Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On part en vadrouille !
  • On part en vadrouille !
  • : Lorsque je ne suis pas en voyage, soit je prépare le suivant, soit je raconte le précédent...
  • Contact

Projets

Birmanie - Février 2015

Etats-Unis - Juillet 2015

Sud Turquie - Octobre 2015

Sud marocain - Avril 2016

Indonésie - Juillet 2016

Namibie - Avril 2017

Déjà faits

Grèce (2000), Tunisie (2001), Canaris (2002), Italie (2002), République Dominicaine (2003), Turquie (2003), Russie (2003), Etats-Unis nord est (2004), Egypte (2005), Corse (2005), Réunion (2005), Maurice (2005), Angleterre (2006), Inde Rajasthan (2007), Floride (2008), croisière Caraïbe (2008), Arizona (2009), Mexique (2009), Guadeloupe (2010), Jordanie (2010), Balkans (2011), Irlande (2011), Thaïlande (2012), Andalousie (2012), ouest américain (2013), croisière Méditerrannée (2013), Portugal (2014)

Compteur Global

Pages

Carnets De Route

17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 17:00

Bangkok, quinze heures. « Franck, peux-tu s’il te plait me passer les chaussettes pour que je puisse essayer cette belle paire de chaussures ?... Fraaaanck !!! Viiiite, les chaussettes, les chaussettes !... » Trop tard ! Et comme le dit le célèbre dicton thaïlandais, si tu n’peux pas obtenir de chaussettes, contente-toi de ménager ton slip ! Bredouille de chaussette, mon pauvre père n’a donc plus qu’une seule idée en tête : Honorer ce dicton ! Comme un dératé, il se lance à corps perdu dans la rue. Et pour atteindre son objectif, il est prêt à tout ! Bousculade de petits écoliers Lu … euh non, thaï, doublages éhontés, quelques baffes et insultes,… Dans l’urgence, j’suis sûr qu’il serait même prêt à baragouiner quelques mots d’anglais… Comme une machine programmée pour tuer, rien ne peut l’arrêter ! Et là,… et là,… et là,…! « Mais qu’est-ce qui se passe ? Où court-t-il comme ça ?... »

Brillant observateur que tu es, tu auras remarqué que je m’la joue comme dans certains films où on te met l’eau à la bouche en te montrant une scène importante de l’histoire pour revenir ensuite en arrière et t’expliquer le pourquoi du comment du kesquisépassénondediou ! Et bien allons-y, enfilons le costume de réalisateur le temps d’une journée, journée qui entre parenthèse, sera la dernière de notre vadrouille thaïlandaise… Snif… Allez, Thaïlande scène vingt-trois. Silence sur le plateau… Moteur, action, ça tourne !... Nous nous retrouvons donc au tout début de cette journée, pile poil au moment où nous posons nos tongs à Bangkok pour la seconde fois de notre road trip. Il est tôt, très tôt, trop tôt. Pour tout te dire, il est cinq heures, Bangkok s’éveille…, un peu comme moi, comme mes filles, comme Sandrine et comme ma mère. Par contre, mon père ne se retrouve pas dans l’même sac que nous… Ben non, lui, il ne ressent pas le besoin de s’éveiller vu qu’apparemment, il n’a pas réussi à faire son compte au marchand d’sable de toute la nuit. Car si tu conjugues le froid du bus et ses vomissements avec le fait qu’il avait autant d’espace qu’il en aurait eu en partageant une voiture de golf avec une poignée d’hippopotames, tu peux en déduire que s’il s’était tapé le trajet dans une remorque tirée par des bœufs, ça n’aurait pas été pire… Mais bon, ce n’est pas le moment de s’appesantir sur des détails, il est l’heure de profiter une dernière fois de Bangkok, de ses gaz d’échappement, de ses odeurs de nourriture, de ses chauffeurs de taxis et des foutages de gueule en règle qui vont avec ! 

