Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : On part en vadrouille !
  • On part en vadrouille !
  • : Lorsque je ne suis pas en voyage, soit je prépare le suivant, soit je raconte le précédent...
  • Contact

Projets

Birmanie - Février 2015

Etats-Unis - Juillet 2015

Sud Turquie - Octobre 2015

Sud marocain - Avril 2016

Indonésie - Juillet 2016

Namibie - Avril 2017

Déjà faits

Grèce (2000), Tunisie (2001), Canaris (2002), Italie (2002), République Dominicaine (2003), Turquie (2003), Russie (2003), Etats-Unis nord est (2004), Egypte (2005), Corse (2005), Réunion (2005), Maurice (2005), Angleterre (2006), Inde Rajasthan (2007), Floride (2008), croisière Caraïbe (2008), Arizona (2009), Mexique (2009), Guadeloupe (2010), Jordanie (2010), Balkans (2011), Irlande (2011), Thaïlande (2012), Andalousie (2012), ouest américain (2013), croisière Méditerrannée (2013), Portugal (2014)

Compteur Global

Pages

Carnets De Route

29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 07:59

Un septième de la vie de chaque être humain est irrémédiablement vécu un lundi. Tu as beau retourner ça dans tous les sens, même si tu es lundiphobique, c’est comme ça, tu n’a pas l’choix ! Et vu qu’aujourd’hui, nous sommes lundi, ben c’est reparti pour un tour ! Mais pas d’affolement puisque pour cette nouvelle semaine, au lieu de ton programme traditionnel « Réunion, compte-rendu, formation, production, collègues, bureau, chiffre d’affaire,… », ton humble serviteur te propose à la place « Yellowstone, Teton, Deadwood, Badlands, Devils Tower, Bighorn, Cody ». Programme sympatoche, pour ne pas dire plus, n’est-ce pas ? Et pour aujourd’hui, ce sera une oie, deux oies, trois oies, quatre oies, cinq oies, six oies, c'est toi !... Les Badlands !

Mais avant ça, qu'est-ce qu’on a fait des tuyaux ? Pas d’panique, il te les faut ! Et oui, voilà encore un tuyau pour l’anorexique du porte-monnaie que tu es ! Car ce bon conseil de bon matin concerne le prix défiant toute concurrence du petit déjeuner qu’il t’est possible d’ingurgiter au Fort Hays, exactement là où on était au chuckwagon hier soir… Pour quatre-vingt dix-neuf cents et pas un euro de plus, tu peux repartir d’ici confit comme un canard par la tripotée de pancakes que tu va pouvoir t’engloutir. A ce prix-là, c’est en effet « all you can eat », ce qui signifie que tu as le droit de t’entasser dans l’gosier autant de crêpes épaisses que tu l’voudras ! Attention, Tupperware interdits !!! Flairant le bon coup, Anna et son sens aigu des affaires dégaine son petit porte-monnaie et nous sort grand seigneur : « Faites-vous plaisir, c’est moi qui régale ! » De toute manière, vu la taille des engins, on cale tous les quatre au bout de… deux !
 

Ouest USA 2013 522

 

On profite également d’être là pour visiter ce fort. Et là, c'est de nouveau la musique de Danse avec les loups qui me trotte dans la tête... Si, si, j'te promets... En fait, le fort Hays a servi au tournage des premières scènes du film, précisément au moment où le major Fambrough part en live avant de se tirer une balle dans l’caisson… Et justement, le bureau dans lequel il était au moment de se suicider la tête est resté en l’état, le carpaccio de cervelle dégoulinant sur les vitres en moins, les scènes du film tournant en boucle en plus...


Ouest USA 2013 524
Ouest USA 2013 527

Mais ce n’est pas tout ! Outre la boutique dans laquelle tu va pouvoir faire plaisir à ta collègue Josette de la compta en lui ramenant la boule de neige ou le caleçon collector à l’effigie du film, il est également possible de visiter un petit village western reconstitué où des métiers d’antan sont mis en valeur. On s’attarde tout particulièrement devant l’étale d’un fabricant artisanal d’assiettes métalliques dans lesquelles le monsieur peut te graver ce que tu veux. Du coup, imagine un peu la tête de Josette de la compta si tu lui ramenais une assiette de cowboy avec son petit nom gravé dessus ! Quant au type qui fait ça, il a une tête de couteau suisse ! Je veux dire par là qu’hier soir, il servait les repas aux clients du chuckwagon, il faisait ensuite parti du groupe de country, et là, il a revêtu son costume de fabricant d’assiettes. Et pour ne rien gâcher, il est super sympa puisqu’il fait participer Anna et Sasha à la fabrication de petites assiettes qu’il leur offre ensuite…
 

