue dans l’œuf avant même que l’œuf n’entrevoit le trouffion d’la poule ! C’est simple, jamais elle n’aura l’occasion d’entrevoir les pages du Bon Coin ! Car non seulement, des merveilles naturelles, j’en ai trois à mes côtés tous les jours, mais en plus, aujourd’hui, je nous ai mijoté un programme aux little oignons dans lequel il y en a à foison ! Je ne t’en dis pas plus, mais sache que ça fait belle lurette que j’ai les yeux qui suintent d’impatience à la simple idée de voir ce que j’vais voir, de faire ce que j’vais faire, et de vivre ce que j’vais vivre dans les heures qui suivent ! A tel point que je me suis réveillé plusieurs fois cette nuit pour dézipper la fermeture-éclair de notre tente, tout ça pour faire des points météo réguliers avec Catherine Laborde. Et alors ?... Et bien un, deux, trois… Soleil !!! Enfin, là, je m’avance peut-être un peu car il n’est que cinq heures, et pour l’instant, ce sont plutôt mes nombreuses copines les étoiles qui me chuchotent à l’oreille que leur petit cousin devrait, sauf empêchement de dernière minute, être parmi nous aujourd’hui…

Bon, tu l’as compris, il est très tôt, mais mon cerveau sait ce qui l’attend et ce saligot réclame déjà son dû ! Alors, que faire pour le contenter ?... Quand on est dans les parages à cette heure-là, le grand classique, c’est d’aller assister à la naissance du dieu soleil sur Mesa arch. Vu que tu commences à connaître le zigoto, tu te doutes bien qu’en tant que président directeur général de l'organisation de notre vadrouille, cette idée m’a un jour traversé le ciboulot. Comme si tu y étais, voici un extrait du débat tumultueux survenu à cette époque entre mon lobe temporal droit et mon lobe temporal gauche… « Levé du soleil sur Mesa Arch à 5h27… C’est trop tôt !
- Ziva, tu n’vas pas faire ton relou ! 5h27, ok, c’est tôt mais on n’est en voyage, pas en vacances, non ?...
- Ok, mais comme il faut s’y pointer un quart d’heure avant pour éviter de le louper, ça donnerait du 5h12. Ajoute à ça une petite demi-heure de route et on en est à 4h42… Ah, et j’oubliais les dix minutes de marche, ce qui nous mène à 4h32… Et l’addition risque d’être encore plus salée si tu prends en compte le temps que j’ouvre l’œil droit pendant que tu t’occupes du gauche, le temps qu’ils s’habillent, qu’ils réveillent les filles, qu’ils replient la tente, qu’ils s’humidifient la glotte, qu’ils démarrent la voiture… Bref, disons qu’il faudrait sonner du clairon vers… 3h45 !… Et la marmotte, elle met l’chocolat dans l'papier d'alu !
- Je m’couche, pas mieux !!!  Désolé monsieur le soleil, nous ne serons pas à l’heure du rendez-vous ! »
 
Maintenant, tu comprends pourquoi cette idée n’a fait que traverser mon esprit sans s’y arrêter ! Se lever à cette heure-là en pleine vadrouille avec un programme long comme le bras derrière, ça aurait été l’assurance d’une action en justice pour mauvais traitement de la part de mes filles… Du coup, ma décision est prise et elle est irrévocable ! Je prends grand soin de mes oies en leur accordant dans ma grande indulgence et mon immense bonté une heure de raclage du violon supplémentaire, pendant que bibi, ni vu ni cousu, ben il va filer à l’anglaise au point de vue de Dead Horse ! Là-bas, pour n’pas faire de jaloux, j’suis sûr que le soleil doit bien se lever aussi… Et pis ce serait dommage de rester au chaud sous la couette en essayant d’imaginer une scène qui ne se joue qu’à quelques centaines de mètres de moi, non ?…
 
Arrivé au parking, personne de chez personne ! Je vais être le seul et unique spectateur… ou courageux, à toi de choisir le terme qui convient le mieux… Moi, je choisis « chanceux », car être seul pour assister religieusement à un tel spectacle relève forcément de la chance… Ce qui est marrant, c’est d’assister aussi au réveil de la nature une fois que le soleil a gagné son combat contre les ténèbres. De petits chipmunks viennent me faire la bise pendant que des dizaines d’oiseaux bleus virevoltent tout autour de moi… Par contre, désolé, mais n’ayant pas réussi à obtenir ma deuxième année de BTS oiseauculture, je ne me risquerai pas à te donner le nom de ces petites bestioles…
 
Ouest USA 2013 2177
 
Ouest USA 2013 2179 
 
De retour au campement, ça pionce toujours ! Stratégiquement, je réveille donc dans un premier temps les filles en les incitant à en faire de même avec leur mère. Ça a quand même du bon de déléguer !... Et c’est surtout moins risqué !... Au final, elles ne se doutent pas une seconde de ce qui vient de leur passer sous l’nez il y a quelques minutes… Tant pis pour elles, elle s’en rendront compte lorsqu’elles baveront sur mes photos en même temps que toi !! Allez, ravale ta salive, nous quittons maintenant le Dead Horse Point State Park, soit le parc du point de vue des chevaux morts… Comment ? Hier, ton guide ne t’a pas expliqué pourquoi on l’appelait comme ça ? Au prix que je l’ai payé, j’espère que tu ne lui a pas laissé de pourboire, au moins ?!? !

Bref, pour la petite histoire, l’éperon rocheux de deux cents mètres de diamètre sur lequel nous nous trouvons était utilisé par les indiens pour parquer les chevaux sauvages. Et lorsque l’armée est venue massacrer les indiens, ben les pauvres bêtes sont restés là, sans eau ni Coca… Nous, nous avons suffisamment d’eau pour continuer notre route, donc direction un nouveau parc d’attractions. Aqualand ? Nigloland ? Marineland ?… Non, Canyonland ! Et plus précisément le district de Island in the Sky ! Et cet endroit porte son nom à merveille puisque nous nous retrouvons maintenant sur une île suspendue au-dessus d'un océan de canyons… Imagine un immense plateau de roche tendre labouré, raviné, creusé, ravagé, saccagé, retourné, dévoré par des dizaines de cours d’eau pendant des millions d’années pour former aujourd’hui de merveilleux canyons, de splendides aiguilles rocheuses, d’exceptionnelles falaises, de somptueuses arches… Voilà, t’as gagné ! Maintenant, c’est moi qui bave d’impatience !
 
 
Ouest USA 2013 2186 
 
Donc on commence de suite avec le premier site, celui-là même où mon lobe temporal droit insistait lourdement pour venir pour le lever du soleil : Mesa Arch ! Du parking, dix minutes de marche champêtre suffisent pour déboucher sur cette arche suspendue qui surplombe comme par magie un panorama impressionnant… C’est simple, je n’ai jamais vu une étendue aussi… étendue ! Comme d’hab’, devant un tel dévers, je papillonne et je fanfaronne pendant que Sandrine se retient de ressortir son petit déjeuner qu’elle n’a pas encore pris…


Ouest USA 2013 2191
 Ouest USA 2013 2205

Ouest USA 2013 2195
 
Ouest USA 2013 2210 
Ouest USA 2013 2214


Au fait, sais-tu ce que c’est, deux trous dans un trou ? Ne me répond pas « Mon nez dans ton… » car tu serais à côté de la plaque !... Non, c’est Washer Woman Arch que l’on peut voir au loin au travers de Mesa Arch… Bref, après une demi-heure de contemplation, on enchaîne avec d’autres points de vue et la distribution de grandes claques qui va avec… Buck Canyon… Quelle vue, mais quelle vue ! Grand View Point… Quelle vue, mais quelle vue ! White Rim View… Non mais vraiment, quelle vue ! De là, nous entamons la magnifique petite rando qui longe la falaise et qui mène une fois de plus à un point de vue wonderful amazing ! Désolé, je suis contraint d’utiliser l’anglais car j’arrive à cours de dénominatifs en français pour décrire cette beauté…

 
Ouest USA 2013 2223
 
Ouest USA 2013 2219

  Ouest USA 2013 2226

 
Ouest USA 2013 2235

 

Ouest USA 2013 2248  

Ouest USA 2013 2239
 
Ouest USA 2013 2241
 
 
Maintenant, les yeux sont rassasiés… Pas les estomacs ! Un petit intermède pique-nique sur un emplacement du Willow Flat Campground est donc décrété avant de continuer les visites de l’après-midi ! On enchaîne en effet avec un nouveau point de vue, celui de Green River Overlook qui pour moi, sans conteste, est le plus beau ! Mais comment une simple petite rivière peut-elle creuser la roche pour former une trace de pas géante de dinosaure dans le sol comme ça ? Cette empreinte de dinosaure, c’est une empreinte gravée à vie dans mon cœur ! C’est-y pas romantique, tout ça ?!? Allez, Island in the Sky, j’en avais rêvé. Island in the Sky, je l’ai fait. Island in the Sky m’a comblé ! Merveille suivante !
 
 
Ouest USA 2013 2261 
Ouest USA 2013 2268 
 
Toi comme moi, nous faisons au moins un vœu par an… En soufflant les bougies de notre gâteau d’anniversaire, pour un cil sur la joue, en jetant une pièce dans une fontaine ou en voyant une étoile filante... Et bien sache que de temps en temps, un de ces vœux se réalise. J’en suis la preuve vivante car est maintenant venu pour moi le moment d’en réaliser un ! Nom d'un pet de nonne, je vais entrer dans le cercle très fermé de ceux ayant passé leur brevet du Shafer Trail !!! Le Shafer Trail, c’est La raison avec un grand L pour laquelle nous avons loué un 4x4. Le Shafer Trail, c’est une piste étroite et vertigineuse qui descend le long de la falaise pour arriver dans la gueule du canyon. Le Shafer Trail, j’ai encore rêvé de lui, c’est bête, il n’a rien fait pour ça… Il faut que tu saches aussi que tout comme moi, Sandrine est chaude comme un volcan à l’idée de descendre cette piste... Oui, elle est chaude comme un volcan… comme un volcan d'Auvergne ! Et sur la ligne de départ, la pauvre, les yeux affolés, me demande si on va mourir !
 
 
Ouest USA 2013 2286
 
Ouest USA 2013 2273
 

Ouest USA 2013 2288


« Mais oui, papys et mamies, n’ayez crainte, j'ai bel et bien l'intention de ramener vos petites filles vivantes de cette expédition ! » Tout ça pour te dire que le monstroplante vu d’en haut pourrait en rebuter plus d’un… Mais une fois dans sa gueule béante, c’est fingers in the nose !... Ah, Sandrine ne partage visiblement pas cet avis… Car dès le premier virage où la calandre avant de Patty passe juste un tout petit peu au-dessus du vide, ben elle ne croise plus les doigts, elle fait dans son froque ! Et après chaque virage, elle est heureuse…, heureuse d’être encore en vie !... Un virage, ça va… Deux virages, ça va… Mais alors trois virages, bonjour les dégâts !!! Car là, il faut sauver le soldat Sandrine ! La pauvre enfant, à la sortie du troisième virage, est en effet atteinte de plein fouet du syndrome foudroyant de Gilles de la Tourette… Bouche les oreilles sensibles de tes enfants, je te le fais dans l’texte :
« Sers plus à gauche, merde !... T’es vraiment con de nous emmener là !... Attends qu’on soit en bas et tu vas voir, connard !...
- Mais ma chérie, détends-toi et profite de ce magnifique paysage…
- Rien à s’couer de ton paysage !... Mais c’est pas vrai, j’t’ai dit d’serrer à gauche !!! T’es sourd ou quoi ?
- Allez, calme-toi…, respire, et lâche cette pauvre poignée qui ne t’a rien fait ! Tu vas l’arracher si tu continues…
- Ouais ben justement, j’voudrais bien l’arracher pour t’en coller un coup sur la gueule !!! »

Ouest USA 2013 2296 
Ouest USA 2013 2292     
Ouest USA 2013 2294


C’est décidé ! Désormais,  je suis un évier qui n’a plus de bouchon, et tout ce qu’elle peut me dire va tout droit aux égouts… Car moi, je n’ai pas l’impression de jouer avec les vis de mon cercueil… Le Shafer Trail, je dirais même que c'est le truc le plus génial que j'ai fait de toute ma vie en étant habillé ! J’enchaîne virage sur virage, photos sur photos, pour finalement atterrir comme une fleur, délicatement, là-bas, tout au fond du canyon, heureux comme un gamin de douze ans qui vient de feuilleter son premier Playboy… Et Sandrine dans tout ça ?... Maintenant, elle va bien, merci pour elle ! Quoique, à la pause qu’on fait en arrivant en bas, sa démarche tient plus des premiers pas d’un bébé que d’un gymnaste olympique… Mais bon, elle est vivante, la poignée de la voiture est intacte, et ce fichu syndrome de la Tourette est reparti comme il était arrivé… Ouf…
 
 
Ouest USA 2013 2289  Ouest USA 2013 2283
 

« Et alors ma p’tite Sandrine, on se l’refait dans l’autre sens ?
- Alors là, on peut tromper mille fois mille personnes… Euh, non… On peut tromper une personne mille fois, mais on ne peut pas tromper mille fois mille personnes…. Non, on peut tromper une fois mille personnes, mais on ne peut pas tromper mille fois… euhhhh… »
Enfin, bref, tu l’as compris, il va falloir jouer au pisteur sioux pour se dégotter un autre chemin ! Et c’est là que l’organisateur en chef sort de son chapeau la solution miracle ! En fait, il n’y a pas de magie là-dedans puisque le truc, quand t’es en bas, c’est de poursuivre sur la Potash Road qui te ramène direct à Moab ! Mais attention, ce n'est pas pour autant qu'il nous pousse une paire d'ailes ! A certains endroits, c’est chaud patate pour ne pas laisser de petits souvenirs sous le bas de caisse de Paty. Du coup, nous suivons la piste à la vitesse d’un escargot cul-de-jatte. En trois ou quatre endroits, Sandrine est même obligée de descendre pour me guider tellement la piste est défoncée. Qui a dit qu’elle devait descendre pour faire moins de poids dans la voiture ?... Pas très sympa, ça ! Bref, on se croirait sur le Paris - Dakar sauf que là, c’est la Potash Road. A quoi j’vois ça ? Ben t’as déjà vu des toilettes le long d’une piste du Dakar ? Car là, au bord d’une piste à la circulation aussi dense que celle d’un quartier piéton, ben on trouve des toilettes ! Ils sont vraiment forts ces américains ! Tout ça pour que les collègues de Sandrine puissent vomir à leur guise après s’être retenues durant toute la descente du Shafer Trail… Allez, nom d’un Big Mac, reprenons nos esprits, il faut quand même penser à te raconter nos deux heures de piste sur la Potash Road que nous quittons rapidement pour un petit détour sur la légendaire White Rim Road… Celle-là, elle est plutôt coriace puisqu’il faut deux jours complets pour la boucler, rien que ça ! Sandrine, je te fais la promesse solennelle qu’un jour, elle sera épinglée à notre tableau de chasse ! Pour aujourd’hui, seuls les six premiers miles sont au programme pour rejoindre la Musselman Arch. Tu as vu Into the Wild ? Oui ? Et ben là, on nage en plein dedans ! Nous sommes comme dans le film, seuls au monde et en parfaite harmonie avec la nature… En espérant quand même vivre une fin un poil moins tragique, cela va d’soi ! Pour en revenir à l’arche, tu t’en doutes un peu, elle est magnifique et justifie le détour…