« Nous voulons aller dans le quartier de Sukhumvit !
- Six cents baths ! » Alors, soit le cours du baths s’est fait laminer durant ces trois dernières semaines, soit le monsieur m’a malencontreusement confondu avec un beau petit pigeonneau bien dodu ! Au suivant !
« Sukhumvit ? Compteur ?
- Mille baths ! »

Alors, comme je viens de vérifier et que le cours du bath me paraît plus en forme que mon père, j’en déduis que le beau petit pigeonneau  dodu pour lequel je pensais être pris il y a encore trente secondes était en fait en hamster qu’on veut farcir d’une noix de coco entière !... Au suivant ! Le problème, c’est que les chauffeurs de taxis se suivent,… et se ressemblent ! Ils ont tous oublié qu’on était en vacances et que des abrutis, on en voit toute l’année en France. Donc hors de question pour moi de multiplier par deux le salaire mensuel d’un de ces truands, au seul prétexte d’avoir une tête de blanc-bec dans l’pâté ! Mais que fait la police ??? Ben tiens, justement, quand on parle du policier, on en voit le bout de la casquette… Là, le gars vient à notre secours et arrête un taxi pour lui ordonner de nous emmener sur le champ à Sukhumvit en mettant le compteur… Alleluia, nous n’allons pas passer toute la journée dans cette gare de Mo Chit ! « Merci monsieur l’agent, vous êtes bien aimable ! » Comme tout chauffeur de taxi, le nôtre sort donc de son véhicule, saisit mon sac, ouvre son coffre,…  Sauf qu’il n’est en fait pas un chauffeur comme je me les imagine puisqu’après ça, il jette un coup d’œil au policier qui nous tourne maintenant le dos, balance mon sac par terre, referme son coffre, remonte dans sa voiture et déguerpit comme le voleur qu’il est ! A moins qu’il ait eu une envie pressante, ce pauvre monsieur… Grrrr… Au suivant !

« Nous voulons aller dans le quartier de Sukhumvit !
- Huit cents baths ! »
Mais mbiiiip ! Fait chbiiiip ! Le gars ne me laisse même pas le temps de lui demander de mettre le compteur ! Remonté comme un coucou shooté au guronsan, j’attrape une hallebarde dont personne ne s’est réellement posé la question de savoir ce qu’elle faisait là. Je la fais alors tournoyer au dessus de ma tête avec la dextérité d’un moine Shaolin. Elle tourne, tourne, tourne, puis vient se planter dans le torse du chauffeur qui tombe raide mort sur le trottoir. Au suivant ! Et le suivant, je peux te dire qu’il n’a pas intérêt à moufter… Pour ça, je sors mon arme fatale : Mes filles ! Je prends Sasha dans mes bras et saisis Anna par la main. Et en voyant un taxi se pointer, je les pince toutes les deux fortement, histoire de leur tirer quelques larmes que fièrement, j’obtiens assez facilement…

« Nous voulons aller dans le quartier de Sukhumvit ! Pouvez-vous nous y emmener en mettant le compteur ?
- Non, c’est sept cents baths ! 
- S’il vous plait, pitié, il est cinq heures et mes deux pauvres petites filles pleurent tellement elles tombent de sommeil ! Et promis, si vous acceptez, vous aurez le droit de leur toucher les cheveux… » Et alors que je m’apprête à refaire usage de ma hallebarde, le gars me répond ok, ce qui en thaï veut dire « Grimpe là-d’dans avec ta femme, tes filles et tes parents sous l’bras ! »