Ouest USA 2013 532
Ouest USA 2013 533

Bon, le ventre plein, le colon vide, il est temps de se mettre en route ! Filles installées, Nintendo Ds allumées, ceintures bouclées, GPS sur pattes assis à mes côtés, nous sommes parés ! A ce propos, femme, femme, j’te dédis ces mots, à toi, rien qu’à toi, t’es comme un GPS qui brille dans mes nuits… Ouah, la déclaration ! Tout ça parce que le meilleur des GPS nous emmène sans embuche… et surtout sans engueulade sur la route du Badlands National Park sur laquelle on en profite pour apprendre à Anna quelques rudiments d’anglais. Morceau choisi… :
« Papa, What, ça veux dire quoi ?
- Oui...
- Je croyais que c’était Yes pour dire oui ?
- Oui, effectivement, Yes, ça veut dire oui…
- Mais si Yes, ça veut dire oui, What, ça veut dire quoi…?
- Oui, c’est ça, What ça veut dire quoi…,
- Papa, non mais tu rigoles, là ?!? »

Une heure et vingt huit minutes. C’est normalement le temps nécessaire pour rallier l’entrée est du parc en passant par la route du sud. Sauf que trois arrêts non prévus marquent le trajet. Le premier, c’est pour nourrir Paty. Ben c’est qu’ça mange bien ces bestioles-là ! Et à près de quatre dollars le gallon, elle me ferait bien plaisir si elle pouvait ne pas faire qu’une bouchée de son petit-déjeuner… D’ailleurs, maintenant que j’y pense, ça fait quand même une énormissime hausse par rapport au prix du gallon de la station service d’avant-hier !!! Mais ce n’est pas au vieux singe qu'on apprend à tomber d’la dernière pluie ! Ben ouais, j’suis plus malin qu’eux vu que j'en prends pour trente dollars comme la dernière fois ! C’est qu’j’en ai dans l’tibia, moi ! Bon, je rechausse mon cerveau pour te dire que l’arrêt suivant a lieu dans le petit village de Scenic, digne d’un film d’épouvante. Et cela à deux titres : Premièrement, l’ambiance est celle d’une ville flippante comme tu te les imagine : Vieux saloon désaffecté, voitures déglinguées, multitude de crânes de bestioles accrochés sur toutes les devantures,…
 

Ouest USA 2013 537

 

Ouest USA 2013 541

 

Ensuite, j’y croise un type vraiment chelou qui doit à mon avis être le résultat d’un accouplement bestial entre son père et sa sœur aînée. Le gars me dévisage avec un regard sadique, un peu du genre « Et si j’le découpais en morceaux avec mon nouveau couteau de chasse pour m’amuser un peu ? Maman s’rait fière de son fiston ! » Moi, flairant l’embrouille à quinze mètres, je tente par tous les moyens de déjouer le scénario couru d’avance du film d’horreur « Massacre au couteau de chasse » pour lequel je n’ai visiblement été engagé que pour jouer le rôle d’une des multiples victimes sanguinolentes. En d’autres termes, je ne me sauve pas comme un blaireau en courant vers une maison abandonnée au fin fond de la forêt, les seins à moitié à l’air, trébuchant sur la première branche qui passe par là... Non, fier et sûr de mon talent à la bagarre au couteau de chasse, je m’approche de lui et tente malgré l’odeur d’établir un contact :
« Hello !
- …….. ?!!!?......... »
C’est à ce moment-là que dieu créa le vent… C’est bien, je vois que le monsieur est aussi avenant qu'une décoction de clous rouillés... Du coup, désolé, je ne pourrai pas te présenter de cliché de l’énergumène car il n’a pas voulu faire l’amour à mon objectif… Bref, Scenic, un petit détour qui vaut le détour ! Si tu passes par ici, passe le bonjour pour moi à Jason !