Ouest USA 2013 2322
 
Ouest USA 2013 2311
     Ouest USA 2013 2307
 
Par contre, lorsque sur son dos tu fanfaronneras, ni à gauche ni à droite tu ne regarderas, si cent mètres plus bas, tomber tu ne veux pas… Voilà qui est dit, il vaut mieux prévenir que mourir !... De retour sur la Potash Road, l’arrêt suivant qui a notre faveur n’est autre que le Thelma and Louise Point, l’endroit où la scène finale du film du même nom se déroule… Ben oui, tu sais, lorsque Thelma et Louise se jettent avec leur Cadillac du haut d’une falaise dans le Grand Canyon ?!?… Ben en fait, tu t’es bien fait berner car la scène a été tournée ici, au bord de la Potash Road ! Bon ok, depuis, la voiture a été remorquée, j’imagine que Thelma et Louise aussi, mais l’arrêt vaut quand même son pesant de Royal Cheese…
 
Ouest USA 2013 2325
 
Ouest USA 2013 2329 
Ouest USA 2013 2327 
La suite, ça monte, ça descend,… C’est pire que dans le Space Mountain ! Par contre, niveau beauté et enchantement, ça ne bouge pas, toujours au niveau neuf sur l’échelle de Richter ! On longe les bassins de potasse qui ont donné leur nom à la piste, on fait deux ou trois arrêts pour contempler quelques pétroglyphes gravés dans la roche et je conclurai simplement cette merveilleuse expédition nicolahulotesque en te disant que pour refaire un truc pareil, je serais prêt à claquer des sommes considérables ! Dans la limite des stocks disponibles, bien sûr !... Si tu as des tuyaux, fais-moi un signe du clavier ! On prendra rendez-vous et on en discutera tout en se descendant une douzaine de bières… Oui, le Franck aime la bière ! D’ailleurs, à l’heure où je te parle, je suis en train de m’en descendre une bonne depuis le bord de la piscine du Moab Valley Resort où nous avons élu domicile…
 
Ouest USA 2013 2330 
 
La fin d’après-midi se passe ici, entre sieste et baignade, un peu comme une récompense pour nos filles qui nous suivent dans notre vadrouille sans broncher… En parlant de récompense, on se snifferait bien une pizza ! Allez, tous chez Zax pour sa célèbre formule « All you can eat » de pizzas ! Onze dollars par adulte, quatre pour Anna et c’est gratuit pour Sasha… Par contre, désolé mais vu ce que notre petit ventre sur patte avale comme pizzas, ça m’étonnerait que ce soit encore gratuit pour les moins de quatre ans lorsque tu iras !!! Tu me raconteras ça si toi aussi, tu y vas un d’ces jours, dans un an, dans un mois ou peut-être même demain… De toute façon, demain est une autre aventure…
Repost 0
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 09:16
Bonjour. Enchanté de te rencontrer. Et oui, pour aujourd’hui et aujourd’hui seulement, ce ne sera pas Franck qui sera aux manettes. Mais rassure-toi, il sera bien évidemment de retour demain, motivé comme jamais !... Moi, si je suis là aujourd’hui, c’est qu’il m’a exceptionnellement confié la lourde tâche de le remplacer pour te relater l’histoire du jour. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que j’espère être digne de sa confiance… Au fait, excuse-moi, c’est ma première fois et j‘ai complètement oublié de me présenter. Je m'appelle Marion Mickael Morrison et serai donc ton guide personnel pour cette nouvelle journée sous le signe du western... Bon, ok, en jetant un p’tit coup d’œil autour de moi, je me rends compte que mon nom ne fait pas très cowboy sur les bords… Du coup, je t’autorise à m’appeler par mon petit nom de scène, c’est-à-dire John Wayne !
 

Alors, à ton avis, pourquoi Franck m’a-t-il mandaté moi, John Wayne, pour te raconter à toi son histoire à lui ?... Ben tout simplement parce qu’aujourd’hui, la franky family dont tu suis assidument les aventures, va se rendre en plusieurs lieux où de nombreux films ont été mis sur bobine. Et même si je sais que ta came à toi, ce sont plutôt les pitons rocheux, les canyons et les arches en tout genre, ben on se servira de leur vadrouille pour faire quelques petits focus cinématographiques. Des paysages à te gausser, tu vas en manger, mais disons que c’est le cinéma qui sera notre fil rouge… Ça te convient ?... De toute manière, tu n’as pas vraiment le choix... Donc en route biloute !... Oui, désolé, j’ai les mêmes expressions lourdingues que lui…

 

Allez, commençons par le commencement… Après un réveil et des occupations matinales sans histoire, Franck et ses acolytes foncent direct dans un lieu gorgé d’histoire. Ils se rendent en effet au Goulding’s Trading Post… Quesaco ?... En fait, s’il a bien fait son taf hier, Franck t’a normalement parlé d’un certain Harry Goulding... C’est bien le cas ?... Ok, il est vraiment trop fort ce Franck !... Mais pour comprendre pourquoi il a décidé de trainer sa famille ici ce matin, il te faut connaître l’histoire de ce Harry Goulding que je m’en vais te conter dès à présent… Nous sommes en 1920 quand Harry rencontre Sally… Euh, non… Je voulais dire, quand l’inspecteur Harry découvre Monument Valley lors d’une banale promenade à dos de canasson. A cette époque, il faut bien avoir à l’esprit que Monument Valley ne porte pas encore ce nom de légende. Seules quelques familles indiennes vivent là, dans la Vallée des Rocs, au milieu de nulle part et dans des conditions ultra précaires… Plus précaire, tu dors dehors ! Bref, Harry en tombe littéralement amoureux… Pas des conditions précaires mais du site, bien évidemment ! Et quelques années plus tard, lorsqu’il apprend que le gouvernement américain va concéder aux indiens de meilleures terres plus au nord, il emporte un caleçon propre, deux paires de chaussettes, sa jeune épouse, et part aussi sec s’y octroyer un petit lopin de trois cents hectares au milieu des indiens restés sur place. Mon histoire aurait pu se terminer là par « Et il vécurent heureux et eurent toute une tripotée de mioches » mais je n’aurais eu aucun intérêt à te la raconter… Oui, je sais, j’te fais la version longue mais écarquille bien tes oreilles car c’est maintenant que tu vas comprendre le pourquoi du comment… En fait, dès 1929 et le début de la crise économique qui va avec, Harry et sa petite famille ne parviennent plus à joindre les deux bouts. Du coup, en lisant dans un torchon local qu’un réalisateur hollywoodien cherche un endroit pour le tournage de son prochain western, il lui vient une idée de génie sans frotter ! Pourquoi ne se rendrait-il pas à Los Angeles pour y rencontrer le réalisateur en question, un certain John Ford ? La suite, tu t’en doutes un peu : Il rencontre John Ford, lui montre les photos irréelles de l’endroit, et réussit en deux coups de cuillère à pot à le convaincre… Marché conclu ! Toute l’équipe de tournage sera logée chez lui et les indiens des environs serviront de figurants ! Une aubaine pour l’économie régionale, une aubaine pour Harry Goulding et ses copains navajos, et une aubaine pour toi, petit frenchy, qui va pouvoir découvrir Monument Valley dans un film de légende… 
 
Car le film en question n’est autre que  « La chevauchée fantastique » qui engendrera plein de petits ; John Ford tournant en tout ici pas un, pas deux, pas trois, pas quatre, pas cinq, mais six autres films : La poursuite infernale, Fort Apache, la Charge héroïque, Rio Grande, La prisonnière du désert, Les gendarmes de Saint Tropez chez les navajos, et Les cheyennes. Et c’est là que j’interviens puisque moi, John Wayne alias la star interplanétaire des westerns, j’ai été à l’affiche de cinq de ces sept films ! Si tu as tout compris à mon histoire, tu en déduis quoi ?... Ben que j’ai donc logé chez Harry Goulding avec qui, pour l’anecdote, je me suis lié d’amitié. Mais alors pourquoi Franck et ses pouliches viennent-ils zieuter par ici ? Ben parce que l’endroit est maintenant dédié au cinéma, pardi ! Ils y découvrent les affiches originales des films, des photos de tournages, des tenues, ou encore des objets utilisés dans les scènes de nos westerns préférés… Mais mieux que ça encore, ils se trouvent à l’endroit où les acteurs dormaient, où l’équipe de tournage mangeait, où la famille Goulding vivait… Bref, un lieu que même si tu n’aimes pas le cinéma, ben tu y vas quand même, histoire de !... Moi, John Wayne le dur, un brin nostalgique, rien que de me retrouver de nouveau ici, j’en ai les yeux gorgés d’eau… Du coup, comme c’est l’entracte, j’en profite pour me remettre de mes émotions pendant que tu pourras te goinfrer de pop-corn tout en matant la page de réclames…
 
 
Ouest USA 2013 2082  Ouest USA 2013 2084
 

Voilà, je suis de retour ! Pour les retardataires qui nous rejoignent seulement maintenant, je rappelle que je suis John Wayne et que c’est moi qui raconte l’histoire de Franck aujourd’hui ! Et la suite de notre conte pour petits et grands nous emmène maintenant à Bluff, plus précisément au Twin Rocks Café où nos vadrouilleurs décident de faire un stop petit-déjeuner. Les assiettes y sont à l’image des Etats-Unis, c’est-à-dire taille XXL ! Moi, pendant ce temps-là, j’attends dehors patiemment qu’Anna termine son pancakes deux fois plus gros que son estomac de colibri. D’ailleurs, ici, les colibris, ce n’est pas ce qui manque vu toute la flopée qui vient se désaltérer sous le ponton du restaurant... Ah, ça y est, les revoilà.
 
 
Ouest USA 2013 2095
 
Ouest USA 2013 2093
 

Allez, en voiture tout le monde, direction la capitale des Etats-Unis ! Non, pas Washington, mais la ville mythique de Moab, capitale des sports en plein air : escalade, rafting, trekking,… Pour ta culture perso dont je prends le plus grand soin, sache que c’est d’ailleurs dans cette ville qu’a été inventé le VTT… Et puis comme je suis là, faut bien que je serve à quelque chose. Donc j’en profite pour te dire que Moab a aussi été le théâtre du tournage de nombreux films. D’ailleurs, si tu changes seulement quatre lettres à Moab, tu obtiens ciné ! Et ça, ce n’est pas un hasard… Mais nous y reviendrons plus tard… Pour l’instant, Franck et ses drôles de dames sont dans leur charriote, en route vers Moab. En chemin, ils en profitent quand même pour jeter  un coup d’œil rapide au Church Rock, ce rocher en forme de stupa creusé par une secte mormone pour en faire son église dans les années trente… Pour la petite histoire, la secte disparut avant d’avoir terminé le boulot. Du coup, maintenant, l’endroit a été reconverti en maison de passe… Après ça, l’arrêt suivant est dédié à la Wilson Arch, la première arche de la vadrouille familiale. Euh, au fait, c’était une blagounette, bien sûr, hein ! Pas le fait que Franck et sa famille voient leur première arche, mais que le rocher est maintenant une maison de passe… Oui, je sais, le John Wayne est farceur…

 
Ouest USA 2013 2097  Ouest USA 2013 2098
 

Dernier arrêt et pas des moindres avant l’arrivée, j’ai nommé le gars déguisé en maçon, façon Village People, qui se dresse droit comme un « i » au milieu de la route, un panneau stop à la main… Le gars demande de s’arrêter, donc le Franck, pas con, ben il s’arrête… Et là, il y a un os… Un os de mammouth géant ! Car le playmobil se pointe et annonce la douloureuse : une demi-heure de poireautage due à des travaux !!!! La suite de ses explications, c’est certainement la faute à tous les profs d'anglais qui n'ont pas été à la hauteur, mais le Franck ne pige que dalle à ce que le gars lui baragouine… Dommage, il était peut-être en train de lui révéler l’identité du véritable assassin de JFK pendant que le Franck, ben il hochait niaisement la tête du style « j’te comprends cinq sur cinq »... Pour conclure, Garcimore sort de son chapeau quatre heures de route là où seules deux et demie auraient dû être nécessaires ! L’arrivée à Moab n’a donc lieu qu’à treize heures, l’heure du jambon beurre ! Et c’est dans des cas comme ça que je me dis que l’organisation est plus que parfaite ! Car aussitôt arrivés, pas de tergiversation, direction le Milt’s stop & Eat où la devanture indique « Good food since 1954 ». Et apparemment, ils n’ont pas menti sur la marchandise vu que chaque membre de la tribu finit son énooooorme hamburger au bleu et aux champignons jusqu’à la dernière graine de sésame. Seul petit rocher dans l’rouage, la réputation de ce drive-in est arrivée jusqu’aux oreilles de toutes les mouches de l’ouest américain…Tu tiens ton burger de la main droite, tu chasses les mouches de l’autre… Du coup, si t’as pas d’bras, pas d’chocolat, et pas la peine de venir au Milt’s stop & Eat ! Mais bon, malgré ça, Franck me souffle discrètement dans l’oreille qu’il te conseille quand même cette adresse… Donc je m’exécute…
 