Au final, en arrivant devant l’hôtel Suk 11, le compteur arbore fièrement cent cinquante baths que je suis heureux de payer à notre ami le chauffeur de taxi… Ouf, nous venons de terminer le premier niveau de notre jeu vidéo avec brio, non sans mal. Attaquons-nous maintenant au deuxième qui va nous opposer à un ennemi normalement moins coriace, les tenanciers d’hôtels !
« Bonjour, j’ai une réservation pour deux chambres pour ce soir au nom de Laurent !
- Vos chambres sont déjà prêtes ! Par contre, l’enregistrement n’intervient normalement qu’à partir de midi. Si vous voulez en disposer maintenant, faudra raquer une nuit supplémentaire ! »
Je n’sais pas si c’est la nuit passée dans le bus ou le fait que je n’ai pas assez dormi ou encore l’épisode des taxis, mais j’ai la fâcheuse impression que les gens se sont tous ligués pour me taper sur le cervelet de bon matin… Pourtant, cette vieille dame à lunettes a l’air gentil tout plein… Je me fais peut-être des idées…
« Nous partirons demain matin très tôt, avant même l’heure du petit déjeuner pourtant compris dans le prix de la chambre. A la place de demain, serait-il possible de le prendre maintenant ?
- Bien sûr que non !!! Et puis quoi encore ? »
Mais pourquoi est-elle aussi méchante ?... Parc’que !!!
« Et sinon, pouvons-nous laisser nos sacs ici pour la journée ?
- Oui, laissez-les là dans l’entrée !
- Ah ! Merci bien… Et ça ne risque rien ?
- Ecoute mon bonhomme, si tu veux qu’il n’y ait aucun risque, t’as qu’à te les coltiner toute la journée, ok ?!? »

Heureusement pour elle, ma maman m’a toujours dit qu’il ne fallait jamais frapper quelqu'un avec des lunettes. Ben ok, je vais donc plutôt la frapper avec une bonne grosse batte de base-ball cette vieille chouette !!! « Merci pour tout, moi aussi, ça m’a fait plaisir de vous connaître ! » Allez, on se tire d’ici avant que ça n’tourne au vinaigre... Sans avoir pu voir la chambre, je te déconseille cet hôtel aux méthodes tout droit venues de Corée du Nord !

Allez, comme on n’a pas véritablement mangé depuis hier midi, c'est dans un concert de gargouillis que chacun attaque son petit déjeuner dans un restaurant du quartier. Après ça, on suit le programme qui ne tient aujourd’hui que sur une ligne : Chatuchak ! Chatuchak est tout simplement le plus grand marché couvert au monde, rien que ça... Voilà quelques chiffres qui vont te filer le vertige : Près de neuf mille étalages permanents, sept mille de plus le week-end, cinq cents marchands ambulants. Pas moins de deux cent mille visiteurs chaque week-end,... La journée sera donc shopping ou ne sera pas ! D’ailleurs, depuis que j’ai parlé de ce marché à Sandrine, il est pour elle hors de question de le louper sous peine de divorce. Idem pour ma mère que je vois pour la première fois aussi excitée à l’idée de marcher des heures entières… Bref, tout le monde s’est bien rempli l’estomac, j’ai confisqué les porte-monnaie des femmes, on peut comme prévu s’y rendre à dos d’éléphants ! C’est vachement plus long mais beaucoup plus marrant ! Mais non, je plaisante, nous y allons en skytrain, le métro aérien de Bangkok sans graffiti, sans clochard, sans odeur d’urine,… bref, sans comparaison avec celui de Paris, quoi !
 

Thaïlande 2034

En débarquant, on se retrouve littéralement dans une mer orange ! Des centaines,… que dis-je, des milliers de moines bouddhistes sont là sans que je puisse t’expliquer pourquoi. Ce que je sais, c’est que c’est beau ! Bon, allez, les filles ne sont pas venues jusqu’ici pour ça. Elles ont de la bave aux coins des lèvres et elles sont prêtes à mordre si on ne se jette pas dans la gueule de la bête assez vite. Aïe, Sandrine m’a mordu ! Oui, elle m’a mordu !!! Je n’ai pas d’autre choix que de donner le top départ ! Aussitôt dit, aussitôt fait, la fièvre acheteuse s’empare d’elle. Trois paires de chaussures, des peluches, des lampes, des vases,… Moi aussi, j’avoue, j’ai le shopping qui me démange, alors j’achète un p’tit peu… Une paire de chaussure, un t-shirt qui déchire… et qui, je l’espère, ne se déchirera pas trop vite… Bref, toute la famille est à l’affut, toute la famille fouine, toute la famille scrute,… Par contre, dès qu’il faut négocier, c’est bibi qui s’y colle !… Et quelques fois, ça marche, et quelques fois, ça ne marche pas… De toute manière, la négociation, c’est comme un string. Si tu tires trop sur la ficelle, tu l'as dans le cul ! Par contre, les commerçants ne sont pas accrochés à notre portefeuille. Il est même facile de discuter avec eux… Ça m€ ra$$ur€ d€ voir qu'il¥ a €ncor€ d€$ g€n$ qui n€ p€n$€nt pa$ qu'à l'arg€nt…