Quant au troisième arrêt, j’hésite à t’en parler car il est plus anecdotique qu’autre chose… Sandrine veut juste s’arrêter dans la petite boutique d’alimentation à Interior pour y acheter le pique-nique de ce midi. Sauf que là où un être normalement constitué, c’est-à-dire un homme, aurait mis deux minutes trente top chrono, Sandrine en est déjà à quarante-cinq ! Dates de péremption, liste des ingrédients, hésitation entre l’emmental et le gruyère,… J’imagine que toute la panoplie est en train d’y passer ! Moi, en attendant, tu imagines bien que je suis en train de me siffler une bonne bière dans le troquet climatisé d’à côté ! Et bien non ! Je suis avec mon amie Paty en plein cagnard. Et comme il fait un petit trente cinq degrés bien tassés, me vient alors l’idée lumineuse d’ouvrir les vitres. Un peu d’air ne peut me faire que le plus grand bien ! Et paf le chien ! Envahi aussi sec par une centaine de mouches croisées avec des piranhas… Je suis cool, je suis zen, je suis bien, quoi ! « Bordel, Sandrine, magne-toi le c…! »

Ah, ouf, la revoilà, fière d’elle avec son paquet d’emmental !... Je ne dis rien et je lui souris. Non pas que la vue de l’emmental me fasse effet à ce point-là mais c’est plutôt ce qui va suivre qui me brosse dans le sens du poil. On va enfin pouvoir entrer dans le Badlands National Park ! Et comme c’est le tout premier parc national de notre vadrouille, nous procédons bien volontiers à l'échange de quatre-vingts billets verts contre le pass « America the beautiful », précieux sésame nous ouvrant les portes de toutes les beautés naturelles de l’ouest américain ! Autrement dit, nous entrons dans la légende !
 

Ouest USA 2013 544

 Au fait, vu que tu es une buse en anglais, je te rappelle que Badlands, ça veut dire « Mauvaises terres » ! Vu les paysages qui nous accueillent, ce n’est pas pour rien qu’on a un jour appelé l’endroit comme ça. Faut dire aussi qu’ici, c’est le pays des serpents à sonnettes. J’espère sincèrement ne pas en apercevoir la queue d’un car ma poule mouillée de Sandrine ne s’en remettrait pas… Bon, ok, Sandrine a certes un peu la pétoche de ces bestioles, mais j’avoue que je ne les affectionne pas trop non plus… Bon, allez, ok, j’avoue, ce n’est pas Sandrine mais moi qui ai une peur bleue des serpents. Voilà, t’as gagné, t’es content ?!?
 

Ouest USA 2013 556

Allez, la cloche a sonné, il est maintenant l’heure de la minute géo, la minute logique, la minute géologique ! Initialement plaine inondable, les Badlands sont des strates géo, des strates logiques, des strates géologiques. Bon, ok, j’admets, une fois, c’est marrant, deux fois, c’est lourd… Je disais donc que la roche argileuse a commencé à s’éroder il y a plusieurs centaines de milliers d’années sous les coups de boutoir de la pluie, du vent, du gel et du dégel. Autant te dire que même le plus vieux ranger du parc n’a pas connu le début de la formation du canyon, des buttes, pinacles et autres pitons rocheux du coin ! Par contre, il faut que tu te magnes pour venir visiter ça, car l’érosion continue son travail de sape du fait de la relative tendreté des roches (deux à trois centimètres par an), et tous ces beaux paysages seront morts et enterrés dans environ cinq cents mille ans. Si tu remets ta visite à plus tard, il sera trop tard ! Et ce serait vraiment dommage car en entrant, on a vraiment l'impression étrange d’atterrir sur une autre planète. L’endroit aurait pu servir au tournage d’Indiana Jones à la recherche des martiens ! D’ailleurs, pour ceux qui connaissent le film Starship Troopers, il a été en grande partie tourné sur la pauvreté de ces terres sur lesquelles le ciel a pleuré en délavant tous les coloris. C’est beau hein ? Oui, mais ce n’est pas de moi…

Bref, après un ravitaillement en eau au visitor center, on commence enfin les choses sérieuses… Window trail, Notch trai et Door trail. Mais avant de continuer, je vais quand même un peu t’initier au vocabulaire qui envahit peu à peu mon verbiage… : Lace bien tes chaussures car on part en hike (randonnée). Mais pour cela, il faut déjà qu’on trouve le trailhead (début de la rando) pour ensuite aller marcher sur des trails (chemins) et faire des loops (boucles) en espérant avoir pleins de view point (points de vue) et d’overlooks (panoramas). Ok ? C’est bon, t’es au point ?... Donc, sac à dos rempli d’eau sur la tête, chapeau de cowboy sur le nez, lunettes de soleil dans le dos… Je crois qu’on peut y aller ! Et là, bim, bam, boum, c’est un gros choc visuel ! Les paysages sont vraiment magnifiques, splendides, féeriques, uniques… Un décor comme ça, ç'en serait presque lunaire ! Les superlatifs vont déjà me manquer alors que nous ne sommes qu'au début de notre vadrouille ! Et puis trop de superlatifs tuent les superlatifs.
 