Bon, et maintenant, quoi qu’on fait ?... Le Franck a beau être bronzé par le soleil du sud, ce n’est pas pour autant qu’il en perd le nord ! Il sait parfaitement que s'il est un endroit unique et merveilleux dans le grand ouest américain où il y a pléthore de choses à voir, c’est bien de la région de Moab qu’il s’agit. Franck pourrait d’ailleurs t’en écrire un roman ! Ben ça tombe plutôt bien car il a prévu d’installer sa famille dans l’coin pour les quatre jours qui viennent ! Et comme il n’y a pas de fumée sans sites magnifiques, la première étape est dédiée à Arches National Park, tout juste à deux ou trois miles au nord de la ville… Au fait, il y a quand même un petit détail que j’ai omis de te mentionner… Depuis ce matin, le ciel est aussi grisonnant qu’un vieux de quatre-vingt ans… Si bien que le Franck a le moral dans les charentaises… Découvrir un must comme Arches Park sous un ciel plombé, c’est vrai que ça a moins de cachet que s’il y avait du soleil… Non mais attends ! Mais pourquoi diantre roule-t-il une galoche à la ranger à l’entrée du parc ? Je crois qu’elle vient de lui annoncer que le baromètre reprenait des couleurs… « Euh… Franck… T’es sûr que la ranger n’était pas un ranger ? » Pas grave ! Le principal, c’est qu’il disait vrai ! Car dès le premier arrêt photomaton, le ciel se dégage comme par magie. Le Franck, il est content, il va pouvoir se faire Park Avenue sous le soleil, le marine est blue, éblouis pareil…
 
 Ouest USA 2013 2147  Ouest USA 2013 2105
  Ouest USA 2013 2113
 
Ouest USA 2013 2104
 
Ouest USA 2013 2151
 
Et quand il est content, ben il vomit ! Ah non, ça c’est dans La cité de la peur ! Lui, quand il est content, ben il se farcit le retour à la voiture en courant pour éviter trop de marches à ses gonzesses qui l’attendent patiemment au bout de la rando. Des papas comme ça, on n’en fait plus, c’est moi qui te l’dis ! Je dirais même plus : des papas qui suent comme des tranches de jambon sous cellophane pour le bien-être de ses dulcinées, on n’en trouve pas sous le sabot d’un bison… Bref, n’oublions pas notre fil rouge cinématographique du jour qui nous apprend que la magnifique rando de Park Avenue a servi de décor au tournage d’une des premières scènes d’Indiana Jones et la dernière croisade… Ben oui, faut bien que j’te serve à quelque chose, quand même ! Là, par contre, on est plutôt dans Indiana Jones et l’arche perdue car la famille s’arrête maintenant à Balanced Rock… et toujours pas d’arche en vue !!!
Ouest USA 2013 2144  
Ouest USA 2013 2125  Ouest USA 2013 2123
 

La mission est remplie lorsqu’ils délaissent Paty pour la très belle Double Arch. Magnifique, y’a pas d’autre mot ! Vu qu’il n’y a pas beaucoup de marche pour y accéder, il y a un peu de monde. Mais ça n’altère pas le plaisir de contempler ce phénomène surnaturel… La nature a encore une fois mis les petits plats dans les grands !
 
Ouest USA 2013 2138
 
Ouest USA 2013 2134
Et ce n’est pas fini puisqu’après l’arche, c’est au tour de la section des Windows ! Et alors, qui peut me dire quelle est la différence entre une arche et une window ? Et bien c’est simple comme bonjour ! Pour avoir le droit de se faire appeler « arche », une arche doit mesurer au minimum un mètre de diamètre. Ajoute à ça que nue, on doit pouvoir y voir à travers. N’oublie pas non plus qu’elle doit se laisser faire si quelqu’un veut lui monter dessus… Sinon, si la demoiselle se fait recaler au casting pour une de ces raisons, ben c'est une window !
 

Ouest USA 2013 2130


Ouest USA 2013 2128
   
     
Voilà, t’en a assez appris pour aujourd’hui ! Et tu en as aussi assez vu ! Arches Park, c’est fini ! Et dire que c’était la ville de mon premier amour… Mais ne te plains pas, à Arches Park, tu y reviendras avec la franky family après-demain ! Là, ce n’était qu’une visite partielle… Oui, je sais, tu en as déjà l’eau à la bouche, surtout après l’apéritif dinatoire que tu viens de t’empiffrer… Mais maintenant, le programme de la fin d’après-midi emmène tout notre petit monde vers Dead Horse Point State Park pour le coucher du soleil. « Et là, on a droit à une visite complète ou partielle ? » Une complète jambon fromage, s’il vous plait !!! Faut dire que ce parc d’état n’est pas bien grand ! Par contre, il déclenche une fois de plus des wouhaaaaa, des ouuuuch, des pfiouuuuu en veux-tu en voilà ! Mais bon, les photos que Franck te propose sur cette page retranscrivent une fois de plus difficilement l'immensité des espaces. Tu ne ressens certainement pas non plus la sensation de chaleur et de nature sauvage qui règne ici. Pour ressentir tous ces effets, je ne vois qu’une seule solution : Bouge tes fesses et prépare ta valise !... Tu auras peut-être l’occasion toi aussi de rencontrer comme Franck un vieil américain sympa avec qui il parle durant presque une heure. Par contre, je ne sais pas s’il te dira à toi aussi que tu connais plus les Etats-Unis que lui, mais en tout cas, tu en prendras plein les yeux !      

Ouest USA 2013 2155 Ouest USA 2013 2158
  Ouest USA 2013 2154
 
 
D’ici, on a en effet une vue génialissime sur les tournicoti tournicota du Colorado. Et ces paysages, ils te disent certainement quelque chose, non ? Tu y as peut-être déjà croisé Tom Cruise, Susan Sarandon ou Will Smith dans Mission impossible 2, Thelma et Louise ou encore After earth,… Ah, et c’est quoi cette piste qui tort du cul tout en bas, toute seule, perdue au milieu de nul part ?... Et bien si tu as la chance de suivre la suite des aventures de Franck et de ses poulettes, ben tu t’apercevras que c’est précisément là qu’ils ont prévu d’aller tourner leur propre film demain, sur la Potash road… Affaire à suivre…
     
 
Ouest USA 2013 2157
      
Ouest USA 2013 2168
  Ouest USA 2013 2167
 
Bon, là, c’est le moment où tu t’attends à voir une photo magnifique du coucher du soleil pour pouvoir te la mettre en fond d’écran… Et bien queue d’chi ! Mon petit doigt me dit que tu n’as pas dû être assez sage… A moins que ce ne soit la faute à un nuage solitaire qui s’est malencontreusement vautré devant le soleil deux minutes avant le spectacle tant attendu… Dommage, mais ça ne gâchera pas cette fin de journée qui va, j’imagine, se terminer autour d’un bon barbecue crépitant dans le silence du camping situé à quelques pas d’ici… Et paf ! Dans l’mille Emile ! On y retrouve effectivement Franck et Sandrine, une bière à la main, des étoiles dans les yeux, heureux comme des gosses d’avoir encore une fois vécu une journée d’anthologie dont ils se souviendront un bout d’temps…
 
Ouest USA 2013 2173
 
Quant à moi, ben je suis triste,… triste de les abandonner là... Mon contrat prend fin et il est désormais l’heure pour moi d’aller retrouver mes vieux potes Robert Mitchum et Henry Fonda dans un endroit où nous n’avons rien d’autre à faire que de nous ressasser tous ces films qui ont fait la légende de l’ouest... Et pour la suite ? Ben en ce qui t’concerne, je n’m’en fais pas pour ton matricule ! Je te laisse entre de bonnes mains et suis persuadé que le Franck saura aussi bien que moi te faire découvrir toute une myriade d’autres choses aussi merveilleuses que celles entrevues ensemble… Tu verras ça demain avec lui… De toute façon, John Wayne ou pas, demain est une autre aventure…
   
Repost 0
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 08:30
Mon seignor, il est l’or… L’or de se réveiller… L’or d’aller papillonner avec notre far west bien aimé… Bizarrement, ce matin, inutile de m’activer bien longtemps sur mon clairon pour rameuter tout mon petit monde ! Car dès le réveil, les petites sont tout aussi excitées que leur mère le jour de notre rencontre… Je me demande bien pourquoi… On va où déjà aujourd'hui ? Ah, oui, nous sommes le jour où nous allons manger la poussière de la vallée des monuments ! Ben oui, c’est the jour de la visite de Tsé Bii' Ndzisgaii ! Vu que t’es moins bête que t’en as l’air, tu as bien évidemment saisi que c’est ainsi que les navajos nomment Monument Valley ! Et oui, nous y voilà ! Mais avant ça, laissons l’entraîneur annoncer lui-même la composition de l’équipe qu’il a concoctée pour le match phare de cette journée de championnat : Après une petite hésitation, Natural Bridges National Monument sera bien présent dans les buts… En défense centrale, peut-être un inconnu pour toi, mais certainement pas pour les connaisseurs, ce sera Muley Point ! Concernant les latéraux, on pourra compter sur le prometteur Moky Dugway et la valeur montante Valley of the Gods ! Au milieu du terrain, on retrouvera deux titulaires indiscutables, le bien nommé Mexican Hat Rock et l’inamovible Goosenecks State Park ! Et enfin, à la pointe de l’attaque, nous en avons déjà parlé, nous retrouvons la star incontestable et incontestée de l’équipe, le Zlatan de l’ouest américain qui va tout zlataner… Le beau, le grand,… Monument Valley ! Une équipe de rêve !!!... Ben alors, cache ta joie !... T’es jaloux, c’est ça ? Allez, ne fais pas ta vieille tête de caboche, on t‘a gardé une petite place au chaud dans le coffre de Paty ; tu seras donc bien évidemment une nouvelle fois des nôtres !
 
Première étape seulement située à quelques encablures de notre campement, la randonnée qui descend jusqu’à un des ponts naturels les plus grands au monde, j’ai nommé le pont de Sipapu (à bien prononcer « Sipapou ») ! Donc si on fait les comptes, Sipapu plus nous quatre, ça donne un compte rond de dix personnes qui randonnent sur ce trail à cette heure matinale !... Et hop, rien de telle qu’une bonne vanne de Franck pour se dérouiller les jambes !... Et là, j’imagine parfaitement ma sympathique petite Sandrine en train de me rouscailler dessus après avoir lu la phrase précédente, tout simplement parce que c’est elle qui a pour une fois sorti un bon jeu de mots sur lequel elle s’est empressée d’apposer un copyright… Donc rendons à Sandrine ce qui appartient à Sandrine ! La blague sur Sipapu que tu vas ressortir à tous tes amis lors de tes soirées de l’ambassadeur qui sont toujours un succès, ben elle vient d’elle !


Ouest USA 2013 1930
 
Ouest USA 2013 1892     Ouest USA 2013 1898
 
Ouest USA 2013 1900
            Ouest USA 2013 1925

Ouest USA 2013 1919
 

Bref, nous en étions donc à la descente dans le canyon de Natural Bridge en quête du pont de Sipapu. A ce propos, connais-tu la différence entre un pont naturel et une arche naturelle ?... Non ?... Ne t’inquiète pas, maître Capello est là pour ça… En fait, c’est on n’peut plus simple… On appelle « arche naturelle » une formation rocheuse creusée par l'érosion du vent, du gel ou du sable. A contrario, un « pont naturel » est quant à lui creusé par l'érosion d’un cours d'eau ou des vagues de l’océan... Si tu as tout bien compris comme il faut, peux-tu me dire ce qu’est par exemple notre Pont d’Arc national, situé en Ardèche ?... Pont ? Arche ?... Et oui, comme son nom l’indique, le Pont d’Arc a été creusé par une rivière. C’est donc un pont naturel… « Allez, Franck, sors du corps de Mac Lesguy et reprends le cours de ton histoire ! » Ok, mais de toute manière, nous marchons toujours sur le sentier menant à ce pont naturel… Et ce que je peux dire, c’est que cette rando est vraiment variée. Des échelles, des chemins, de l’escalade,… Du blanc, du vert, du bleu,… Des aigles,  des chipmunks, des serpents,… Elle est surtout hyper variée pour ma Sasha : mes bras, mon dos, mes épaules !… Arrivés en bas, le pont est vraiment impressionnant… et nous ne regrettons pas une seconde d’avoir choisi de nous jeter corps et âme dans cette rando magnifique !... Senteurs de pins, température agréable, discussions avec les écureuils… C’est clair, je n’veux pas partir d’ici. Et pourtant,… Après un coup d’œil jeté à Kachina et Owachomo, les deux autres ponts naturels du parc, nous devons nous résoudre à poursuivre notre pérégrination vers le sud…
 
Ouest USA 2013 1911
Ouest USA 2013 1907      Ouest USA 2013 1924        
    Ouest USA 2013 1891
        Ouest USA 2013 1929


Et là, le scénario parait cousu avec de la grosse ficelle de lieuse ! On enchaîne en effet les points de vue, les sites, les parcs qui nous enchantent tous les uns plus que les autres… On commence avec Muley Point qui n’est au final qu’un point de vue sur les méandres de la San Juan River. Mais ma zette, quel point de vue ! A aucun autre endroit, tu ne pourras avoir un aussi bel aperçu de ces méandres, à moins de casser ton cochon pour t’offrir leur survol en coucou. En ce qui nous concerne, on va se satisfaire de ce point de vue qui nous ravit les mirettes et qui plus est, demeure gratuit de chez gratuit… Pour dénicher l’endroit en venant du nord, engage-toi en toute confiance sur la piste qui part vers ta droite juste avant d’arriver en haut de la Moki Dugway. Et si tu viens du sud, il te faudra tourner à gauche en arrivant en haut de cette même Moki Dugway. Logique… Là, il ne te restera plus qu’à subir les quatre miles de piste en tôle ondulée pour toucher du doigt ce panorama hyper photogénique. Ici, impossible de rater tes photos, même en confiant l’appareil à Sasha… Tu viens, tu es là, juste envahi par la grandeur… Ça te dépasse, tu te tais, tu profites et tu dis merci ! Un peu comme cette grand-mère marginale qui a choisi précisément cet endroit pour installer sa caravane de fortune et profiter de la vue en compagnie de ses chiens, n’ayant rien d’autre à faire que de lire des bouquins en attendant patiemment qu’on vienne la déloger… Si toi tu m’envies, ben moi, je dois te confesser que je l’envie elle…
 
Ouest USA 2013 1933
Ouest USA 2013 1937
Ouest USA 2013 1943 
 
De retour en haut de la Moki Dugway, est venu le moment de dévaler cette route mythique qui est pour les Etats-Unis ce qu’est la nationale 4 pour la France, les paysages, le revêtement, la pente, les virages, les parapets, les 4x4, les photographes et la couleur de la roche en moins… Ok, maintenant que tu l’dis, elles n’ont effectivement pas grand’chose en commun… La Moki Dugway est une succession de lacets serrés qui nous permettent de redescendre sur terre, quatre cents mètres plus bas. Attention, c'est violent ! Pas que la pente qui avoisine les dix pour cent, mais aussi la vue que tu te prends en pleine poire ! A chaque virage en épingle à cheveux, un point de vue magnifique. A chaque point de vue magnifique, une photo ! C’est immensément beau, tout simplement…