Thaïlande 2037

Bon, vu les distances parcourues, on doit certainement avoir bientôt terminé ?… Ben là, tu peux gentiment t’enfoncer le bras dans l’œil, on n’en a même pas fait un dixième ! Il y a une multitude de produits dans chaque échoppe, une multitude d’échoppes dans chaque rue, une multitude de rues dans chaque bloc, une multitude de blocs dans chaque quartier, une multitude de quartiers dans le marché ! Impossible de tout faire, même après avoir mangé une grande boîte d’épinards ! En parlant de manger, on reprend des forces dans un petit restaurant quelconque dans lequel nous avons droit à un repas… quelconque… Je dirais même qu’on a droit à une parodie de nourriture,… C’est simple, je n'ai que très rarement mangé quelque chose d'aussi épicé.  Pour tout dire, je n'ai que très peu mangé tout court… Manger épicé en même temps, ce n’est vraiment pas pratique… Bref, c’est donc reparti pour le shopping ! Boutiques de vêtements, boutiques de déco, boutiques de nourriture, boutiques de chaussures dont une d’elles qui attire notre attention. C’est décidé, mon père et moi débutons une séance d’essayage. « Franck, peux-tu s’il te plait me passer les chaussettes pour que je puisse essayer cette belle paire de chaussures ?... Fraaaanck !!! Viiiite, les chaussettes, les chaussettes !... » Trop tard ! Et comme le dit le célèbre dicton thaïlandais, si tu n’peux pas obtenir de chaussettes, contente-toi de ménager ton slip ! Bredouille de chaussette, mon pauvre père n’a donc plus qu’une seule idée en tête : Honorer ce dicton ! Comme un dératé, il se lance à corps perdu dans la rue. Et pour atteindre son objectif, il est prêt à tout ! Bousculade de petits écoliers Lu … euh non, thaï, doublages éhontés, quelques baffes et insultes,… Dans l’urgence, j’suis sûr qu’il serait même prêt à baragouiner quelques mots d’anglais… Comme une machine programmée pour tuer, rien ne peut l’arrêter ! Et là,… et là,… et là,… c’est le drame ! Grand corps malade n’a pas réussi à atteindre les toilettes ! Car oui, c’est bien de ça qu’il s’agit… Mais chut, garde ça pour toi, il m’a demandé de ne pas t’en parler… Si je reprends son verbiage, « Je n’ai pas intérêt de mettre ça sur mon blog ! » Donc le « ça », je ne te dirai pas de quoi il s’agissait… « Tu vois papa, tu pouvais compter sur moi ! »

Thaïlande 2036

Comme si de rien n’était, sous-vêtements pour les uns, pas de sous-vêtement pour les autres, nous reprenons nos achats... Le problème, c’est que notre liasse de billets ne diminue presque pas, tellement ce n’est pas cher… On pourrait rester là à acheter pendant des heures, pendant des jours tellement c'est grand comme l'imaginaire, intéressant jusqu'à en avoir pleins les bottes… Car quand même, ça finit inévitablement par arriver ! Chaleur, fatigue, bruit,… n’en jetez plus, nous sommes comblés ! Drainée de son énergie, ma mère finit même le retour jusqu’au métro sur les rotules. Ben c’est sûr, ça va moins vite comme ça !...
 