Ouest USA 2013 547
Ouest USA 2013 549

Je vais donc plutôt te décrire le déroulement de chacune de ces trois randos... Ça va toutefois être rapide avec Window trail puisqu’elle est hyper courte. Avec son beau point de vue final, elle constitue toutefois une bonne petite entrée de charcuterie avant l’énorme tartiflette que je te sers maintenant : Le Notch trail, plus longue, plus encaissée, plus dangereuse,… et surtout plus de dénivelé ! Tellement de dénivelé qu’il faut même, à un moment, prendre une longue échelle pour accéder au niveau supérieur. Là, si tu te situes dans la catégorie des gros trouillards pétochards, tu peux bien évidemment passer ton tour, mais je tiens quand même à t’annoncer qu’Anna, sept ans, et Sasha, quatre ans, sont montées toutes seules, comme des grandes… Mais après, il n’y a pas de honte à avoir, tu fais bien évidemment ce que tu veux…
 

Ouest USA 2013 564
Ouest USA 2013 566

 

Ouest USA 2013 559 Ouest USA 2013 579

 

Ouest USA 2013 573
Ouest USA 2013 571


Et enfin Door trail, peut-être la plus belle… Là, on n’a pas vue sur un beau paysage puisqu’on est en plein cœur du paysage, avec l’envie de marcher avec Buzz l’éclair vers l’infini et au-delà ! D’ailleurs, c’est bien beau de marcher mais il faut avoir les forces suffisantes pour revenir à la voiture ! Et ce retour est difficile… Faut dire que le soleil tape fort. Nous sommes au bord de l'agonie. La transpiration perle sur nos visages meurtris par le soleil. Nous éprouvons d'énormes difficultés à nous exprimer tant nos lèvres gercées nous font atrocement souffrir. Un scorpion venu se glisser entre nos bottes vient même trouver la mort sous le feu de mon colt dégainé en un éclair... Allez, excuse-moi pour cet élan de créativité non contrôlé, mais tout se passe tellement bien que je me devais de mettre un peu de piment pour te garder en haleine jusqu’au dénouement de notre histoire…
 

Ouest USA 2013 585
Ouest USA 2013 586

Histoire qui nous emmène maintenant plein ouest. Nous sommes de nouveau à bord de Paty, climatisation en position pôle nord ! L’objectif est de gagner le Bigfoot pass overlook. Tout d’abord parce que c’est un point de vue sympa. Et ensuite car les démons de midi sont passés depuis belle lurette et qu’on y trouve des tables pour y manger par exemple une bonne tranche d’emmental... Oui, je sais, il est déjà presque l’heure du goûter mais rappelle-toi qu’avec un petit-déjeuner comme celui de ce matin, l’appétit de midi arrive plutôt vers quinze heures…
 

Ouest USA 2013 593

Ouest USA 2013 599

Ouest USA 2013 601

Après ça, route, Yellow mounds overlook, route, Homestead overlook, route, Pinnacles overlook… Pour toi, ces noms de points de vue ne te disent pas grand-chose mais j’attire quand même ton attention vagabonde sur le dernier susnommé, qui, si tu n’y vas pas, ben t’as raté ta visite des Badlands, t’as gâché ta journée, t’as foiré tout l’voyage, t’as merdé sur toute la ligne ! Car comme disent les américains, c’est un panorama « Amazing oh my god !!! » Je resterais bien des heures à contempler ce paysage les yeux grands ouverts et la langue pendante, mais Sandrine et mon road book me rappellent à l’ordre. On tourne donc les talons à ce superbe parc, salués comme il se doit par un nouveau troupeau de pronghorns, la larme à l’œil de nous voir déjà partir…