Ouest USA 2013 1950
 
Ouest USA 2013 1952
Ouest USA 2013 1958 
Ouest USA 2013 1961

Ouest USA 2013 1962
Ouest USA 2013 1965

Maintenant qu’on a atterri, on roule quelques centaines de mètres pour de nouveau bifurquer sur une piste ! Cette fois-ci, c’est au tour de Valley of the Gods de me satisfaire… Et cette coquine y parvient assez rapidement ! Et oui, encore un site qui a décidé de m’brosser dans l’sens du crin. Donc désolé, mais je n’ai pas d’autres choix que de te bassiner une nouvelle fois avec mes tartines dégoulinantes de superlatifs sur lesquelles je rajoute plusieurs couches de qualificatifs qui seront, quoi qu’on en dise, insuffisants pour te retranscrire la grandiloquence du scénario outrancier qui se joue devant nos pauvres yeux effarés… J’en fais peut-être un poil trop, là, non ?… Et pourtant ! Car ici, nous sommes sur une piste de dix-sept miles qui traverse ce que certains appellent Monument Valley en plus petit… et certainement en moins bondé. Les monolithes sont effectivement à s’y méprendre et ce n’est pas leur couleur rouge qui va me contredire… On se croirait en effet dans « Le rouge et le noir » de Stendhal dans lequel le noir se serait fait la malle… A moins que ce ne soit dans « En rouge et noir » de Jeanne Mas… Arghhhh… Je les confonds toujours ces deux-là…


Ouest USA 2013 1974
 
Ouest USA 2013 1977
 
Ouest USA 2013 1980

Bref, maintenant que le décor est planté, il faut quand même que tu saches qu’en empruntant cette piste, j’ai délibérément passé le volant à ma voisine de droite. Oui, je sais, lorsque la madame de l’agence de location m’a demandé si je voulais souscrire l’assurance pour le conducteur supplémentaire, je l’ai gentiment envoyée se faire cuire un hamburger… Oui, je sais, sur le paquet de la voiture, il est inscrit noir sur blanc « Passer le volant à sa femme tue ! »… Oui, je sais tout ça, mais que veux-tu… Installer Sandrine au volant de Paty, et de une, ça lui fait ‘achement plaisir ; et de deux, ça me laisse égoïstement plus de temps pour contempler les paysages qui nous entourent ! Et puis c’est ma femme, je la connais quand même ! Elle pourrait me faire ça sans les pieds, sans les mains et presque les yeux fermés… « J’ai dit presque !!!!!!!!! » Trop tard ! Alors que Sandrine est trop occupée à se laisser pousser des ailes de pilote rallye, elle omet de regarder à plus de dix mètres devant son nez où se profile pourtant un virage accompagné d’un immense dos d’âne. « Aaaaaaaaaaahhhhhhhhhhh » comme le cri d’un gars qui se surprend à voir le sol s’éloigner des roues de sa voiture… Aaaaaaaaaaahhhhhhhhhhh » comme le cri d’un gars qui voit les têtes blondes de ses deux filles passer dans son rétroviseur…  Aaaaaaaaaaahhhhhhhhhhh » comme le cri d’un gars qui ne sait pas vraiment quand et comment sa voiture va retomber sur le plancher des bisons…
 
Ouest USA 2013 1981 
  Ouest USA 2013 1983


« Désolé, je crois que j’ai zigué au lieu de zaguer ! » Oui, comme tu peux le voir, Sandrine parle encore. Et les filles et moi sommes suffisamment vivants pour l’entendre se complaindre en excuses… Nous nous en sommes donc sortis indemnes… Et apparemment, Paty nous dit qu’elle aussi… Ouf… Si nous visionnons une nouvelle fois la scène au ralenti, on voit bien qu’à la sortie de la bosse, Paty ne touche plus le sol sur une dizaine de mètres, un peu à la façon Starsky et Hutch… Heureusement pour la caution et accessoirement notre santé, il n’y avait ni virage, ni autre véhicule juste derrière… Donc tu l’as compris, à toi qui veut revenir de voyage avec des anecdotes croustillantes à raconter aux copains, rien de plus simple, passe le volant cinq minutes à ta femme !!!
 
Notre grosse émotion suivante, nous l’avons au parc d’état de Goosenecks. En anglais, Goosenecks signifie « Coups d’oies ». Et ils ne nous ont pas menti puisqu’une fois sur place, nous embrassons sur les deux joues une succession de méandres en épingle à cheveux formés par la San Juan River qui se tortille depuis des millions et des millions d’années en contrebas. D’ailleurs, si tu as l’occasion de voir le western « Le massacre de Fort-Apache » sorti en 1948, tu remarqueras qu’à cette époque, la rivière y était déjà puisqu’une scène nous présente John Wayne contemplant le paysage du haut de son canasson, pile poil où nous nous trouvons. Le monsieur en question y boit même un verre en son honneur avant de jeter sa flasque de whisky au fond du canyon… Inadmissible..., même s’il est vrai que dans les années quarante, les considérations écologiques leur passaient largement au-dessus du stetson… « Et oui John ! En ce qui nous concerne, nous prenons bien soin de mettre l’ensemble de nos détritus dans un sac poubelle après avoir pique-niqué sur place, alors prends-en d’la graine, bonhomme ! »
 
Ouest USA 2013 1996
 
      Ouest USA 2013 1989
Ouest USA 2013 1992

Aïe, le gars monte rapidement sur ses grands chevaux et commence à me gueuler dessus en pointant Paty du doigt. Il me parle de gaz à effet de serre et de trucs dans l’genre… Bref, vu que je ne vois pas où il veut en venir et qu’il a un colt à la ceinture, je préfère me sauver à quelques miles d’ici, précisément au Mexican Hat Rock alias le rocher du chapeau mexicain où nous ne restons que le temps d’un clic clac kodak !


Ouest USA 2013 2001
 

Désormais, nous roulons sur de looooongues lignes droites caractéristiques de l’ouest américain. Et même si nous avons déjà roulé sur ces routes rectilignes et désertiques, ici, elles prennent une toute autre dimension ! Ben oui, un paysage comme ça, ça ne te rappelle rien ? « Allez, cours Forrest ! » Et bien justement, non ! Car c’est précisément à cet endroit que Forrest Gump a décidé d’arrêter de courir… Bien évidemment, on s’y arrête pour y faire la photo d’anthologie… en pensant bien à ne pas se faire aplatir en prenant la photo ! Je n’sais pas toi, mais moi, face à de tels paysages, j'ai instinctivement des musiques d'Enio Morricone qui me trottent dans le ciboulot... C'est peut-être parce que c'est ce qui passe justement sur mon Ipad... Et oui, le p’tit gars, il a pensé à tout...


Ouest USA 2013 2004
 
Ouest USA 2013 2005
Outre ces références cinématographiques et musicales, cette vue connue dans le monde entier est aussi annonciatrice d’un mastodonte. Nous allons en effet pouvoir jouer dans cet immense bac à sable que constitue ce  parc, c’est le cas de le dire, monumental ! Monument Valley ! A l’attaque, la cavalerie arrive ! En attendant d’y être, que puis-je te dire au sujet de cette visite qui n'ait déjà été dit ? Probablement pas grand-chose... Tout a été écrit et réécrit... Tout a été photographié et rephotographié... Je peux quand même te rappeler que cette vallée est située en plein cœur d’un territoire indien, en l’occurrence navajo. Tout ce secteur est jalousement resté caché, préservé et paisible durant de nombreuses décennies. Mais un tel site ne pouvait pas rester secret bien longtemps... Donc je t’annonce que moi, alias Franck le vadrouilleur, je l’ai découvert ! Et comme tu es mon ami, je te le présente en exclusivité mondiale !!! Bon, ok, à part si tu as passé ta vie cloîtré chez toi sans télé, sans internet et sans journaux, tu sais bien évidemment que d’autres l’ont parcouru bien avant moi depuis les années quarante, moment où Monument Valley est devenu l’emblème de l’ouest sauvage, grâce (ou à cause diront certains) à Hollywood et plus précisément John Ford. Sur les conseils d’un certain Harry Goulding qui vivait ici, le réalisateur John Ford débarqua en effet à Monument Valley pour le tournage de « La chevauchée fantastique ». Depuis, pour beaucoup, c’est ce parc qui caractérise le mieux l'ouest sauvage américain et l'idée que l'on s'en fait. Qui n'a pas déjà admiré dans un western ce panorama et ces célèbres buttes de grès rouge plantées au milieu du désert ? Qui n'a jamais rêvé de chevaucher un mustang au crépuscule dans ce paysage époustouflant ? Probablement pas toi et incontestablement pas moi puisque j’y suis !
 
Ça y est, les premières buttes et mesas apparaissent. Pour ta culture personnelle, une butte prend le petit nom de butte lorsqu’elle est plus haute que large. Et on l’appelle mesa dans le cas contraire. En tout cas, ces buttes et mesas nous semblent hyper familières ! Surtout pour moi qui, enfant, avait la permission de regarder la télévision le mardi soir, et précisément Eddy Mitchell et sa dernière séance qui proposaient souvent des productions hollywoodiennes opposant cowboys et indiens. Maintenant, trente ans plus tard, oui,  j’ai la permission de mon papa et de ma maman pour regarder la télévision tous les soirs, et oui, je suis ici, au cœur de l’action. Et je suis donc en mesure de t’affirmer que ces paysages vus maintes et maintes fois au cinéma existent en chair et en os ! Faut dire qu’à la grande époque des westerns, les images de synthèse n’existaient pas !
 
Juste avant l’entrée officielle du parc, nous arrivons dans notre huitième état, l’Arizona. Il est quatorze heures trente, heure locale, soit une demi-heure théorique avant d’être parti de Gossenecks, et après une demi-heure réelle de route. Bon, ça, c’est juste pour t’embrouiller un peu vu qu’il y a un décalage horaire d’une heure entre l’Utah et l’Arizona. Mais pour t’embrumer encore un peu plus, nous récupérons l’heure de l’Utah dès la porte d’entrée officielle du parc franchie vu que les navajos ont décidé d’un accord unilatéral de rester à l’heure de l’Utah. Et comme nous sommes sur leur territoire… Quoi ? Tu n’as rien compris ? Pas grave, faut dire que je n’ai point le temps d’en perdre davantage vu que nous nous garons sur le parking. Encore cent mètres à pieds… suspense… les voici !!!… Triple claque ! Paf, paf, paf incarnée de gauche à droite, par West Mitten Butte, East Mitten Butte et Merrick Butte !
 
Ouest USA 2013 2017    Ouest USA 2013 2019
 
Ouest USA 2013 2021

Comme souvent en pareille occasion, on craint d’être un poil déçu. Là, que nenni ! La vue est à en pleurer ! Je ne m’attendais pas à être autant subjugué par cette vision… Par contre, en descendant de Paty, nous avons passé notre mode touriste de base sur « On ». Là où nous étions seuls au monde sur certains sites, nous sommes maintenant au milieu des bus, des groupes qui font l’ouest américain en dix jours, des japonais avec ombrelles et masques de protection,… et surtout des français, encore plus nombreux ici qu’à la Tranche sur Mer ! Mais pourquoi n’avons-nous pas croisé toute cette faune à Muley Point, Valley of the Gods ou encore Goosenecks ? Ma théorie sur la question se résume en une simple phrase : Un aveugle qui regarde à travers une loupe, il ne voit toujours rien, mais en plus grand. Bon, si tu n’as rien pigé à cette phrase, n’insiste pas, j’ai d’autres choses tout aussi intelligentes à te raconter…
 
Ouest USA 2013 2058-1 

Comme par exemple le fait que nous allons maintenant nous engager sur la Valley Drive, cette piste poussiéreuse de dix-sept miles qui se faufile entre ces gigantesques formations rocheuses… Et dès les premiers décamètres parcourus, je me félicite d’avoir loué une voiture haute sur pattes. En d’autres termes, la piste est défoncée ! Mais pourquoi les navajos laissent-il cette piste dans un tel état ?... En y réfléchissant un peu, la raison paraît évidente. Plus la piste est dans un état déplorable, plus les touristes font appel à leurs services pour les transbahuter dans leurs bétaillères… Quatre-vingt-dix dollars par personne pour se retrouver à une dizaine à l’arrière d’un pick-up aménagé, poussière et chaleur livrées dans le package, merci mais non merci ! Certains touristes refusent donc logiquement de payer cette fortune et s’engagent donc comme nous, avec leur véhicule… Sauf que pour la plupart, leur véhicule n’a rien d’un 4x4… On croise quelques crossovers plus faits pour être conduits par les actrices de Desperate Housewives qu’autre chose, mais également des voitures standard dont on entend le bas de caisse souffrir le martyr… Nous, en ce qui nous concerne, on prend notre pied, conscients d’être au beau milieu de la « Conquête de l’ouest », de « Retour vers le futur III » ou encore de « Windtalkers »… On s’attend en effet à chaque moment à voir surgir Rantanplan, Rintintin, Jolly Jumper ou encore Flipper le dauphin ! Et oui, tu ne le savais peut-être pas, mais Rintintin est venu tourner quelques scènes ici !
 
Ouest USA 2013 2027 
Ouest USA 2013 2059
 
    Ouest USA 2013 2056
Ouest USA 2013 2058
Ouest USA 2013 2053

A chaque arrêt, c’est l’émerveillement.
Totem Pole, Artist Point, Three Sisters, John Ford Point,… Et tout y est pour l’ambiance ! On trouve par exemple de jeunes Yakari en jogging basket écoutant du rap à donf dans leurs pickups tunés ! Ah non, ça en fait, ça fait plutôt tache…Bon, rien de grave, mais ça fait quand même bizarre de trouver des stands navajos à chaque arrêt, vendant des babioles made in China, où même l’American Express est acceptée… Ne t’inquiète pas, ma minute anthropologie et étude des comportements vient de s’achever…

Ouest USA 2013 2040
  Ouest USA 2013 2041
 
Ouest USA 2013 2048
Ouest USA 2013 2067


Trois heures… Nous avons en effet passé trois heures à admirer et à photographier cette splendeur de la nature… Et je pèse mes mots… Allez, maintenant, à défaut de pouvoir la planter, nous posons notre tente au Goulding’s campground qui n’a comme seul intérêt que le fait d’être proche de Monument Valley et d’avoir une piscine... D’ailleurs, en parlant de piscine, pendant que Sandrine s’occupe de la lessive, j’irais bien m’y rafraîchir… Ben quoi, chacun son boulot !...
 