Thaïlande 2039

La fin d’après-midi, c’est petit tour au Hard Rock café, centre commercial dans le quartier branché de Siam où on rencontre d’ailleurs une vieille connaissance alias Leonardo Di Caprio, pour finir dans Sukhumvit, le quartier de notre hôtel. D’ailleurs, ce quartier me met un peu mal à l’aise, surtout à la nuit tombée. On se fait constamment accoster pour nous vendre de tout, mais surtout n’importe quoi,… De la bouffe, des T-shirt, des tongs, des smokings taillés sur mesure dans la rue, le dernier cd de Carla Bruni, du pussy ping-pong… Du quoi ?... Du pussy ping-pong ! Mais oui, tu sais bien, on est en Thaïlande, dans ce pays où lorsque tu annonces que tu vas t’y rendre, t’as une chance sur deux pour que la personne en face de toi te dise avec un sourire en coin « tourisme sexuel ? », l’air de t’avoir démasqué… Ben oui, tout ce que tonton Robert t’avais dit sur Bangkok, et bien c’est vrai ! On croise des ladyboys portant des jupes si courtes qu’en y regardant de plus prêt, on pourrait apercevoir l’évidente supercherie alias le costume trois pièces… Des prostituées sur catalogue, ou en chaire et en petites tenues… Ou encore des européens tranquillement au bras de jeunes thaïes d’une douzaine d’années… Bref, ça sent le pêché originel à plein nez ! Et tu m’connais, comme je suis ton fournisseur officiel de bons plans en toutes circonstances, j’en ai un pour toi, même pour ça ! Car si toi aussi, tu es intéressé par une de ces charmantes lolitas pré-pubères, si tu es un gentil pervers de cinquante ans, si tu veux prendre du bon temps sous les tropiques,… et bien sache que j’ai récupéré pour toi l’adresse mail d’une de ces demoiselles qui n’attend plus que toi... A peine formée, grande, mince, tout juste quatorze ans… Contacte-là de ma part à cette adresse : sexythaïe@gendarmerienationale.fr...

Et c’est sur ces bons conseils que s’achève notre journée, ainsi que notre vadrouille… Demain, sauf réveil intempestif du volcan islandais, ce sera retour au bercail ! Mais ne raccroche pas de suite, on ne va pas se quitter comme ça ! On se revoit demain pour établir un petit bilan de notre escapade thaïlandaise, ok ?… De toute façon, demain est une autre aventure…


 

Pour plus de photos, sache que tu en retrouveras beaucoup d'autres dans la rubrique "Albums photos"

Et puis si ça te dit... un petit commentaire me ferait bien plaisir...

Partager cet article

Repost 0
Published by Franck - dans Thaïlande
commenter cet article

commentaires

Barbara 17/10/2014 16:37

Et est il possible de quitter Phi phi et d être à BKK le soir ou l am même, et idem dans l autre sens ( partir de BKK et pouvoir passer la nuit direct sur phi phi)

Merci encore oui tout!

Franck 18/10/2014 00:10

Si tu as lu tout mon blog, tu sais ce que je pense de Railay... Krabi, connais pas ! Par contre, Koh Lanta, j'ai beaucoup aimé la parcourir en scooter. Je recommande !

Barbara 17/10/2014 17:34

Merci Franck, dernière question, après promis j arrête!
Du coup si l on écourte un peu le séjour phi phi, est il sympa selon vous de passer une nuit ou 2 à krabi? Ou préférer plutôt Railey?

Franck 17/10/2014 17:22

Oui, c'est possible en retournant à Phuket par le bateau du matin et en prenant l'avion pour un retour à Bangkok. Dans l'autre sens, c'est plus dur car le bateau de Phuket pour Phi Phi est le matin...

fabienne 31/10/2013 10:11

J'ai oublié le nom de l'hotel où tu as dormi et le tarif de ta chambre sur bangkok...étais ce le mm que lorsque tu es arrivé à bangkok?

Franck 05/11/2013 18:27



Non, lors de notre retour à Bangkok, c'était au Suk11 (quartier Sukhumvit), alors qu'au début du voyage, c'était au Rambuttri Village. Le tarif était le même : 800 baths.



fabienne 31/10/2013 10:09

franck, veux tu dire qu'il faut éviter Sukhumvit comme quartier?Peux tu me conseiller un quartier que ne soit quand mm pas trop loin de ce marché sans avoir ce genre de désagrément.