Ouest USA 2013 621

Ouest USA 2013 627
Ouest USA 2013 632
Après tant de débauche d’énergie et de chaleur, pourquoi ne pas se boire une bonne mousse au célèbre Wall Drug store de la petite ville de Wall qui est sur notre chemin ? Chose promise, chose bue ! Faut dire qu’on ne peut pas l’rater celui-là ! Dès quinze miles avant d’y arriver, t’as un panneau en moyenne tous les quatre-vingt douze mètres qui t’ordonne d’y faire un stop ! Même le plus abruti des poissons rouges ne peut pas oublier de s’y arrêter ! Mais au fait, c’est quoi le Wall Drug store ?... Rapproche-toi que j’te raconte… Il était une fois, en 1931, un monsieur épicier qui cherchait une petite ville catholique pour y faire sa vie avec sa femme et son fils. Finalement, ils choisirent Wall, là où une épicerie était justement à vendre. Et ils vécurent heureux et eurent pleins d’enfants. Oui, mais… non, pas tout de suite ! Car durant les cinq premières années, les clients se faisaient rares, les gens de la ville étant très pauvres. Alors, un soir de grande chaleur, la femme eut un éclair de génie qui allait bouleverser la vie de toute sa famille ! Si eux avaient chaud et soif dans leur boutique, les automobilistes sur l'autoroute passant juste à côté de la petite bourgade devaient également être éreintés par une telle chaleur ! Le soir même, ils fabriquèrent de bric et de broc des tas d’affiches « Eau fraîche gratuite » et ils les installèrent sur le bord de la route. Bon, je précise quand même que les pancartes étaient en anglais vu que les touristes français ne couraient pas la campagne à l’époque… Bref, le lendemain, des centaines de voyageurs s'arrêtèrent chez eux pour y boire leur eau gratuite et du même coup y faire leurs emplettes. Un an plus tard, ils engagèrent huit serveuses pour s'occuper du magasin... Depuis tout ce temps, leur petite épicerie a grandi, agrandi, agrandi,… pour devenir de nos jours un mix entre parc d’attraction et centre commercial. Pour terminer ce conte d’épicier, sache que l'eau y est toujours fraîche… et gratuite ! C’est bon, tu es maintenant incollable sur le Wall Drug store…
 

Ouest USA 2013 643 Ouest USA 2013 645

 

Voilà, la journée touche presque à sa fin… Là, je suis au volant de Paty, autoradio calé sur de la bonne musique country, volume assez fort pour couvrir les ronflements d’Anna et Sasha qui se sont écroulées dès les premiers miles d’une longue liste pour gagner la petite ville western de Deadwood où nous attend sagement notre emplacement au camping Koa. Un p’tit brin de toilette dans la piscine et on termine nonchalamment cette nouvelle épopée attablés au Buffalo Bodega, une bière excellente dans la main droite, un hamburger plutôt moyen dans la main gauche… Par contre, je crois bien que j’ai tapé dans l’œil de la serveuse car après m’avoir servi ma Crow Peak Beer, elle me demande direct, devant Sandrine, si je la trouve bonne... « Oui mademoiselle, je le conçois, je vous trouve très avenante physiquement parlant… » Du coup, elle se ramène aussi sec avec une bière offerte par la maison, croyant pouvoir me mettre dans son lit à grands coups de malt et de houblon… Drôle de technique de drague…

 

Ouest USA 2013 651

Pour conclure, comme ces deux bières se sont bues comme des p’tits pains, elles ont sur moi le même effet qu’une overdose de camomille
Car je m’endors comme un bébé,
Dès mes deux magnifiques oreilles
Délicatement déposées
Sur une étoffe sans pareil
Qui constitue mon oreiller.
Amis de la poésie, bonsoir, et à demain... De toute façon, demain est une autre aventure...
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jonathan 11/05/2014 20:18

Oui j'ai un peu le temps en ce moment ;-)

Franck 11/05/2014 20:19


Lol


Jonathan 11/05/2014 10:47

Les photos avec l'histoire impeccable le couz ;-)

Franck 11/05/2014 20:14


Merci Jo ! Ça y est, tu t'y es remis ?


Manza 22/09/2013 00:23

hey super ton blog on attend la suite :) c est comme les séries US on attend les nouveaux épisodes 1 fois par semaine.

A Plus

Franck 23/09/2013 09:40



La suite au prochain épisode !!!



michael 16/09/2013 15:30

Elles sont classes tes histoires ! la biz à la famille

Michael

Franck 18/09/2013 09:00



Merci ! Tu as tout lu ?... Bonjour chez toi ! A+



aziza disier 16/09/2013 09:48

Tres sympa, j'attends la suite avec impatience

Franck 16/09/2013 11:20



Elle va venir ! A bientôt et merci de me lire !



Michèle 14/09/2013 16:30

Toujours aussi sympa !
Je me régale à suivre vos aventures.
Bravo !

Michèle

Franck 15/09/2013 19:46



Merci Michèle !
A+ pour la suite !