Ouest USA 2013 2068


Après ça, quand y en a plus, y en a encore, retour à Monument Valley pour s’y sustenter tout en assistant au coucher du soleil… Sur place, tu ne pourras trouver qu’un seul restaurant et qu’un seul hôtel, tous les deux tenus par les navajos. A ce propos, je connais une bonne blague sur les chambres d'hôtel. Mais désolé, je ne connais pas la suite... Oui, je sais, c’est nul mais c’est juste pour détendre l’atmosphère. Car là, tout le monde prie pour qu’un nuage ne vienne pas gâcher la fiesta… Et nos prières sont rapidement exaucées… Car t
out en dévorant nos hamburgers guacamole, chili et oignons grillés, nous matons un coucher de soleil flamboyant. Oui, je sais que tu te fiches bien de savoir ce qu’il y a entre mes deux tranches de pain, mais tu admettras que manger un hamburger devant Monument Valley, ce n'est quand même pas la même histoire que de manger un hamburger dans un McDo du Havre, n’est-ce pas ? Et vu qu’un hamburger indien vaut mieux que deux tu l’auras, ben on passe un fort agréable moment. Seul petit problème technique, je n’arrête pas de me planter la fourchette dans la joue ! Ben oui, avec une vue comme celle-là, j’ai plus souvent la tête tournée vers elle que sur mon assiette !!!...
 
Ouest USA 2013 2069   Ouest USA 2013 2071
  Ouest USA 2013 2072
      
Ouest USA 2013 2074
    Ouest USA 2013 2076
 Ouest USA 2013 2077


Allez, en guise de point d’exclamation pour clôturer une magnifique phrase, je te propose de faire comme bibi (pas la chanteuse) et d’assister à la projection d’un bon vieux western sur la façade arrière de l’hôtel. Ce soir, nous avons droit à Stagecoach avec John Wayne…
Voilà, ce film conclut parfaitement cette journée parfaite qui va se terminer tranquillement par le rendez-vous que j’ai fixé à Morphée… Ben ce serait le cas si dans le prix du camping, le sommeil était compris ! ! Car à peine couchés, la table et les bancs de notre emplacement sont squattés par une bande de margoulins sans gêne. Inutile de préciser qu’ils sont français, cela va de soi… De nature, je suis assez conciliant. Toutefois, j’aimerais quand même qu’on arrête d’imaginer que pour moi, ce terme s’écrit en deux mots vu que ciliant ne veut rien dire ! Cinq minutes, ça va, dix minutes, ça va… Mais au bout de quinze minute, bonjour les dégâts ! Je suis aussi énervé qu’un Gremlins lâché dans un « All you can eat » après minuit ! Eux, ils vont comprendre que quand Bruce Banner est énervé, il se transforme en Hulk ! Et que quand Hulk est énervé, c’est en Franck qu’il se transforme ! Allez, calmons-nous… Après deux ou trois noms d’oiseaux échangés, tout rentre dans l’ordre, le marchand de sable peut enfin passer… Bonne nuit les petits… Et à demain ! De toute façon, demain est une autre aventure…
Repost 0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 09:08

Hello de Lu ! Honoré de te retrouver une fois de plus dès notre réveil, blotti langoureusement entre Sandrine et moi… Comme tu t’es incrusté pour la nuit, tu as pu remarquer combien notre sommeil avait été bon… En tout cas, bien meilleur que pour certains qui tirent des tronches de zombis en s’extirpant de leur voiture au petit matin. Car si tu t’agites un peu la cervelle, tu vas être en mesure de te remémorer le happy end d'hier soir où le mistral et la tramontane se sont organisés le concours de celui qui pisserait le plus loin. Et ils n’ont rien trouvé de mieux que de faire ça en plein milieu de notre camping, au grand désarroi de nos voisins américains... Donc merci à toi, mister Quechua, noble inventeur de notre tente deux secondes qui a tenu le cap comme une grande… Par contre, je ne remercie pas le dieu soleil qui dès son réveil, se laisse botter l’arrière train sans broncher par quelques nuages menaçants. Du coup, parlons sérieusement entre enfants de moins de douze ans : Devons-nous, malgré ces formations gazeuses, aller trimballer nos yeux dans le Little Wild Horse canyon ?… Car sans vouloir te foutre les j’tons, ce canyon est ce qu’on appelle un slot canyon. Et qui dit slot canyon dit risque de flash flood… Oui, je sais, pour toi, tout ça, c’est du martien… Donc pour toi, si je passe en mode terrien, un slot canyon est un long canyon très très étroit. Et si un big orage venait à se pointer lorsque tu te trouves à l’intérieur, tu pourrais te faire surprendre par le dénommé flash flood, alias une montée des eaux soudaine si tu préfères... Faut quand même faire gaffe à ce satané flash flood machin truc qui peut dans le meilleur des cas te saloper des nouvelles pompes, et dans le pire, se barrer avec ta vie sous l’bras. Du coup, je me tâte, je me gratte la tête, je dirais même plus, je tergiverse… Bon, pour mettre d’accord mon lobe temporal droit et mon lobe temporal gauche, c’est décidé, je tire à pile ou face. Pile, on y va, et face, on y va !... Pile !!! Okay dac, ben on n’a pas le choix, on y va !!! Et pis on n’sait jamais, sur un malentendu, on peut s’en sortir. Ça fera quelque chose à raconter aux collègues en rentrant !

 

Ouest USA 2013 1782

Bon, parlons peu, parlons bien. Le Little Wild Horse canyon n’étant qu’à cinq ou six miles de Goblin Valley, nous nous téléportons rapidement sur son parking, prêts à nous empiffrer de cet énième miracle de la nature. Sauf que pour y accéder, cinq cents mètres de marche dans le lit asséché d’une rivière sont nécessaires. Cinq cents mètres, c’est du pipi d’chat mais ça peut paraître énorme, en tout cas pour la dénommée Sasha qui nous refait sa comédie musicale pour éviter de marcher. Et quand c’est comme ça, toutes les excuses sont bonnes…
« Papa, j’ai faim, papa, j’ai froid,… 
- Ben mange un pull… et maaaaarche ! » Car comme l’ont dit avant moi les célèbres poètes Bataille et Fontaine, la vérité est au bout du couloir !... Heureusement, le supplice ne dure pas longtemps puisqu’aussitôt entrés dans l’antre du canyon, comme par magie, les yeux s’écarquillent et les bouches se ferment… sauf celle de Sandrine qui peine toujours à gravir le gros rocher qui dissimule l’entrée secrète de cette merveille :
« Euuuh, tu n’maides pas, là…
- Non, pas là, non… » Faut dire qu’étant en pleine phase d’euphorie jubilatoire,  j’ai déjà l’index collé à la gâchette de ma boîte à souvenirs. Un vrai killer !!!... Non mais attends, mate-moi un peu toutes ces photos vraiment vraiment (oui, oui, deux fois) splendides !!!…

 Ouest USA 2013 1706
Ouest USA 2013 1736

 Ouest USA 2013 1725  Ouest USA 2013 1732
  Ouest USA 2013 1744   Ouest USA 2013 1726


D’ailleurs, si mes photos de cette contrée lointaine te font saliver le steak et suscitent en toi l’envie de te pointer ici, sache qu’outre la météo, la visite requerra de prendre quelques autres dispositions non superflues comme par exemple emporter suffisamment d’eau avec toi. Comme on n’y croise très peu de touristes, il serait en effet dommageable de devoir boire ta propre urine en cas d’immobilisation forcée durant environ cent vingt sept heures… Et pendant qu’on y est, pense à bien aiguiser ton couteau suisse avant de partir, ça t’évitera d’hurler comme un cochon le moment venu où tu seras contraint de t’autocouper un bras… Bref, une fois cette ordonnance suivie à la lettre, il ne te restera alors plus qu’à passer à l’acte en te glissant délicieusement dans cette fente étroite. Et je peux te garantir que tu vas jouir pendant une heure et demie de pure extase ! Oui, je sais, ça ne t’est encore jamais arrivé mais pose-toi les bonnes questions ! C’est peut-être tout simplement parce que tu n’as pas la chance de m’connaître ! Car moi, fais-moi confiance, pour sûr, je t’aurais emmené visiter le Little Wild Horse canyon ! 

 

Ouest USA 2013 1753
Ouest USA 2013 1738
Ouest USA 2013 1746
Ouest USA 2013 1748

Il est par endroits si étroit qu'il te faut t'y déplacer de côté. Il est par endroits si haut que tu ne peux même pas entrevoir le ciel. Il est par endroits si beau que quand tu te frottes les yeux, tu ne sais pas vraiment si c'est pour te débarrasser d'une goutte de sueur ou d’une larme qui perle pour cause de trop plein d'émotion… Dame nature nous bluffe tous les jours un peu plus mais sur ce coup-là, chapeau ! Ou plutôt Stetson, pour être plus précis ! Bref, nous ne voyons pas le temps passer et deux heures après avoir quitté le parking, nous arrivons aux deux bouts. Au bout de la rando, mais également au bout du rouleau ! Faut dire que le soleil a profité de notre escapade pour darder ses rayons bien comme il faut ! Donc tous au frais dans Paty, merveille suivante s’il vous plait !!!

 Ouest USA 2013 1733
Ouest USA 2013 1749

Mais avant ça, petite douche rafraichissante à notre petit camping, dernier petit coup d’œil à Goblin, et petit bout de route jusqu’à la petite ville d’Hanksville où son petit supermarché ne constituera pas la petite merveille suivante mais nous permettra quand même de refaire le plein de petites victuailles… Petit, petit… Plus c’est petit, plus c’est mignon disent les petits mais comme je suis plutôt grand, il me faut maintenant quelques chose de grandiose : Burr Point, appelé aussi Dirty Devil overlook ! Encore un site aussi peu connu que fabuleux ! Pour t’y rendre, débrouille-toi avec les coordonnées GPS suivantes : 38.15881N - 110.62168W… Ou alors, si tu préfères, suis à la lettre ma carte au trésor… De Hanksville, descends plein sud sur la 95 pendant quinze miles et demi et pas un de plus. Une fois sur place, ne te pose pas de question et prends la piste qui part sur ta gauche pour s’enfoncer innocemment dans le désert rougeoyant de l’Utah. Cette piste se sépare à plusieurs endroits ?... Pas de panique, contente-toi de rester sur la piste principale !... Onze miles, comme ça, sur une piste en taule ondulée, ça peut paraître long… Pour Sandrine, peut-être… Car le Sébastien Loeb qui sommeille en moi s’éclate comme un gamin de cinq ans au volant de son karting à pédales ! Dérapages, freinages,… pour arrivage au village dans les nuages…
 

Ouest USA 2013 1799

La piste arrive en effet dans un cul de sac, tout en haut d’une plateforme rocheuse qui surplombe un paysage vertigineux à couper le souffle du meilleur des marathoniens ! A tel point que Sandrine et les filles n’osent pas danser la carmagnole à moins de cinq mètres du vide ! Bien évidemment, inutile de préciser qu’il n’y a ni garde-corps, ni garde du corps vu que l’endroit est aussi connu que Karpatouke… Comment, tu n’connais pas Karpatouke ?... Non ?... Ben tu vois, c’est bien c’que j’disais, l’endroit où on se trouve est aussi connu que Karpatouke ! 

 Ouest USA 2013 1791
Ouest USA 2013 1797
Ouest USA 2013 1798
Ouest USA 2013 1786
Ouest USA 2013 1790

Mais revenons-en à notre instant magique… La Dirty River, merci à elle, a creusé pour notre plus grand plaisir une réplique miniature du « Grand canyon ». Mais bon,  je remue peut-être le couteau dans le scalp, mais ce qui rend ce moment de contemplation unique, c’est vraiment que nous avons l’impression d’être les découvreurs de ce site. Il n’y a pas âme qui vive à des kilomètres à la blonde. Que nous, le canyon et nos sandwichs que nous dégustons avec nos amis italien et arménien : "Parcimonie" et "A bon escient"... Bien sûr, moi, je serais bien resté planté là, tout comme ma tente, pour une nuit ou deux… Mais je n’ai même pas le temps de soumettre ma lumineuse idée à un conseil familial extraordinaire que Sandrine, Anna et Sasha sont déjà au chaud dans la voiture, prêtes à repartir en vadrouille… Question de sensibilités différentes… Pour en revenir à la vadrouille à proprement parler, elle nous mène ensuite en Egypte… Pas d’affolement, nous ne nous téléportons pas sur les bords du Nil. Le site où nous arrivons se nomme Little Egypt ! Et ici, pas de pyramide, pas de pharaon ni de sarcophage, mais seulement des alignements de roches rouges et blanches superposées qui peuvent éventuellement faire penser aux imposantes colonnes qui soutiennent le temple de Karnak à Louxor. Mais attention, c'est ma théorie à moi tout seul, j’ai d’ailleurs l’intention d’écrire un bouquin sur le sujet en rentrant... Bref, pour rester terre à terre, le site se situe au bout d’une courte piste que l’on emprunte depuis la route 95, cette fois-ci en prenant à droite, à vingt miles de Hanksville. Ah, et j’oubliais… Pour la visite qui ne prend qu’une quinzaine de minutes, une fois de plus, nous sommes seuls au monde… 

 Ouest USA 2013 1809
Ouest USA 2013 1813
Ouest USA 2013 1818

Burr Point, Little Egypt, un petit arrêt à Hog Spring,... Comme tu peux le constater, la route 95 a plusieurs ficelles à son string… Elle en a tellement qu’au final, le string fait maintenant plutôt vieille culotte de grand-mère taille cinquante-deux ! Car plus on descend vers le sud, plus le pare-brise de Paty est un véritable écran de cinéma haute définition… Les mots et les photos ne peuvent lui rendre justice, mais crois-moi sur parole, cette route, c’est du pur bonheur en papillote ! Les paysages sont hallucinants, j’écoute de la country, je suis avec ma femme et mes filles, les lapins me font coucou du bord de la route avec leurs petites papattes… Bref, je suis bien, je suis zen, je suis un homme heureux…
 