Franck 05/11/2013 18:26



Non, pas à éviter mais j'ai préféré Rambuttri... Disons qu'à Sukhumvit, j'ai trouvé l'ambiance malsaine... Et de quel marché veux-tu parler ? Car si c'est celui de Kao San Road, c'est Rambuttri
qui est à côté...



dany 20/07/2013 10:17

excellent je me suis regalé et poilé en lisant ce recit
merci et bon voyage a venir

Franck 23/07/2013 08:36



Merci, décollage après-demain ! Il faut maintenant lire mes autres carnets avant que je ne débute celui sur mon voyage aux Etats-Unis qui se profile ! A+



Valentine 01/05/2013 10:08

Ton blog est super! On ne s'ennuie vraiment pas en te lisant!
Nous partons bientôt en Thaïlande dans quelques jours et tes péripéties nous aideront à retirer nos yeux de bisounours! ^_^

Bonne continuation et au plaisir de te lire.

Valentine

Franck 02/05/2013 09:42



Bon voyage et n'hésite pas si besoin...



siamchang 04/01/2013 19:23

Sympa ce voyage, ce reportage particulièrement bien écrit et humoristique, et j'ai pu apprécier votre avis sur air india que j'emprunte la prochaine fois que j'me Thaï en Thaïlande. Seul petit
bémol: le cliché sur le tourisme sexuel. Quand vous dites avoir rencontré des vieux avec des mineures de douze ans en pagaille, je n'y crois pas. En sept voyages, je n'ai jamais vu de types au bras
de fille ssi jeunes. Il faut dire aussi que beaucoup de Thaï sont petites de taille et font plus jeunes, je pense que vous n'avez pas bien fait attention en êtes resté sur un dégoût engendré par
une idée préconçue. Les Thaïlandais sont beaucoup plus vigilants qu'on ne pense sur les problèmes de pédophilie, à tel point que les plus gros cochons se sont réfugiés au Cambodge. On ne peut se
ramener à un hôtel avec une fille sans qu'on demande sa carte d'identité. Pour ce qui est de la prostitution en général, c'est une autre histoire et surtout une question de culture, notre point de
vue judéo-chrétien nous voulant obligatoirement offusqué. Oui la Thaïlande est le supermarché de la fille de joie, dommage qu'un amalgame systématique avec la pédiophilie soit fait. Et oui, ces
dames sont souvent jeunes (âge moyen 23 ans, n'en déplaise à bernard de la villardiere et à zone interdite) et bien jolies. Mais elles sont surtout tout à fait libres et gagne surtout très bien
leur vie, non pas poussées à exercer ce métier par la pauvreté, mais bine par l'appat du gain, et sans horrible maquereau derrière. Et si le tourisme sexuel existe bel et bien et que certains fous
du sexe partent exclusivement pour la bagatelle, il existe aussi une forme de tourisme sentimental (ça peut faire sourire, mais oui...), beaucoup de types esseulés y vont pour flirter avec des
jolies filles, davantage que pour se vider les bonbons... Et si beaucoup se font avoir, parfois naissent de jolies histoires. Et oui, j'ai fait les filles de bar, et non, je n'ai pas cinquante
ans... Et mon épouse thailandaise, qui a sept ans de plus que moi (qui n'était pas lady bar, mais ça ne m'aurait pas dérangé) est depuis cinq ans sur le sol français. Pour réviser éventuellement
votre jugement à ce sujet, je vous conseille, si vous ne l'avez déjà vu, l'excellent film "lady bar" de xavier durringer. Encore bravo pour votre blog.

Franck 08/01/2013 11:05



Merci !



michel 07/12/2012 11:56

le comportement des gens ,des anecdotes ,tout y est ,un article interessent.BRAVO

yolande 06/12/2012 14:33

il a quand meme acheté ses chaussures . Bravo kiki tu les merites pour etre beau il faut souffrir .

Franck 06/12/2012 20:48



Tes chaussures sont belles !!! mdr



sébastien 06/12/2012 11:25

les achats de derniéres minutes, trop dur

Franck 06/12/2012 20:48



Non, trop dur le retour...



Jonathan 05/12/2012 20:14

Tonton kyky ou son les toilettes?...lol

Franck 06/12/2012 20:48



lol