Ouest USA 2013 1826

Et pourtant, the cherry on the cake m’attend encore un peu plus loin, précisément lorsque nous entrons dans le Glen Canyon Recreation Area. Car je le dis haut et fort, ce canyon est une tuerie sans nom ! Pour t’en rendre compte, il suffit de te garer lorsque se présente à toi le panneau indiquant « Hite overlook ». Là, écoute attentivement mes instructions. Tu gares ta Paty, tu déverrouilles ta ceinture de sécurité, tu sors, tu marches quelques mètres et tu te prends une bonne claque dans la tronche ! Non mais attend, c’est quoi ce point de vue de cinglé ??? Je dirais même plus, c’est quoi ce Point de vue, avec un P majuscule, comme « Purée qu’c'est beau ! » Sincèrement, le Hite overlook est très certainement le plus beau panorama qu’il m’ait été donné de voir de toute ma vie ! Séquence émotion puisque j’en ai même les larmes aux yeux tellement c’est beau ! Surtout, lorsque tu seras sur place, fais comme moi, ne t’économise pas et va tout au bout à droite de la plateforme pour avoir droit toi aussi à ton trois cent soixante degrés panoramique de folie, tu m'en diras des nouvelles…

 Ouest USA 2013 1837
Ouest USA 2013 1840
Ouest USA 2013 1846
Ouest USA 2013 1848
Ouest USA 2013 1849

Allez, de nouveau dans la voiture pour nous rendre maintenant à… Ah non, en fait, tous les deux cents mètres, je ne peux faire autrement que de me garer en vrac dans le bas-côté pour prendre toute une panoplie de nouvelles photos tellement le Glen Canyon est beau sous toutes les coutures... Et c’est comme ça jusqu’au pont qui enjambe la célèbre Colorado River, celle-là même qui a façonné de ses propres mimines le Grand Canyon… Après ce pont, le paysage redevient un poil plus commun, c'est-à-dire seulement dix fois plus beau que ce qu’on peut voir dans le genre en France. Faut dire qu’après ce concentré de beauté, on devient un poil blasé…

 Ouest USA 2013 1853


Là, comme on n’a pas précisément de point de chute pour cette nuit, on roule, on roule, en espérant voir poindre le bout du nez d’une pancarte annonçant un camping... Mais rien, que dal, nawak, peau d’balle ! Donc on roule, on roule jusqu’à plus soif… Et justement, en parlant de soif, on ne voit pas de camping, mais on ne voit pas non plus de station service sachant que Paty commence à nous témoigner son aversion pour l’essence… Pas grave, on verra ça demain car au final, on arrive au Natural Bridge National Monument où se trouve un camping « premier arrivé, premier servi » ! Et ouf, il reste encore de la place… Là, personne pour t’accueillir. Tu entres, tu choisis un emplacement, tu plantes ta tente, tu vas à l’entrée et tu glisses la somme indiquée dans une enveloppe sur laquelle tu inscris ton petit nom et ton emplacement… « Je m’appelle Franck, avec un F comme Franck… Et mon emplacement porte le numéro douze… » Et hop, dix dollars dans l’enveloppe pour un emplacement tip top ! Et pour ce prix-là, on a même droit à une soirée thématique. Pour aujourd’hui, ce sera astronomie ! Que demande le peuple ?... Ben pas grand-chose de plus, il est plutôt content de lui le peuple !

 

Ouest USA 2013 1873

 

Du coup, après quelques saucisses et marshmallows grillés au barbecue, on a droit à un immense ciel illuminé de millions d’étoiles ainsi qu’à un télescope pointé sur Saturne, accompagnés des commentaires en version originale qui vont bien d’un ranger passionné. Un peu trop d’ailleurs, car le bonhomme met tellement d’engouement dans ses explications qu’on a du mal à le suivre… En fait, pour tout te dire, je lâche l’affaire au bout de cinq minutes… Après dix minutes, j’ai envie de m’pendre… Au bout de quinze, c’en est trop, faites éjaculer la salle !!! Tout le monde au lit ! Ben oui, c’est pas l’tout, mais on a une liste de merveilles à découvrir demain, nous ! De toute façon, demain est une autre aventure…

 

Ouest USA 2013 1880

 

Repost 0
7 août 2013 3 07 /08 /août /2013 18:00

Je suis de bonne bonne bonne bonne humeur ce matin, y’a des matins comme ça !... Ouh là… J’ai des références musicales de ouf, moi, aujourd’hui ! Faut dire que j’ai passé une super nuit à une super température, aidé il est vrai par une super fatigue… Du coup, je suis frais dispo dès six heures et demie !... Mais ma maladie n’a pas l’air contagieuse car il me faut filer un grand coup de santiags à Sandrine pour la réveiller ! « Pas question de faire la grasse matinée, on n’est pas venu là pour rigoler, non mais !!! » Aaaah, si tu pouvais la voir en train de démonter la tente la tête dans l’c… Ben tu rigoles, mais essaie de mettre ta tête là où tu penses pour démonter une tente, et tu verras que ce n'est pas des plus pratiques...


Allez, reprenons le fil de cette journée qui commence par un beau levé du soleil sur les falaises de Flaming Gorge... Si j’avais dû donner un titre à cet instant, un peu comme je le fais pour chaque journée, ça aurait été « Au pays du soleil levant » ! Mais conseil numéro un, éviter de réveiller le cobra et l’anaconda qui somnolent en plein milieu du chemin qui sépare notre tente du point de vue. Conseil numéro deux, je rappelle qu’étant en haut d’une falaise, il ne faut pas oublier de surveiller de près ses enfants !... Ah, tiens, ce couple d’américains suit notre conseil plus qu’à la lettre puisqu’ils trimballent leur gamin au bout d’une vulgaire laisse… Maintenant que nous sommes au point de vue, si j’avais dû donner un titre à cet instant, un peu comme je le fais pour chaque journée, j’aurais plagié Depeche Mode en le nommant « Enjoy the silence », car nous profitons de ce moment de quiétude, limite de recueillement, avec une sensation de boules quies vissées dans les oreilles… Je me surprends même à me trifouiller les écoutilles à plusieurs reprises pour être bien sûr de ne pas en avoir… Mais bon, tout cela ne dure qu’un temps car ce n’est pas le tout, mais on a une voiture à prendre ! 

 

Ouest USA 2013 1615

 

Ben oui, pour celui du fond près du radiateur qui ne suit pas…, oui, c’est bien à toi que je parle,... ben je rappelle que la journée de route va une nouvelle fois être longue et fatigante. Mais l'euphorie est là et c'est bien le principal... Et puis, l'euphorie, elle s'en fiche un peu de la fatigue... Donc c’est parti mon kiki pour une première heure de conduite jusqu’à notre premier arrêt, j’ai nommé le Dinosaur National Monument. Une fois de plus, nous continuons à amortir notre pass annuel. Sauf qu’on ne va pas visiter l’intégralité de cet immense parc. Nous n’avons d’yeux que pour le célébrissime Quarry Exhibit Hall, plus grand musée au monde consacré à la nourriture pour chien. Non, je plaisante, c’est en fait un bâtiment flambant neuf qui abrite un immense pan rocheux renfermant plus de mille cinq cents os de dinosaures. Les chiens seraient quand même dans leur élément ici… Os de diplodocus, stégosorus ou encore d’allosaurus…

Ouest USA 2013 1638

 

Ouest USA 2013 1618

 

La profusion s’explique par le fait que des carcasses de nombreux dinosaures ont été charriées par une rivière et se sont amoncelées dans un bras mort. Le dépôt de couches sédimentaires successives a pris le relais pour terminer l’travail… Et l’endroit devrait te plaire ! En tout ca, il passionne notre petite Anna, qui après hôtesse de l’air le premier jour, puis ranger le cinquième, veut maintenant devenir paléontologue… Plus sérieusement, bien qu’on ne soit pas trop musée, on trouve celui-ci vraiment bien fichu. Il n’y a pas beaucoup d’endroits au monde où on te laissera toucher de véritables ossements de dinosaures… Tu l’as compris, si j’avais dû donner un titre à cet instant, un peu comme je le fais pour chaque journée, je l’aurais appelé « Jurassik Park » où tu ne manqueras pas de t’arrêter si tu viens dans le secteur… 

 

Ouest USA 2013 1620
Ouest USA 2013 1630
Ouest USA 2013 1626
Ouest USA 2013 1622
Ouest USA 2013 1628
Ouest USA 2013 1633

A quelques kilomètres de là, nous faisons ensuite un arrêt ravitaillement dans, sans conteste, la ville la plus fleurie au monde. Si elle était en France, elle aurait à coup sûr pas moins de dix-huit petites fleurs sur son panneau. Cette ville, c’est Vernal, qui en plus des fleurs, s’autoproclame capitale mondiale des dinosaures. Des fleurs, des dinosaures, une station service à l’essence à prix bas, un Walmart et on s’en va pour trois heures de route supplémentaires à mettre à notre actif pendant lesquelles on traverse de nouveau des faubourgs qui n'ont rien à voir avec Saint Honoré… Ah si, en route, on peut quand même signaler des panneaux qui, si je traduis, te disent ceci : « Boucle ta ceinture, c’est la loi ! » En France, on t’explique que c’est pour ton bien, pour celui de tes enfants, de tes parents, de l’écologie, du PSG, du président de la république,… Ici, tu la boucles et tu respectes la loi, un point c’est tout ! Techniques pédagogiques un tantinet différentes…

 Ouest USA 2013 1639
Ouest USA 2013 1640

Après ces trois heures supportées grâce à l’air conditionné, hip hip hip, hourra, nous arrivons enfin ! Oui, ok, je fais mon mea culpa… L’air conditionné, ce n’est pas bien pour l’écologie mais je préfère quand même avoir l’air conditionné plutôt que d’avoir l’air… stupide en crevant de chaud. Du coup, on se présente au guichet de Goblin Valley State Park sans auréole sous les bras, prêts à en découdre… Et la gentille dame à l’entrée rajoute une couche à mon enthousiasme en m’annonçant que l’entrée pour nous, c’est gratuit du fait qu’on va dormir dans le camping du parc. Huit dollars de plus dans mon escarcelle ! Tout serait parfaitement parfait si ces p… de nuages ne venaient pas nous faire c… Car oui, là, je suis aussi vert que le bonhomme de Cétélem ! A à peine cinquante bornes de Goblin, nous avons assisté à un défilé de haute couture. Des gros, des petits, des blancs, des gris… Que des nuages venus là exprès pour m’empêcher de vivre mon rêve éveillé.
 

Ouest USA 2013 1780

Mais qu’à cela ne tienne ! Car après avoir monté notre campement dans un décor lunaire, nous filons tout droit vers le site… Et du haut du promontoire, je peux te dire que c’est bôôôôôôôôô à en user tout son stock de « ô »… J’ai beau chercher, je ne trouve pas assez de superlatifs dans mon vocabulaire pour décrire ce que j’ai sous les yeux… Allez, j’arrête de faire mon égoïste et je te décris un peu l’portrait du gobelin. Car oui, le choix du nom du site n’est pas innocent. Se dressent en contrebas de nous toute une armée de lutins, de champignons géants ou je n’sais quoi d’autre. La Chine a son armée de guerriers à Xian, les Etats-Unis ont leur armée de lutins à Goblin Valley ! Une fois de plus, le secret de ce paysage, c’est l’érosion ! Et bien merci à toi, l’érosion, parce que c'est super beau ! L’érosion de l’eau, du vent et du gel a en effet sculpté cette roche à la dureté différente d’un mètre à l’autre. La roche tendre s’en est allée là où la roche dure fait de la résistance.

 Ouest USA 2013 1770
Ouest USA 2013 1671
Ouest USA 2013 1667

Autrement dit, c’est la cours de récré par excellence pour organiser les championnats du monde de cache-cache, surtout quand on sait que notre famille a la chance de compter dans ses rangs deux membres éminents du gratin international de la discipline… Mais avant cette incontournable partie qui nous pend au pif, allons saluer de plus près ces milliers de lutins pétrifiés qui paraissent surveiller la vallée… Une fois en bas, c’est bôôôôôôôôô à en user tout son stock de « ô »… Oui, je sais, je me répète mais que veux-tu, j’ai l’excuse de l’âge, maintenant !... Y’a pas à tortiller du jouflu, il n’y a vraiment que l’ouest des Etats-Unis pour nous gratifier de ce genre d’endroits surnaturels ! Car là, on est littéralement dans un labyrinthe de formations rocheuses aux formes alambiquées. Et pour ta gouverne, sache qu’il est bizarrement autorisé de grimper partout où tu l’entendras… Mais gare à tes fesses si tu viens ici et que tu ne prends pas soin de cette splendeur, héritage de milliers d’années d’érosion ! Je ne voudrais pas qu’on me rapporte que tu y as assouvi tes envies de graffitis et de meurtres de lutins ! Donc tu viens et tu respectes les lieux, merci pour eux !... 

 

Ouest USA 2013 1766

 

Ouest USA 2013 1676


Ça y est, comme l’obturateur de mon Canon Eos 450D s’est mis en sécurité pour cause de surchauffe, il est temps d’honorer l’engagement que l’on a pris avec nos filles. Pour cela, je connais l’endroit idéal : la vallée numéro trois ! En fait, le site est composé non pas de une, non pas de deux, mais bel et bien de trois vallées. Et vu qu’il n’y a déjà pas foule dans la première qui est la plus accessible, tu imagines bien que ça ne doit pas se bousculer au portillon dans la troisième… Pour s’y rendre, lorsque tu descends du promontoire pour accéder à la première vallée, va tout de go vers la droite jusqu’à atteindre une barrière rocheuse que tu vas contourner par tribord. C’est en fait derrière cette barrière rocheuse que tu vas découvrir la troisième vallée, totalement ignorée des visiteurs…, sauf par nous ! Un, deux, trois, quatre,… Allez, je te laisse contempler tout seul comme un grand mes photos car Anna a commencé à coller et je dois me dégotter une bonne planque de derrière les rochers…

 

Ouest USA 2013 1660

Ouest USA 2013 1658 Ouest USA 2013 1655


Ouest USA 2013 1675

 

Trouvés !!!... Quel panard de passer ces moments dans un endroit pareil en compagnie des visages de nos filles illuminés comme des sapins de Noël !! Au final, je crois que je suis tombé sous le charme de ce site et je ne pense pas être le seul vu qu’Anna nous dit même qu’il est son préféré parmi tout ce qu’on a donné à manger à nos yeux depuis notre arrivée aux Etats-Unis !...


Ouest USA 2013 1665 

De retour sur le promontoire, on profite encore de longues minutes de ce paysage tout en se désaltérant d’une bonne binouze. Et je n’sais pas si avec de l’alcool, la fête est plus folle mais en tout cas, le paysage, lui, reste égal à lui-même ! Sauf que sans vouloir faire injure à ma Sandrine, cette bière, et bien j’aurais préféré la prendre avec mon kiné ostéopathe préféré… Non seulement, il aurait apprécié à juste titre le décor mais en plus, il en aurait profité pour me remettre en place la cervicale qui me chatouille le haut du dos depuis ce matin… Mais bon, ne crachons pas dans la bière, le moment présent est sacrément tip top ! Bref, tu l’as compris, Goblin, que je t’aime, que je t’aime, ooooh, ah que je t’aime…
 

Ouest USA 2013 1684

Et on aime aussi beaucoup son camping ! Car faire un barbecue sur une planète inconnue, ça ne nous était encore jamais arrivé. Dans ma collection de campings, en voilà encore un que je n’échangerais contre aucun hôtel au monde… Voilà, je crois que je n’ai plus de secret pour toi en ce qui concerne cette journée vu que nous nous apprêtons à fermer boutique… C’est alors qu’une mouette ne l’entend pas de cette oreille puisqu’elle survole notre emplacement tout en nous faisant grâce de nombreux pets malodorants. Et comme le dit mon proverbe, mouette qui pète, gare à la tempête ! Et ça se confirme dès le coucher du soleil et le coucher des corps car si j’avais dû donner un titre à cet instant, un peu comme je le fais pour chaque journée, ça aurait été « Autant en emporte le vent » ! Un vent à décoiffer les chauves… que dis-je,… à décorner les bisons s’invite dans notre vadrouille, tentant à chaque instant d’arracher notre tente à ce magnifique paysage. Heureusement pour nous, les kilos de hamburgers engrangés jusqu’aujourd’hui nous aident à tenir bon la barre, à tenir bon le vent, hissez haut ! Mais ce n’est malheureusement pas le cas de notre voisin américain qui vient de se pointer et qui tente de monter sa canadienne malgré le remake de Twister qui se joue actuellement dehors. Je rappelle tout de même pour l’obsédé sexuel que tu es que dans la phrase précédente, l’américain est un homme alors que la canadienne n'est autre qu'une tente... Bref, pour maintenir sa tente pendant qu’il plante ses sardines, cet idiot ne trouve pas meilleure solution que d’y installer son fils de deux ans à moitié endormi ! Grave erreur ! Ce pauvre gamin visiblement pas élevé aux hamburgers n’aura pas le temps d’y commencer sa nuit puisque Gertrude arrache la tente et l’emmène violemment dans un roulé-boulé contre la barrière rocheuse située cinquante mètres plus loin. Au fait, Gertrude, c’est le petit nom que j’ai de mon propre chef donné à la tempête. Bref, au final, le gamin est en pleurs, les amerlocks n’ont plus de tente, nous n’avons pas assez de place pour les accueillir dans la nôtre…, ils doivent se résoudre à pioncer dans leur voiture jusque demain matin. De toute façon, demain est une autre aventure…

 

Ouest USA 2013 1691
Ouest USA 2013 1693
Ouest USA 2013 1779

Repost 0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 08:34

Je t’aurais bien volontiers laissé déjeuner en paix, mais comme je n’ai pas d’ami comme toi, oh non non non, pas d’autre ami comme toi, et bien je te prends au pied du lit pour t’emmener avec nous dans cette longue journée essentiellement dédiée à l’étude approfondie du bitume américain. On va manger du goudron, on va lécher l’asphalte, on va goûter au macadam made in US… Bref, c’est jour férié pour nos semelles de baskets qui vont pouvoir se la couler douce là où les pneus de Paty vont sentir le roussi !

Du coup, à une heure où il neige encore sous mon scalp, j’enfile mes vêtements minutieusement repassés dans la bouche d'une vache, je me peigne avec les pieds du barbecue et je m’installe au volant de notre formule un tout terrain. Bien évidemment, nous avons chargé tout notre paquetage en veillant bien à ne réveiller ni les nounours du coin, ni les voisins, ni nos filles que l’on a délicatement installées sur la banquette arrière, toujours en plein sommeil et emmitouflées dans leurs sacs de couchage, sans qu’elles aient témoigné la moindre once de mauvaise humeur… Faut dire qu’à l’époque, avec Sandrine, lorsque nous avons fait le tri dans les spermatozoïdes, nous nous sommes évertués à ne sélectionner que ceux ayant l’option « Routard en herbe » !... Travail consciencieux, mais travail payant !


En parlant de travail, il faut que tu saches que je me suis cogné la tête contre les murs pendant plusieurs jours pour me décider sur la stratégie la plus optimale à adopter pour gagner Goblin Valley qui est notre prochaine étape majeure. Voici les conclusions de mon enquête préliminaire… Premièrement, j’ai une belle grosse bosse sur le haut du crâne. Deuxièmement, j’ai choisi de couper le chemin en deux et donc de faire un bout de route aujourd’hui, et le reste demain. De toute façon, demain est une autre aventure, mais ça, je crois que tu es déjà au courant… Troisièmement, deux alternatives sont alors possibles : Soit tu prends la 89 plein sud et tu enfiles des miles, des miles et encore des miles de routes monotones comme des perles en passant par la pas très sexy Salt Lake City… Soit tu t’enfonces dans l’Amérique profonde sur la 189 qui te permettra de faire étape au magnifique site de Flaming Gorge… Pique nique douille, c’est toi l’andouille… Tu fais ce que tu veux, mais nous, on prend à gauche !

Si bien qu’après un petit tour et puis s’en vont de l’Idaho, on refait surface dans le Wyoming pour aussitôt se diriger vers un tout nouvel état. Et oui, rassasiés par les merveilles qui nous ont été servies par Max Maxfield et son Wyoming, nous fonçons maintenant tout droit vers celles que nous propose l’Utah ! Ce sera aussi le moment où il y aura passation de pouvoir entre le vert et le rouge... Et accessoirement, passation de pouvoir entre nos polaires et nos t-shirts... Mais pour l’instant, notre Paty roule, elle roule, elle roule… jusqu’à ce que nos deux marmottes à l’arrière ne réclament leur dû stomacal… « Trou du cul du monde, quinze minutes d’arrêt !!! » Pas d’pitié pour les croissants, c’est dans une petite boutique paumée qu’on prendra notre petit-déjeuner. Inutile de te donner le nom ni la description de l’endroit vu que tu n’y mettras jamais les pieds, mais je tiens tout de même à profiter de cet arrêt pour te faire l’apologie des américains. A toi et à tous ceux qui pensent toujours que les descendants de l’oncle Sam sont des incultes associables et nombrilistes, je dis non !!! Je réfute violemment ces accusations en bloc vu qu’une fois de plus, nous sommes ici accostés par des jeunes, des vieux, des gros, des minces,… qui n’en veulent ni à notre portefeuille, ni à la plastique avantageuse de ma femme… Non, les gens d’ici ne veulent échanger que quelques mots sympathiques avec nous, en toute simplicité… Bref, rien de transcendant lors de cet arrêt mais nous nous sentons ici en sécurité, zen, cool… Un peu comme à la maison, quoi !…

Nos muffins et notre brique de jus d’orange congelée engloutis, nous repartons pour un p’tit tour de manège à quatre roues nommé Paty. Toujours ces routes toutes droites interminables et ces petits villages plantés là comme une carotte au milieu du désert… Tout ça flaire bon la consanguinité, c’est moi qui te l’dis !... C’est simple, sur deux cents bornes, on ne trouve qu’une seule ville méritant cette appellation. Deux fois deux voies, motels et chaînes de restos rapides en périphérie, aéroport, Walmart,… Et pourtant, la belle petite ville de Pinedale n’affiche que mille quatre cents habitants, soit tout juste un petit peu plus que mon village ardennais où seuls un boulanger et un coiffeur se battent en duel. C’est aussi ça le rêve américain !

Mais rassure-toi, je n’ai pas l’intention de te tenir éveillé jusqu’à la fin de cette journée en te servant une description détaillée de chaque portion de route, de chaque comté, de chaque village traversé… Non, d’ailleurs, je te propose de chausser ensemble nos bottes de sept lieux afin d’enjamber ce no man’s land sans véritable intérêt et atterrir directement dans le petit village d’Eden qui n’en a que le nom. De là, il te faut compter sur tes doigts jusque vingt-trois, comme les vingt-trois miles qui nous séparent de l’intersection avec la piste County Road que l’on prend sur notre droite. Là, on roule à peu près deux miles pour bifurquer cette fois-ci sur notre gauche. Ça y est, nous sommes sur le Pilot Butte Wild Horse Scenic Tour, loin, très loin, très très loin, à des années lumières des sentiers battus… C’est simple, il y a une piste… le désert,… et nous…et puis c’est tout ! Mais alors, que venons-nous faire dans ce trou, alors ?... Nous sommes venus voir si nous avons des nouilles qui débordent de notre fessard… En d’autres termes, la chance d’entrevoir quelques-uns des chevaux sauvages qui errent dans le secteur… Tu dois quand même savoir qu’il n’y a plus foultitude d’endroits sur notre planète où on peut avoir le privilège d’apercevoir des chevaux sauvages. Et l’endroit où je me situe à l’heure où je t’écris fait partie de ce gratin mondial. Mais chut, vu l’affluence, je crois que personne ne le savait à part moi… Il y a toi, maintenant… Voilà, je n’ai pas le choix, je suis obligé de te tuer…

Ouest USA 2013 1560


Ne prends pas tes jambes à ton pou, je rigole... Et puis si je te tue, qui sera là pour lire mes bafouilles, après ? Bref, sur une quinzaine de miles, on roule sur cette piste en très bon état. Et quand la piste est bonne,… bonne, bonne, bonne… et quand la piste est bonne… et bien on en profite pour mater les beaux paysages que nous offre cet immense plateau désertique avec la Pilot Butte en toile de fond. Par contre, pour l’instant, pas de canasson en vue !
 

Ouest USA 2013 1568
Ouest USA 2013 1564
Ouest USA 2013 1566


On roule, on roule… jusqu’au moment où… ça y est, ils sont là, juste devant nous ! Majestueux, imposants, grandioses… De beaux gros crottins de cheval trônant au milieu de la piste ! Sauf que sous la langue, ils ne m’apparaissent pas assez fondants pour être le résultat d’un gros caca du matin. Mais comme le dit le célèbre proverbe chinois, il n’y a pas de crottins sans chevaux… Du coup, comme le petit poucet, on remonte la piste, allant de crottin en crottin en espérant débusquer le responsable de cette orgie excrémentale… Alors, brocouille or not brocouille ? Et bien figure-toi que juste avant de quitter cette piste, au moment où on n’y croyait plus, alors que les filles à l’arrière étaient à la limite du suicide à l’idée de ne pas les voir, et bien David Vincent les a vu ! Ils sont là, une quinzaine de spécimens, crinières au vent, se prenant pour les stars des podiums sous le feu des flashs de mon appareil photos… On reste là de longues minutes, les yeux écarquillés, les mots restés coincés au fond de la gorge… Bref, quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes !!

 Ouest USA 2013 1581
Ouest USA 2013 1578
Ouest USA 2013 1588


En parlant de finesse, je m’en mettrais bien cinq cents grammes dans la boîte à manger ! Du coup, on se magne le pistil pour prendre la magnifique route qui mène à Rock Springs où j’ai dégotté une adresse de derrière les restos... Sauf que ce hamburger géant, je ne suis pas prêt de me le mettre sous la dent ! Ben oui, vu que notre GPS humain déconne grave, on n’est pas sorti de l’Auvergne !!! Ouf… Une bonne salade de phalanges derrière la tête de Sandrine et la machine a l’air de refonctionner pour nous guider jusqu’au Broadway Burger Station…

Et là, sunday, monday, happy days, tuesday, wednesday, happy days, thursday, friday, happy days !! Ambiance années soixante !… Néons, chromes, juke box, sky rouge, Elvis,… Tout y est, y compris les serveuses hyper maquillées avec couettes aux pieds et rollers sur la tête ! Du coup, nous sautons sur l'occasion pour faire une nouvelle fois la grève du régime. Je te conseille d’ailleurs le King ! Non pas au juke box mais dans ton assiette. C’est le nom du plus gros burger que j’ai mangé de toute ma vie de globe-trotter. Rajoute à ça du coca que la gentille serveuse nous ressert dès qu’on en boit une gorgée et tu comprends aisément qu’on ressort d’ici fourrés comme des dindes de Thanksgiving peinant à s’extraire de leurs positions assises… Et ce suicide à la bouffe ne nous revient qu’à trente sept dollars pour nous quatre, pourboire inclus ! 

 Ouest USA 2013 1589
Ouest USA 2013 1593
Ouest USA 2013 1598
Ouest USA 2013 1600

La suite, c’est de nouveau un brin de route dont je t’épargne les détails. Toi, comme je commence à bien te connaître, je sais que tu veux du concret ! Des montagnes, des concrétions rocheuses, des lacs, des canyons,… Et bien justement, nous arrivons au Canyon Rim camping où nous posons notre baluchon sur l’emplacement numéro sept situé précisément à huit secondes et demie à pieds d’un précipice surplombant le canyon de Flaming Gorge creusé pendant des siècles et des siècles par la Green River… Attention, danger ! Il est fortement recommandé aux hommes se relevant la nuit pour uriner en pleine nature d’éviter de camper ici !!! P.S. : Lors de la vidange, le fait de se cramponner vigoureusement à son attirail ne saurait éviter une chute mortelle !

Ouest USA 2013 1602
Ouest USA 2013 1614
Passées ces précautions d’usage, sache quand même que le paysage compris dans le prix de l’emplacement mérite son heure de contemplation. Mais pour en profiter un max, pourquoi ne pas partir randonner le long de la corniche pour rejoindre le visitor center ? Ma proposition ne suscitant aucune récrimination, ni filiale, ni maritale, Goldorak, go, rétrolaser en action !!!... Une bonne heure de marche à se farcir les orbites de panoramas à l’aller, une seconde heure qui ressemble beaucoup à sa petite sœur pour revenir au point de départ, tu secoues, et tu obtiens une famille complètement carbo. Oui, oui, avec les petits lardons, les oignons et tout et tout ! Faut dire que par rapport aux jours précédents, je ne sais pas ce qui a pris à cette cinglée de température de s’affoler comme ça, mais elle a fait un bon incroyable pour même atteindre la barre fatidique des cent degrés tout à l’heure ! Bref, une journée de route entrecoupée de petites visites sympatoches qui se termine finalement autour d’un robinet. Ben oui, imagine une famille autour de l’unique robinet d’eau glacée du camping en train de se faire une petite toilette de chat et tu nous quitteras sur cette image, en attendant celles que je voudrai bien te livrer demain… De toute façon, demain est une autre aventure…
 

Ouest USA 2013 1611
Ouest USA 2013 1608
Ouest USA 2013 1612

Repost 0
5 août 2013 1 05 /08 /août /2013 15:50

Comme la nuit dernière, dans la forêt lointaine, on entend des louloups. Du haut, de leur grand chêne, ils répondent au hibou… Coucou, coucou,… et bienvenue à Yellowstone pour ce quatrième réveil qui affiche cette fois-ci dix degrés au compteur. Tu vas me dire que c’est bien plus qu’hier matin et je vais te répondre que tu te fourres le thermomètre bien profond dans l’œil,… pour rester poli… Car dix degrés, c’est le cumul des températures des quatre nuits passées à Yellowstone ! Quatre degrés la première nuit, deux la suivante, quatre pour celle d’après, pour finir en apothéose sur un petit zéro degrés ce matin… Zéro, comme le zéro de la défaite, le zéro éliminatoire, le zéro de la vengeance ! Il est donc l’heure de partir voir ailleurs si les thermomètres veulent bien être plus indulgents avec notre sommeil ! Il est l’heure de renifler la goutte au nez qu’on a ici chaque matin ! Il est l’heure de replier notre chambre et de la faire rentrer dans la voiture ! Il est l’heure de prendre une ultime douche avant perpette ! Il est l’heure de prendre la route, direction le sud !

 

Adieu Yellowstone, je te perds pour peut-être en retrouver dix, mais sache que je céderai bien volontiers ces dix que je trouverai à celui qui voudra bien me ramener à toi… Oui, bon, ok, là, j’avoue, c’est mon côté baratineur qui ressort, mais tu admettras quand même que ça te donne plus envie d’y aller en lisant ça plutôt que si je t’avais dit : « Yellowstone, c’est fichtrement bien, vas-y ! »… Et puis d’ailleurs, comme je suis l’auteur de ces textes, j’écris ce que je veux ! Voilà ! Fin de la discussion ! Bref, plus sérieusement, outre ces quelques feuilles noircies ici, c’est une page de notre vadrouille qui se tourne pour nous aujourd’hui. Mais heureusement, j’ai encore plusieurs pages à mon arc ! Et celle qui se présente à nous a pour titre « Grand Teton National Park » ! Ce fameux nom de « Grand Teton », on le doit à une bande de joyeux trappeurs français venus se prélasser dans le secteur au cours du dix-neuvième siècle. Pour eux, les montagnes avaient des formes pour le moins aguichantes… Oui, oui, là, tu as bien compris, on parle bien de poitrine féminine, de seins, de nénés, de roberts, d’airbags, de miches, de nibards, de poumons, de Teton National Park, quoi !!! Non, non, je n’fais pas de fixation… C’est plutôt ces p’tits gars qui devaient être sacrément en manque pour imaginer ça, car nous, en arrivant on y trouve bien des montagnes, mais un poil trop pointues à mon goût… A moins que les seins de la demoiselle ne pointent à cause du froid qui sévit ici l’hiver ?... Ne nous égarons pas, même si voir de jeunes demoiselles portant fièrement un T-shirt sur lequel est inscrit « Grand Teton is beautiful » en énormes caractères sur la poitrine peut titiller l’imagination… « Ok ma p’tite dame, je veux bien vous croire mais moi, je suis un peu comme Saint Thomas, je n’crois que c’que je vois… » Réticente au premier abord, je lui rajoute une petite formule de politesse pour l'embrouiller et la voir finalement me prouver qu’elle ne peut être attaquée en justice pour publicité mensongère. Car oui, je suis désormais en mesure de t’annoncer qu’elle mérite bien cette inscription sur son beau T-shirt qui lui saille à merveille… Suivante !  

 

Ouest USA 2013 1542

Mais qu’est-ce que tu vas imaginer là ? Tu n’as pas honte ? Je suis avec mes filles, quand même ! Ben justement, de Grant Village, une petite heure de route suffit pour arriver à Colter Bay où je leur réserve une petite surprise… Deux heures de canoë sur le Jackson Lake avec vue sur les Teton : Quatre-vingt dollars payés avec mon American Express… Voir des étoiles dans les yeux de mes filles, ça n’a pas de prix ! Pour le reste, il y a American Express ! Bref, c’est la fête au village ! Les parents, les enfants, ont formé leur équipage ! Pour s’amuser, pour en chier, pour pagayer, Sasha pose ses petites fesses dans le canoë de Sandrine. Tu l’as compris, c’est à Anna que reviendra le privilège de m’accompagner dans cette course effrénée... Course qui n’aura finalement pas lieu bien longtemps puisqu’en quelques coups de pagaie, Anna et moi avons déjà cent mètres d’avance sur l’autre binôme qui menace d’ailleurs de jeter Bob l’éponge si on ne les attend pas…

 

Ouest USA 2013 1489

Ouest USA 2013 1495

Du coup, en suivant tranquillement la carte, nous sortons de la marina, zigzaguons entre deux ou trois îlots pour enfin nous retrouver seuls au monde face à ces magnifiques montagnes des Grand Teton. Prononce « grainde titone » pour te la jouer amerlock !... La suite, c’est pagaie, pagaie, pagaie, pause sur une petite île déserte sur laquelle je resterais bien volontiers un jour ou deux en mode Robinson, changement des équipes pour le meilleur et surtout pour le pire puisqu’Anna et Sandrine ne s’entendent pas canoë-kayakement parlant, reconstitution des équipes initiales, pagaie, pagaie, pagaie, pour un retour au port et à la terre ferme… 

 

Ouest USA 2013 1497
Ouest USA 2013 1494

Après cette séance de musculation des bras, c’est maintenant à Paty de faire le boulot en nous ramenant trente ans en arrière, plus précisément au point de vue d’Oxbow Bend. Le panorama qu’on y découvre est en effet digne des grandes tapisseries bien kitchs qu’on trouvait collées aux murs des salons des maisons dans les années quatre-vingts. Qui n’a jamais eu chez lui un petit torrent ou une forêt rougeoyante entre deux lais de moquette murale marronnasse dans son salon ?... Pas toi ?... En tout cas, Oxbow Bend, c’est ça : un lac, une chaîne de montagnes, le reflet de ces mêmes montagnes dans le lac, de la verdure… Bref, c’est beau à te donner l’envie de te faire un petit puzzle ! 

 

Ouest USA 2013 1502

On enchaîne avec la Jenny Lake drive qui permet de longer le lac du même nom. C’est précisément là qu’on choisit de faire un stop pour notre moment Raider, deux doigts coupe-faim... Et même si des montagnes, on en a en pagaille en France, c’est quand même bien sympa de pouvoir pique-niquer au bord d’un lac, avec une belle chaîne de montagne en toile de fond, un grand beau ciel bleu… et toute une colonie d’italiens bruyants pour voisins… Faut dire que depuis notre entrée dans Teton, il est difficile de se retrouver tout seul. Et ça se confirme lorsqu’on arrive à l’immense parking du visitor center de Jenny Lake. On tourne et on retourne en effet plus de dix minutes pour dénicher une plaçounette au soleil pour notre chère Paty. Et là, même si notre bonne vieille planète Terre fait plus de cinq cents millions de kilomètres carré, devine sur qui on tombe… Patrick et sa femme qui terminent la rando de Jenny Lake ! C’est justement pour ça que nous sommes là aussi ! Car après les bras ce matin, ce sont les jambes qui sont au menu de cet après-midi… 

 

Ouest USA 2013 1506

Il va toutefois falloir se dépêcher car je crains qu’on ne prenne une grosse averse sur le coin du parapluie. Ce qui m’a mis l’anus à l’orteil, c’est l’énorme nuage noir foncé qui nous a en ligne de mire et nous fonce droit dessus comme un dératé. Donc là où des humains normalement humanisés mettent une heure pour monter jusqu’à Inspiration Point, nous n’en mettons que la moitié d’une. Faut dire que la rando n’est pas très difficile, même pour nos filles... La preuve, on y trouve même des américains, c’est dire ! Et pas que des sveltes, en plus !... Allez, pour rentabiliser, une dernière photo du Jenny Lake avant de redescendre, un petit arrêt à la chute d’eau de Hidden Falls et nous atterrissons tranquillement à l’embarcadère où il est possible de prendre un bateau qui nous fera traverser le lac pour nous ramener à notre véhicule moyennant quelques dollars. L’attrape-couillons consiste à te vendre les tickets au visitor center, près de ta voiture. Car si j’aurais su, j’aurais pas v’nu ! Là où tu crois payer pour gagner du temps et de l’énergie, ben tu te coltines une bonne grosse file d’attente digne du jour de la sortie de l’IPhone 14 devant un Apple store !!! Vingt-quatre dollars, une heure et demie d’attente, dix minutes de bateau… Tout ça pour faire économiser une demi-heure de marche aux cuissots de mes gazelles… Donc, jeune Palawan, quand tu viendras dans l’coin, un pératif à retenir : N’achète pas de ticket pour économiser ton argent ! Et deuxième pératif, actionne tes guibolles pour économiser du temps !

 Ouest USA 2013 1515
Ouest USA 2013 1523

Ouest USA 2013 1517 Ouest USA 2013 1520

 

Ouest USA 2013 1522
Ouest USA 2013 1536

Ouest USA 2013 1525 Ouest USA 2013 1533


Bon, au final, nous avons été épargnés par le dieu de la pluie, la ballade était plutôt sympathique, mais nous avons perdu pas mal de temps sur notre programme de premier ministre... Du coup, même si on prend le temps de récompenser nos bonnes marcheuses de filles à coup de cornets de glace, on se dirige rapidement vers la sortie du parc. En chemin, on ne manque pas de faire un petit détour jusqu’à la petite chapelle de la Transfiguration toute croquignolette, réputée pour avoir le plus beau vitrail au monde. Juge-en par toi-même en matant la photo qui suit. Et oui, il y a des jours où même un grand bavard comme moi doit apprendre à la fermer et laisser les photos s’exprimer…

 Ouest USA 2013 1539
Ouest USA 2013 1541


Maintenant, je dois quand même reprendre la parole pour t’annoncer que ça y est, nous tournons les talons à ce parc qui ne restera finalement pas comme un must de notre vadrouille, même si je conçois qu’au Grand Teton National Park, il y avait bel et bien du monde au balcon ! Mais reste zen, la journée est loin de baisser le rideau ! On a encore du temps devant nous pour par exemple aller traîner nos guenilles dans la petite bourgade de Jackson Hole, littéralement Jackson le trou. Pourquoi ce nom ?... Ben tout simplement parce qu’à l’époque du far west, il fallait vraiment se paumer pour atterrir ici. Du coup, Jackson's Hole était la cachette favorite des voleurs de bétails ou de chevaux, des pilleurs de trains ou de banques, des détrousseurs de convois ou de diligences qui pouvaient aisément y dissimuler leur butin en attendant de se faire oublier… Et pour l’anecdote cinématographique du jour, sache que lorsque tu regardais Stallone s’entraîner en Sibérie dans Rocky IV avant d’affronter Dolph Lundgren, et bien en fait, tu te faisais berner car le meilleur boxeur de tous les temps courait dans la neige ici, à Jackson Hole… Un peu comme Patrick et sa femme qu’on recroise une nouvelle fois sur les trottoirs en bois de cette petite ville typiquement western… Car oui, ici, c’est Frontierland pour de vrai ! Diligences dans les rues, saloons, arches en bois de cervidés,… Et surtout deux ou trois affiches qui nous rappellent qu’on se trouve en plein cœur d’une Amérique cent pour cent républicaine : « Porter une arme, c’est être américain ! », « Porter une arme, ce n’est pas un droit, c’est un devoir ! », « Si les armes étaient hors la loi, seuls les hors la loi auraient des armes ! »… Bref, que des conneries, quoi !…

 Ouest USA 2013 1549
Ouest USA 2013 1552
Ouest USA 2013 1547


En parlant d’armes à feu, on va en voir à gogo puisqu’il est presque dix-huit heures, l’heure du crime ! Ou plutôt l’heure d’échanges de coups de feu factices en pleine rue ! Je m’attends donc à voir débouler dans quelques secondes une armée de gros durs, révolvers à la ceinture, chiquant du tabac et sentant bon la sueur… Au lieu de ça, cinq jeunes types efféminés, déguisés soi-disant en cowboys, débarquent et se mettent à se déhancher sur Footloose !!! Euuuuuuhhhhh, on m’aurait menti ??? Le moins qu’on puisse dire, c’est que ça commence mal… La suite ne relève pas le niveau puisque cette joyeuse bande de pré-pubères se hurlent dessus dans une langue qui m’est totalement inconnue ! Ça aurait pu être du moldo-slovaque que ça aurait été pareil ! Bref, après de longs monologues monotones, arrive ce qui devait arriver : Nos amis se crêpent le chignon en s’échangeant quelques coups de feu, là où ils auraient plutôt l’âge de s’échanger leurs cartes collector Pokémon… Bon, visiblement, leur tour de Jedi a fonctionné à merveille sur mes filles qui sont toutes émoustillées de se faire offrir les douilles des balles à blanc par le gentil justicier qui a remporté la bataille des junior cowboys. Moi, mon niveau de cultivité en demandait plus ! J’aurais souhaité que dans leur ritournelle, ils aient une approche dithyrambique de l’aspect historique de la cité. Et pourquoi leur œuvre ne met-elle pas l’accent sur la philosophie intrinsèque des cowboys du dix-neuvième siècle ?... Oui, je sais, je suis comme ça, j'ai une supérieure intelligente de la moyenne et on ne m’amadoue pas avec deux ou trois douilles de balles à blanc…

 Ouest USA 2013 1555

 

Bref, le spectacle ne m’a pas plu,… n’en parlons plus… et allons plutôt marquer l’Idaho de notre emprunte ! Nous ne sommes en effet qu’à une vingtaine de minutes de ce nouvel état que nous allons pouvoir inscrire dans notre liste des états visités puisque le camping Trail Creek que j’ai repéré sur internet y est situé. Une fois sur place, ce n’est que du traditionnel qui ne va donc pas te passionner : Montage de tente, allumage du feu, une salade et au lit ! Oui, bon, ok, ce soir, on est un peu à la diète mais ça ne peut pas nous faire de mal ! Enfin, surtout à moi car si Sandrine se sent visée, ça risque de chauffer pour mon matricule ! Sur ce, bonne nuit, fais de beaux rêves et à demain ! De toute façon, demain est une autre aventure…

Repost 0